NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
NYK
CLE1:00
BRO
IND1:30
TOR
CHA1:30
HOU
POR2:00
CHI
MIL2:00
DAL
SAS2:30
PHO
BOS3:00
UTH
MIN3:00
LAC
OKC4:30
Pariez en ligne avec Unibet
  • NEW1.68CLE2.2Pariez
  • BRO1.61IND2.33Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

[Previews 2019/20] Les Clippers prêts à renverser la NBA

Qui sera champion NBA dans huit mois ? À Basket USA, on mise donc sur les Clippers grâce aux venues du meilleur duo d’extérieurs de la saison passée : Kawhi Leonard et Paul George. Mais Doc Rivers a tout de même pas mal de pain sur la planche.

Comme chaque année, Basket USA propose une présentation de la saison NBA et des 30 franchises sous la forme d’un compte à rebours, de la 30e place à notre favori pour le titre de champion NBA. Aujourd’hui, c’est la fin de ce compte-à-rebours avec notre favori pour le titre, les Clippers. La rédaction a voté pour une finale Sixers – Clippers, avec une victoire finale pour les coéquipiers de Paul George et Kawhi Leonard. On fera les comptes mi-juin…

LE TUBE DE L’ETE

Depuis plusieurs dizaines d’années, Jerry West est un sorcier, qui fait et défait la NBA, et cet été, il a encore frappé ! À 80 ans passés, et alors qu’il est en place depuis deux ans seulement, il a réussi le casse du siècle en ramenant Kawhi Leonard et Paul George aux Clippers. C’est un duo de rêve pour toutes les franchises, et le « conseiller spécial » de Steve Ballmer est parvenu à les séduire avec le projet des voisins des Lakers. Bien sûr, Jerry West a bossé dans les coulisses, laissant Lawrence Frank et Doc Rivers manœuvrer en direct. Mais sans « The Logo », et son aura, impossible pour les Clippers de récupérer deux superstars de ce niveau.


Car les Clippers, faut-il le rappeler, ont signé le MVP des Finals 2019 et le troisième du classement du MVP, derrière Giannis Antetokounmpo et James Harden. Les deux, originaires de Los Angeles, sont tout simplement les deux meilleurs « two-way players » de la NBA. En clair, ils sont aussi bons en défense qu’en attaque, et ça va être un enfer pour tous les arrières et les ailiers de la NBA.

Si les deux se sont laissés convaincre de rejoindre les Clippers, une franchise maudite depuis son arrivée à Los Angeles, c’est aussi parce que Doc Rivers a réussi à créer une identité la saison passée. Exit « Lob City », place au bleu de chauffe. Les Clippers ont poussé les Warriors à jouer six manches au premier tour des playoffs, et tout le monde a vanté leur état d’esprit, la qualité de leur jeu et le collectif créé par l’entraîneur.

UN EFFECTIF PERFECTIBLE

Bien sûr, pour attirer Kawhi Leonard et Paul George, les Clippers ont dû faire des sacrifices. Le plus important, c’est le départ de Shai Gilgeous-Alexander, un joueur qu’adorait Jerry West. Mais quand on cherche à recruter Paul George pour jouer le titre, on peut sacrifier un jeune talent.

Les Clippers ont aussi perdu leurs tours de Draft pour les saisons à venir, preuve que le projet est sur plusieurs saisons et qu’ils misent d’abord sur des joueurs expérimentés. Enfin, ils ont perdu Danilo Gallinari, très bon la saison passée. Deux bons joueurs de perdus pour récupérer deux superstars… Le calcul est rapide !

Cependant, contrairement aux Lakers, les Clippers n’ont pas forcément doublé, voire triplé les postes. Ça manque aussi un peu d’expérience, et l’effectif est perfectible. On peut ainsi pointer du doigt l’absence d’un vrai meneur de jeu derrière Pat Beverley, les doutes sur la paire Green-Zubac pour débuter les matches ou encore la complémentarité à trouver entre Paul George et Kawhi Leonard.

Mais les Clippers, c’est tout de même quelques grosses certitudes comme la présence du meilleur duo de remplaçants de la ligue (Williams-Harrell), de la polyvalence et de la dureté en défense, trois « go-to-guy » d’exception pour finir les rencontres (Leonard-George-Williams) et bien sûr un coach expérimenté, champion NBA.

LES MOUVEMENTS DE L’ÉTÉ

Arrivées : Mfiondu Kabengele (Draft), Terance Mann (Draft), Moe Harkless (Blazers), Kawhi Leonard (Raptors), Paul George (Thunder), Patrick Patterson (Thunder), Rodney McGruder (Heat)

Départs : Garrett Temple (Nets), Wilson Chandler (Nets), Shai Gilgeous-Alexander et Danilo Gallinari (Thunder)

LE JOUEUR A SUIVRE : KAWHI LEONARD

Difficile de choisir entre Paul George et Kawhi Leonard pour le joueur à suivre, mais on a opté pour celui qui a animé l’intersaison. C’est le MVP des Finals 2014 et 2019 qui a changé la carte de la NBA, provoquant le transfert de Paul George bien sûr, mais aussi ensuite de Russell Westbrook. C’est sur lui qu’est la pression, et c’est sur lui que les Clippers misent pour atteindre le sommet avant de déménager à Inglewood. Sera-t-il encore là ?

Ce n’est pas certain puisqu’il sera très vite free agent (2021), et c’est le signe que l’ancien ailier des Spurs et des Raptors vise le titre et rien d’autre. Alors qu’il peut devenir le premier joueur à être élu MVP des Finals avec trois franchises différentes, Kawhi Leonard peut aujourd’hui s’affirmer comme le meilleur joueur de la NBA. Le genre de joueur capable de transformer instantanément une bonne équipe en un champion NBA. C’est un statut qui dépasse celui de « franchise player » et qui le met au niveau d’un LeBron James.

Auteur du panier de l’année face aux Sixers, Kawhi Leonard peut encore franchir un cap, et il est physique. Après avoir loupé, volontairement, un quart de la saison régulière à Toronto, il envisage cette fois de jouer toute la saison. Mais a-t-il récupéré le coffre ? Peut-il partager la balle avec Paul George ? Est-il capable de défendre sur Anthony Davis ou Al Horford comme on le lui demandera peut-être pendant la saison et surtout en playoffs ?

MOYENNE D’AGE : 26 ans

MASSE SALARIALE : 133 millions (17e sur 30)

SI TOUT VA BIEN

Les Clippers sont un peu les anti-Lakers. Ça joue dur, et même très dur, et le trio Beverley-Leonard-George n’a aucun équivalent dans la ligue pour éteindre les meilleurs attaquants de la NBA. C’est costaud, et le collectif de l’an passé est intact avec un noyau de huit joueurs qui permet de garder la même intensité sur 48 minutes. Le duo Williams-Harrell fait toujours aussi mal, et les rares faiblesses de l’équipe sont comblées en février après la trade deadline avec l’arrivée d’un ou deux vétérans en quête d’un titre.

SI TOUT VA MAL

Doc Rivers avait prévenu que l’absence de Paul George pour les dix premiers matches serait problématique. Les Clippers prennent du retard, et ils s’épuisent à rattraper les gros bras dans une conférence hyper relevée. Kawhi Leonard n’est plus à Toronto, et il ne peut pas se reposer. Sous les panneaux, la paire Zubac-Green montre ses limites, et Doc Rivers doit bricoler en titularisant Montrezl Harrell. Les Clippers s’invitent dans le Top 4 de la conférence Ouest, mais c’est trop juste pour prendre le contrôle de la conférence Ouest en playoffs.

CONFERENCE EST
15 – Hornets 14 – Cavaliers 13 – Wizards 12 – Knicks 11 – Bulls
10 – Hawks 9 – Pistons 8 – Heat 7 – Raptors 6 – Magic
5 – Pacers 4 – Nets 3 – Celtics 2 – Bucks 1 – Sixers
CONFERENCE OUEST
15 – Grizzlies 14 – Suns 13 – Thunder 12 – Wolves 11 – Kings
10 – Pelicans 9 – Mavericks 8 – Spurs 7 – Blazers 6 – Warriors
5 – Rockets 4 – LA Lakers 3 – Jazz 2 – Nuggets 1 – LA Clippers

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LA Clippers en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés