Matchs
hier
Matchs
hier
HOU100
UTH93
GSW121
LAC129

"Portrait"

La belle histoire de Romane, 10 ans, et son podcast NBA

Il y a une semaine, Romane, 10 ans, mettait en ligne son premier podcast. Quarante-huit heures plus tard, Tony Parker lui envoyait un message pour la féliciter. La petite fille et son papa nous racontent cette semaine complètement folle.

Plus de 3 000 abonnés sur Twitter, presque 30 000 écoutes sur Soundcloud, les félicitations de Boris Diaw et Tony Parker en personne : le podcast « NBA by Romane » a fait une arrivée fracassante sur la planète basket dimanche dernier. Sa particularité ? Son animatrice vient de fêter ses 10 ans. Le 30 décembre dernier pour être précis, « le même jour que LeBron James » aime-t-elle rappeler, son joueur préféré. Lire la suite »

[happy birthday] John Stockton, Docteur Steal et Mister Passe

John Stockton fête aujourd’hui ses 57 ans. Portrait d’un joueur, toujours fidèle à Utah, aussi discret et effacé dans la vie que précieux et tenace sur le terrain.

C’est l’histoire d’un gars qui ressemble à Monsieur Tout-le-monde et qui sort d’une fac sans références. Personne ne miserait le moindre dollar sur lui.

Dix-neuf ans plus tard, quand il prend sa retraite, il est classé meilleur passeur et intercepteur de tous les temps…

John Stockton a effectué toute sa carrière à Utah. Son duo légendaire avec Karl Malone mena deux fois la franchise de Salt Lake City en Finals NBA, sans parvenir à faire tomber Michael Jordan et les Bulls. Lire la suite »

Larry Johnson a 50 ans : Grand-mère sait faire de beaux paniers

Premier choix de la draft 1991, Larry Johnson était un joueur extrêmement populaire sous les couleurs de Charlotte. A ses côtés, Alonzo Mourning, Muggsy Bogues ou encore Dell Curry. La plus belle époque des Hornets !

Son jeu, combinaison unique de puissance et de vitesse, en avait fait l’ailier du futur et son équipementier, Converse, lui crée un personnage hilarant qui réalisera un carton : « Grandmama ».

Transféré chez les Knicks en 1996, Larry Johnson prendra congé de la NBA cinq ans plus tard, diminué par des douleurs au dos. Destin hors normes que celui du Running Rebel champion NCAA 1990, ancien petit délinquant. La police ne savait plus quoi faire du jeune Larry…

Lire la suite »

Mahmoud Abdul-Rauf a 50 ans : il était une foi

Revenu sur le devant la scène avec la Big3 puis l’affaire Colin Kaepernick, Mahmoud Abdul-Rauf (50 ans ce 9 mars) demeure encore aujourd’hui l’une des personnalités les plus complexes de l’histoire de la NBA. Celui que l’on connut d’abord sous le nom de Chris Jackson suivit une trajectoire particulièrement singulière. Formidable attaquant, Rauf n’est pas seulement l’homme qui refusait d’écouter l’hymne américain avant les matches. Il dut aussi combattre un syndrome très handicapant.

Hélas, même l’Islam n’y peut rien. Chris Wayne Jackson, meilleure progression 1993 sous le maillot des Nuggets, est malade. Deux ans plus tôt, en juillet 1991, il est devenu Mahmoud Abdul-Rauf, confirmant sa conversion à l’Islam par un pèlerinage à La Mecque. Mais son problème est toujours là. Le corps médical appelle cela le syndrome de la Tourette. Un dérèglement génétique (incurable) de la transmission d’influx nerveux. Ça, c’est pour la définition. Concrètement, cela donne des tics et des comportements bizarroïdes. A Gulfport, Mississippi, le voisinage n’avait pas cherché bien loin. Le petit Chris Jackson était barjot et il avait de qui tenir. Son oncle était surnommé « Crazy Willy » et sa mère, Jacqueline, avait une attitude parfois étrange. Elle s’amusait à effrayer ses trois enfants, préférait dormir à côté de son lit, parlait toute seule en remontant la rue principale… Le médecin de famille, plus sympathique que les voisins, diagnostiqua des crises d’épilepsie en voyant Chris rouler les yeux, remonter une épaule jusqu’à l’oreille ou pousser des petits cris incontrôlés façon Michael Jackson. Lire la suite »

Michael Jordan, Simply The Best

Ce 17 février 2019, Charlotte accueille le All-Star Game pour la première fois depuis 1991. Au bord du terrain, le patron des Hornets. Un certain Michael Jordan qui fête ce dimanche son 56e anniversaire. Seize ans après son départ en retraite, pour tout le monde, il reste le plus grand.

Il n’y a que Michael Jordan pour réaliser cette prouesse : un All-Star Game organisé chez lui, à Charlotte, en Caroline du Nord, le jour de son anniversaire ! Ce 17 février, « Son Altesse » fête ses 56 ans devant les meilleurs joueurs de la planète, parmi qui beaucoup ne l’ont même pas vu jouer avec les Bulls ou les Wizards.

Mais une chose est sûre, pour tout le monde, il reste le GOAT. Le meilleur joueur de tous les temps. Quand il jouait, l’extraterrestre martyrisait coaches, partenaires et adversaires pour assouvir sa soif de titres et de trophées en tout genre.

Décryptage aux frontières du joueur et du personnage Michael Jordan, né le 17 février 1963.  Lire la suite »

Elgin Baylor, le loser magnifique

Dans la liste des meilleurs joueurs de l’histoire à ne jamais avoir été champion NBA, Elgin Baylor (84 ans ce 16 septembre) apparaît tout en haut aux côtés d’un Karl Malone, d’un Steve Nash, d’un Pat Ewing ou d’un Reggie Miller.

Et pour cause, Baylor a révolutionné le basket. Ailier aussi élégant qu’aérien, Baylor a été le premier grand dunker de l’histoire de la NBA. Le premier à réellement jouer au dessus des autres. Un joueur complet avec des lignes de statistiques énormes, mais qui est resté dans l’histoire comme le plus grand perdant de tous les temps.

Individuellement, il n’a jamais remporté de trophée de MVP, et collectivement, il a disputé 8 finales, toutes perdues… Pire, c’est l’année de sa retraite que son équipe remportera le titre ! Lire la suite »

[Portrait] B.J. Armstrong a marché sur la Lune

L’actuel agent de Draymond Green, Josh Jackson et bien sûr Derrick Rose fut, au début des années 90, un enfant star en NBA. Avec sa bouille de gamin, personne n’aurait cru que B.J. Armstrong (52 ans ce 9 septembre) deviendrait un jour une figure de la Ligue.

Et pourtant, il obtint le job le plus convoité du monde : meneur titulaire des Bulls de Michael Jordan…

Lire la suite »

Dennis Scott, le basket en 3D

En 1995, après six années de présence dans la Ligue, Orlando atteint sa première Finale NBA. Le Magic, ce n’est pas seulement la paire Shaquille O’Neal-Penny Hardaway ou Nick Anderson.

C’est aussi Dennis Scott (50 ans ce 5 septembre), un tireur d’élite irrésistible à 3 points. « 3D » restera pendant dix ans recordman du nombre de paniers primés réussis sur une saison (267). Lire la suite »

[Happy Birthday] Reggie Miller, le shoot contre-la-montre

C’est l’un des plus grands shooteurs que le basket américain ait enfantés.

Reggie « Killer » Miller (53 ans ce 24 août 2018) a empoisonné la vie de Michael Jordan et pourri l’atmosphère du Madison Square Garden avec des shoots assassins au timing diabolique.

Plus clutch, tu meurs ! Lire la suite »

Patrick Ewing, Empire Knick Building

Il est rare qu’un joueur incarne une franchise au point de ne faire plus qu’un avec l’équipe. Ce fut le cas, dans les années 90, du n°33 des Knicks. « Quand vous pensez à New York, vous pensez à Patrick Ewing », soulignait Michael Jordan qui fut son alter ego chez les Bulls.

« The Beast », c’est 15 saisons passées au service de « Big Apple » dans la quête obsessionnelle du titre NBA et avec un engagement total. Parce qu’il se trouva toujours quelqu’un pour lui confisquer la bague tant convoitée, le grand Pat fit de tristes adieux à la ville qui ne dort jamais.

On discutera longtemps la légende d’un pivot à l’image brouillée, qui eut des rapports parfois délicats avec le public. Un personnage définitivement complexe, devenu le coach de Georgetown après des années comme assistant en NBA. Lire la suite »