Pariez en ligne avec Unibet
  • MEM1.34GOL3.3Pariez
  • NEW2.41POR1.58Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

[Previews 2019/20] Des Nuggets encore plus brillants

Dans le sillage de Jamal Murray et Nikola Jokic, Denver a bousculé la conférence Ouest l’an passé, avant d’échouer en sept manches face aux Blazers. Peuvent-ils faire mieux maintenant, avec le même groupe, et alors que l’effet de surprise est passé ?

Comme chaque année, Basket USA propose une présentation de la saison NBA et des 30 franchises sous la forme d’un compte à rebours, de la 30e place à notre favori pour le titre de champion NBA.

Numéro 2 de la conférence Ouest en saison régulière après une saison exceptionnelle, Denver veut poursuivre sa progression et se présente comme un candidat légitime pour le titre. Tous les ingrédients sont présents pour faire mieux que l’an passé, mais la concurrence est sans doute encore plus relevée et Mike Malone va devoir trouver la bonne formule dans la gestion du temps de jeu d’un effectif très homogène.

LES NOUVEAUX WARRIORS ?

Et si les Nuggets étaient les nouveaux Warriors ? Beaucoup le pensent car leur progression rappelle forcément celle de Golden State il y a quelques années. Comme les Warriors, les Nuggets se sont construits grâce à la Draft avec Nikola Jokic, Jamal Murray ou encore Gary Harris. Comme les Warriors, les Nuggets les ont prolongés, et elle a cassé sa tirelire pour recruter un vétéran. À Golden State, c’était Andre Iguodala. À Denver, c’est Paul Millsap. Ce quatuor est posé, et le Steve Kerr local est Mike Malone, un ancien assistant des… Warriors évidemment.

L’an passé, après avoir loupé les playoffs lors de la dernière journée en avril 2018, les Nuggets ont surpris tout le monde en se positionnant dans le groupe de tête de la conférence Ouest. Leur régularité a impressionné, et Nikola Jokic est tout simplement devenu l’un des meilleurs joueurs de la ligue. Ont-ils pour autant la carrure d’un futur champion ? Comme les Warriors, il faudra surveiller leur progression. L’an passé, ils ont éliminé les Spurs à l’arraché, avant de s’incliner sur le fil face aux Blazers. La finale de conférence n’était pas loin, mais peut-être ont-ils raté le coche car la concurrence sera encore plus relevée cette saison avec des Clippers, des Rockets et des Lakers au recrutement « bling bling », ou une équipe du Jazz qui suit la même trajectoire avec l’arrivée de vétérans aguerris.

LE PARADOXE D’UN EFFECTIF TRÈS RICHE

Pour franchir un cap, et vraiment se mêler à la course au titre, la direction a choisi de miser sur le même groupe, mais aussi d’effectuer une petite retouche. C’est donc mineur mais cette recrue renforce l’ensemble puisqu’il s’agit de Jerami Grant, un energizer qui va apporter une dimension athlétique dans une raquette qui ne l’était pas forcément avec la paire Jokic-Millsap. On n’intègre pas Michael Porter Jr dans les recrues, mais à l’instar d’un Ben Simmons, Blake Griffin ou Joel Embiid, il va débuter sa carrière NBA après une saison blanche.

Pour l’instant, il ne faut pas en attendre beaucoup car sa fragilité physique reste un gros point d’interrogation. Mais on remarquera que s’il y a un point faible dans cette formation, c’est au poste 3, et il pourrait en profiter s’il confirme ses qualités entrevues au lycée et pendant cette présaison.

Avec ces deux joueurs en plus, et même trois si Bol Bol exploite son potentiel, Denver affiche tout simplement l’un des effectifs les plus riches de la NBA, et Mike Malone reconnaît que ça peut poser problème.

Il va falloir que les stars de l’effectif acceptent de jouer moins en saison régulière pour être au top en playoffs. « C’est paradoxal » reconnaît le coach de Denver. « Les joueurs doivent avoir en tête : « Comment me sacrifier sur l’instant pour quelque chose qui me sera utile dans le futur ? » La réalité est de vouloir faire partie d’une équipe qui gagne ». Cette notion de sacrifice, les joueurs en parlent tous, mais Mike Malone va devoir distribuer le temps de jeu avec deux éléments de plus, et de bons éléments comme Malik Beasley, Monte Morris ou Torrey Craig ne se contenteront peut-être plus d’un temps de jeu réduit alors qu’ils seront free agents à la fin de la saison.

LES MOUVEMENTS DE L’ÉTÉ

Arrivées : Jerami Grant (Thunder), Bol Bol et Vlatko Cancar (Draft)

Départs : Trey Lyles (Spurs)

LE JOUEUR A SUIVRE : JAMAL MURRAY

Pour franchir un cap, une franchise doit s’appuyer sur un ou plusieurs joueurs à fort caractère. Des leaders par l’exemple. Jamal Murray, peut-être plus encore que Nikola Jokic, est de cette trempe. En playoffs, il a prouvé qu’il pouvait faire partie des meilleurs arrières de sa génération, et on ne serait pas étonné de le voir au All-Star Game.

« Combo guard », le Canadien est un ambitieux et il n’a pas peur de prendre ses responsabilités. Il n’a pas peur non plus d’échouer, et on a vu en playoffs qu’il pouvait rebondir. Ce qu’on attend de lui, vu son poste, c’est d’abord de la défense sur les meilleurs meneurs de sa conférence, et ils sont nombreux : Curry, Westbrook, Harden, Lillard… Puis d’être capable de faire tourner la boutique, et de moins compter sur ses exploits individuels. A priori, c’est dans ses cordes et sa prolongation de contrat à 170 millions va lui permettre de se concentrer uniquement sur le terrain.

MOYENNE D’AGE : 24.9 ans

MASSE SALARIALE : 134.8 millions (9e sur 30)

SI TOUT VA BIEN

Meilleure équipe à domicile l’an passé de toute la NBA, Denver est toujours aussi difficile à prendre en altitude, et les coéquipiers de Nikola Jokic y collectent déjà 35 victoires. À l’extérieur, il y a du mieux avec un collectif efficace et les hommes de Mike Malone profitent du démarrage poussif des Lakers et des Clippers pour se positionner à la 1ère place pour ne jamais la lâcher jusqu’en avril avec un bilan supérieur à 60 victoires. La notion de « sacrifice » est partagée par tous les joueurs, alors que Michael Porter Jr apporte un vrai plus.

SI TOUT VA MAL

Nikola Jokic n’a pas digéré son été, et il se contente du minimum. Souvent bougon, il ralentit même le jeu de son équipe, et c’est problématique pour cet effectif très jeune qui a envie de courir et dépend de sa créativité. Mike Malone utilise beaucoup Jerami Grant pour dynamiser sa raquette, mais ça devient vite l’anarchie en attaque. Sur le banc, Malik Beasley réclame plus de temps de jeu, et les Nuggets n’ont pas d’autre choix que de céder à la demande de Rich Paul de le transférer. Denver accroche les playoffs, mais ne fait pas mieux que la saison passée.

CONFERENCE EST
15 – Hornets 14 – Cavaliers 13 – Wizards 12 – Knicks 11 – Bulls
10 – Hawks 9 – Pistons 8 – Heat 7 – Raptors 6 – Magic
5 – Pacers 4 – Nets 3 – Celtics 2 – 1 –
CONFERENCE OUEST
15 – Grizzlies 14 – Suns 13 – Thunder 12 – Wolves 11 – Kings
10 – Pelicans 9 – Mavericks 8 – Spurs 7 – Blazers 6 – Warriors
5 – Rockets 4 – LA Lakers 3 – Jazz 2 – Nuggets 1 –

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Denver Nuggets en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés