Magazine News

Guide de la saison 2017/18 : qui sera le meilleur rookie ?

Après les previews, équipe par équipe, compilées dans notre Guide de la saison, place aux prévisions sur les principaux trophées individuels.

On débute avec les meilleurs rookies, et la saison passée, nous avions misé sur Joel Embiid. Sans sa blessure au genou, sans doute que le pivot des Sixers aurait raflé la mise. Cette saison, on mise sur un meneur de jeu très, très attendu. D’abord parce qu’il joue aux Lakers, mais aussi parce qu’il évolue dans un environnement familial unique en NBA.

1- Lonzo Ball (LA Lakers)

Plus de la moitié de la rédaction le voit Rookie Of The Year, et les raisons sont nombreuses. D’abord, l’ancien d’UCLA est très doué balle en main, et ses summer leagues ont convaincu beaucoup de monde. Ensuite, il évolue à un poste, meneur de jeu, qui permet habituellement de briller lorsqu’on est titulaire. Depuis 2005, Chris Paul, Derrick Rose, Kyrie Irving, Damian Lillard, Michael Carter-Williams et dernièrement Malcolm Brogdon ont remporté ce trophée en évoluant à ce poste. Enfin, il ne joue pas n’importe où puisqu’il a réalisé son rêve : jouer aux Lakers. Une franchise idéale pour marquer les esprits.

2- Ben Simmons (Sixers)

Comme Blake Griffin, Ben Simmons pourrait remporter le trophée de Rookie Of The Year après une saison blanche. Il en a le potentiel, et il a ébloui les observateurs en présaison. Mais il n’est pas tout seul, et il va devoir partager la vedette avec Joel Embiid, Markelle Fultz ou encore Dario Saric et J.J. Redick. Son impact chiffré peut s’en ressentir, même si les Sixers ont plus de chance d’atteindre les playoffs que les Lakers. Et ça peut marquer les esprits comme ce fut le cas la saison passée avec Malcolm Brogdon.

3- Markelle Fultz (Sixers)

Comme Lonzo Ball, Markelle Fultz a l’avantage d’arriver dans une franchise où il y avait un énorme besoin à la mène, et où il n’y a pas de grosse concurrence. Si le garçon règle son problème de tir, il peut être le meilleur marqueur de la cuvée 2018. Avec Ben Simmons à ses côtés, il va pouvoir se concentrer sur le scoring, et moins sur la création pour ses coéquipiers. Une liberté en attaque qui pourrait faire la différence.

4- Dennis Smith Jr (Mavs)

C’est l’outsider numéro 1. Comme Ball, il a les clés du camion à Dallas, et ce sont ses qualités athlétiques qui peuvent faire la différence. Tel le jeune Derrick Rose ou le toujours jeune Russell Westbrook, il a de la dynamite dans les jambes, et sa vitesse peut transformer le jeu des Mavs. Comme Fultz, il devrait faire partie des meilleurs marqueurs chez les rookies.

5- Jayson Tatum (Celtics)

Contrairement aux autres, il ne sera pas titulaire en début de saison, et il pourrait donc prendre du retard sur eux. Sauf qu’il faut se souvenir des exemples de Malcolm Brogdon et Dario Saric qui sont montés en puissance au fil de la saison, pour finalement terminer aux deux premières places du scrutin, devant Embiid. Par sa polyvalence et son talent offensif, Tatum pourrait justement suivre les traces d’un Saric et devenir rapidement indispensable aux Celtics.

Mentions : Donovan Mitchell (Jazz), Josh Jackson (Suns) et De’Aaron Fox (Kings).

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *