Matchs
hier
Matchs
hier
ORL87
LAL96
TOR92
LAC112
CLE110
HOU116
IND122
BOS117
BRO108
CHA113
MIN116
UTH127
CHI136
ATL102
PHO96
MEM105
MIL93
NOR73
SAC38
OKC47
GSW27
NYK35
Pariez en ligne avec Unibet
  • BOS1.69PHI1.99Pariez
  • SAN1.09CLE5.55Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

[Previews 2019/20] Les Pacers veulent passer du trot au galop

Indiana ne connaît toujours pas la date de retour de blessure de son « franchise player », Victor Oladipo, et a considérablement remodelé son effectif à l’intersaison. Quelles peuvent être les prétentions des hommes de Nate McMillan cette saison ?

Comme chaque année, Basket USA propose une présentation de la saison NBA et des 30 franchises sous la forme d’un compte à rebours, de la 30e place à notre favori pour le titre de champion NBA.

Aujourd’hui, place aux Pacers qui ont vu leurs efforts gâchés la saison dernière par la longue blessure de Victor Oladipo. De retour avec un groupe très largement remanié mais toujours privé de son « franchise player », Indiana va tenter de limiter la casse en début de saison, en attendant de meilleurs lendemains.

VICTOR OLADIPO FAUCHÉ EN PLEIN VOL

De nouveau en pleine ascension suite à l’arrivée tonitruante de Victor Oladipo, MIP de la saison 2017-2018 et une série acharnée de playoffs conclue en sept manches face aux Cavs, le destin d’Indiana a basculé le 23 janvier dernier.

Les Pacers avaient jusque-là réussi à se faire une place sur le podium de la conférence Est, devant les Sixers et les Celtics, avec 32 victoires pour 15 défaites. Mais face à Toronto, tout a été remis en question lorsque Victor Oladipo s’est retrouvé au sol, victime d’une rupture du tendon du quadriceps. Un véritable coup de massue qui a stoppé net la dynamique de la franchise du président Kevin Pritchard.

L’arrière a rapidement été déclaré absent pour le reste de la saison et Nate McMillan a alors dû tirer le maximum de son groupe pour que les Pacers finissent à la 5e place de la conférence Est. Des joueurs comme Bojan Bogdanovic, auteur de sa meilleure saison en carrière, mais aussi la paire Sabonis/Turner ont su élever leur niveau de jeu pour maintenir le cap et empêcher la formation d’Indianapolis de s’effondrer, même si ça ne l’a pas empêchée de se faire sweeper par Boston au premier tour de la postseason.

Alors que l’intersaison précédente avait été placée sous le signe de la stabilité, l’été 2019 a été le théâtre de grands changements. Exit Cory Joseph, Darren Collison, Tyreke Evans, Wes Matthews, Bojan Bogdanovic et Thaddeus Young, des contributeurs solides qui seront remplacés par Malcolm Brogdon, qui arrive de Milwaukee avec de belles références, TJ McConnell, un guerrier à l’état d’esprit irréprochable qui a fait ses preuves en sortie de banc à Philadelphie, Jeremy Lamb, qui sort d’une belle saison à Charlotte, mais aussi Justin Holiday (Memphis), JaKarr Sampson et TJ Warren, en provenance des Suns, sans oublier le pivot géorgien Goga Bitadze drafté à la 18e place.

COMMENT ÉVITER UNE CINQUIÈME ÉLIMINATION AU PREMIER TOUR ?

La mission ne s’annonce en effet pas aisée pour le « head coach » des Pacers, car c’est tout un collectif qu’il va falloir reconstruire, espérer que Malcolm Brogdon et Jeremy Lamb s’adaptent vite et que la paire Domantas Sabonis – Myles Turner donne sa pleine mesure dans la raquette, mais aussi que des éléments comme TJ Leaf, qui a montré de belles choses la saison dernière au poste 4 sur un petit temps de jeu, ou Doug McDermott à l’aile en profitent pour se montrer un peu plus. Le tout avec un point d’incertitude majeur quant à la date de retour de leur « go-to-guy » qui progresse bien mais n’a toujours pas repris le basket avec contacts.

« Il ne joue pas, mais il est actif », a récemment déclaré Nate McMillan au sujet de Victor Oladipo. « Mentalement, il va bien. Il a la sensation que tout va bien. Je suis satisfait de ce que je vois. Il est toujours en rééducation et travaille avec les entraîneurs, sans aucun contact. Je sais simplement qu’il ne sera pas là pour l’ouverture de la saison. Pour ce qui est du calendrier, on n’a aucune idée de son retour ».

Son retour n’est pas envisagé avant le mois de décembre, ce qui pourrait constituer une épine dans le pied des Pacers tout au long de la saison. De plus, rien ne garantit qu’il retrouvera immédiatement ses meilleures sensations et qu’il sera efficace dès son retour sur le terrain.

La montée en puissance d’Indiana pourrait donc être laborieuse, et même si son équipe arrive à son meilleur niveau en avril, la marche ne sera-t-elle pas encore trop haute en playoffs, et se sceller par une cinquième élimination consécutive au premier tour pour les coéquipiers de Myles Turner, qui a été des quatre échecs précédents ?

LES MOUVEMENTS DE L’ÉTÉ

Arrivées : Malcolm Brogdon (Bucks), TJ McConnell (Sixers), Justin Holiday (Bulls), Jeremy Lamb (Hornets), Jakarr Sampson (Bulls), TJ Warren (Suns), Goga Bitadze (Draft)

Départs : Darren Collison (retraite), Tyreke Evans (suspension), Cory Joseph (Kings), Wes Matthews (Bucks), Bojan Bogdanovic (Jazz), Thaddeus Young (Bulls), Kyle O’Quinn (Sixers)

LE JOUEUR À SUIVRE : JEREMY LAMB

Sa progression est constante depuis cinq saisons et son dernier exercice aux Hornets l’a vu franchir un cap (15.3 points de moyenne), notamment dans les moments clutchs à l’image de ces quelques tirs au buzzer comme face à Detroit ou son panier miraculeux face à Toronto. Il a été l’un des rares points de satisfaction dans la saison difficile de Charlotte et a répondu aux sirènes des Pacers avec un contrat de 31.5 millions de dollars sur trois ans.

À Indiana, le poste 2-3 aura l’occasion de prendre une nouvelle envergure, particulièrement durant l’absence de Victor Oladipo, où il pourrait être propulsé comme titulaire avant de retrouver un rôle de 6e homme de luxe qu’il a parfaitement su occuper du côté de « Buzz City ».

Le joueur a assuré avoir travaillé sur son tir à mi-distance et son shoot à 3-points pour lui permettre de franchir à nouveau la barre des 35% de réussite de loin. Jeremy Lamb sera-t-il encore l’une des bonnes surprises de la saison ?

MOYENNE D’AGE : 24.9 ans

MASSE SALARIALE : 118 millions (26e sur 30)

SI TOUT VA BIEN

Les Pacers se trouvent dans une bonne dynamique dès le début de saison et Victor Oladipo revient plus tôt que prévu pour aider ce groupe solide à tenir la distance. Son retour donne un coup de boost aux hommes de Nate McMillan, particulièrement dans la gestion du « money time », et Indiana se hisse dans le Top 4 à l’Est.

TJ Leaf profite du temps de jeu disponible au poste 4 pour se montrer et la paire Sabonis-Turner affiche de belles choses, alors que la défense reste solide malgré les départs. Malcolm Brogdon était bien le chaînon manquant dans ce groupe, très difficile à jouer et qui peut donc continuer sa progression. Avec plus de marge financière…

SI TOUT VA MAL

L’absence de Victor Oladipo et les très nombreux changements dans l’effectif perturbent le début de saison de l’équipe. Ce groupe manque de percussion en attaque, et doit se contenter des exploits individuels de Jeremy Lamb et T.J. Warren. Dessous, la paire Sabonis/Turner ne fonctionne pas, et les Pacers n’arrivent pas à écarter le jeu.

Dans ces conditions, Nate McMillan attend avec impatience le retour de Victor Oladipo mais l’arrière a bien du mal à se remettre et à être efficace. Indiana patine donc toute la saison, et les playoffs sont compliqués à aller chercher.

CONFERENCE EST
15 – Hornets 14 – Cavaliers 13 – Wizards 12 – Knicks 11 – Bulls
10 – Hawks 9 – Pistons 8 – Heat 7 – Raptors 6 – Magic
5 – Indiana 4 – 3 – 2 – 1 –
CONFERENCE OUEST
15 – Grizzlies 14 – Suns 13 – Thunder 12 – Wolves 11 – Kings
10 – Pelicans 9 – Mavericks 8 – Spurs 7 – 6 –
5 – 4 – 3 – 2 – 1 –


A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Indiana Pacers en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés