Présaison
NBA
Présaison
NBA
Pariez en ligne avec Unibet
  • MIL1.9BRO1.88Pariez
  • LOS1.52GOL2.48Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Le 19 avril 1992, Dennis Rodman débute sa domination au rebond

Avec 18.7 rebonds par match, l’intérieur des Pistons réalisait la meilleure saison de sa carrière et une des moyennes les plus hautes de l’histoire. Depuis presque 30 ans, personne n’a fait mieux.

Double défenseur de l’année en titre, avec ses trophées en 1990 et 1991, Dennis Rodman a mis la main sur celui de meilleur rebondeur de la ligue en 1991-1992. Pour ne plus le lâcher ensuite. L’intérieur des Pistons est alors le joueur le plus utilisé de son équipe et il va prendre 18.7 rebonds de moyenne !

C’est énorme, surtout pour un joueur comme « The Worm » qui pointe à 2m01 tout au plus. 1 530 rebonds et 18.7 de moyenne, c’était inédit depuis vingt ans et les 1 572 rebonds (19.2 par match) de Wilt Chamberlain en 1971-1972.

Usine à attraper les ballons, cette saison-là, Dennis Rodman va gober 42 % des rebonds de son équipe, soit le pourcentage le plus élevé de l’histoire de la NBA. Le 4 mars 1992, il aimante 34 rebonds, son record en carrière, contre les Pacers, dont 18 offensifs.

C’est le début de la domination sans partage de Dennis Rodman sur le monde du rebond. Entre 1992 et 1998, il est sans conteste la référence de la ligue dans ce domaine (16.7 de moyenne sur 471 rencontres), saison après saison.

Preuve que l’intérieur a marqué l’histoire : aucun joueur depuis cette parenthèse des années 1990 n’a dépassé les 17 rebonds par match dans une saison. Ni Ben Wallace, Kevin Garnett, Dwight Howard ou encore Kevin Love. Pas même Andre Drummond, le meilleur de sa génération pourtant.

Tags →
A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires