Magazine News Previews

[Previews] Les Grizzlies veulent éviter l’hibernation

Comme chaque année, Basket USA propose une présentation de la saison NBA et des 30 franchises sous la forme d’un compte à rebours, de la 30e place à notre favori pour le titre de champion NBA. Aujourd’hui, place aux Grizzlies qui ont fait peau neuve cet été en laissant filer quelques « historiques », comme Zach Randolph, Tony Allen ou encore Vince Carter.

La page du « Grit and Grind », qui a mené l’équipe à sept playoffs consécutifs et à une finale de conférence en 2013, est désormais tournée et il y a un risque que l’équipe glisse désormais hors des playoffs.

La fin du « Grit and Grind »

« Il y a des moments où on paraissait un peu vieux ». Il y a deux ans, Dave Joerger semblait désabusé alors que son équipe recevait fessée sur fessée dans un début de saison chaotique. Alors que les Grizzlies avaient représenté l’antidote au développement d’une NBA qui étirait de plus en plus le terrain au-delà de la ligne à 3-points, les guerriers du Tennessee ne semblaient plus capables de tenir le rythme de leurs adversaires, et surtout des Warriors.

Quelques mois auparavant, ils avaient pourtant fait des frayeurs à Golden State, en marche vers son premier titre. Deux ans, deux septièmes places de l’Ouest et deux éliminations au premier tour des playoffs plus tard, le constat de leur ancien coach s’est imposé. De quoi tourner la page du « Grit and Grind », ce mantra des soldats de Lionel Hollins et Dave Joerger.

Cet été, Memphis a donc décidé de ne pas retenir Tony Allen, Zach Randolph ou encore Vince Carter. La franchise veut désormais miser sur le duo Mike Conley – Marc Gasol, en espérant que Chandler Parsons quitte enfin l’infirmerie…

Un trio Conley/Gasol/Parsons entouré de jeunes

La transition avait d’ailleurs déjà commencé l’année dernière. Dave Joerger parti vers les Kings, David Fizdale était arrivé pour préparer la fin du « Grit and Grind ». Zach Randolph était transformé en sixième homme alors que l’ancien assistant d’Erik Spoelstra à Miami devait intégrer les jeunes dans une nouvelle étape pour le club.

Recruté à prix d’or (94 millions de dollars sur quatre ans) malgré une fragilité connue de tous, Chandler Parsons était ainsi le symbole de cette nouvelle phase. Ailier capable d’écarter le jeu dans une équipe en manque de shooteurs extérieurs, mais également à l’aise dans la création, il devait soulager Mike Conley et diversifier le jeu des Grizzlies. Malheureusement pour Memphis, ses problèmes récurrents au genou ont retardé son intégration. Opéré pour la troisième fois du genou en trois saisons, en mars, il a travaillé tout l’été et son coach personnel estime qu’il est désormais « à 75% » de ses moyens mais qu’il est surtout bien mieux que l’an passé à la même époque.

Pour Memphis, c’est essentiel car autour de l’ancien Rocket et Maverick, et du solide duo Mike Conley – Marc Gasol, il n’y a guère que des jeunes « role players ». Dans un curieux chassé-croissé avec les Kings, le club a ainsi tenté les paris Tyreke Evans et Ben McLemore. Problème : ce dernier s’est blessé pour trois mois en août…

Dans une conférence Ouest toujours plus relevée, cette nouvelle version des Grizzlies parviendra-t-elle à rester dans le Top 8 ? Si la prolongation de JaMychal Green rassure à l’intérieur, beaucoup de questions se posent tout de même sur cet effectif renouvelé et qui mise sur des joueurs qui doivent faire leurs preuves ou qui restent sur des saisons compliquées sur le plan physique. S’ils paraissaient vieux il y a deux ans, les Grizzlies risquent cette fois de paraître très jeunes.

Mouvements de l’été

Arrivées : Ben McLemore et Tyreke Evans (Kings), Rade Zagorac, Ivan Rabb (Draft), Dillon Brooks (Draft), Mario Chalmers

Départs : Zach Randolph et Vince Carter (Kings), Tony Allen (Pelicans), Troy Daniels (Suns)

Le joueur à suivre : Marc Gasol

L’état de santé et les performances de Chandler Parsons risquent d’être le facteur déterminant de la saison mais c’est peut-être Marc Gasol qui sera le plus à surveiller cette année. Le pivot s’est affirmé comme l’un des meilleurs joueurs NBA à son poste, si ce n’est le meilleur, avec une qualité de passe et un shoot extérieur précieux pour son équipe.

Mais à bientôt 33 ans, comment réagira-t-il si son équipe s’enfonce dans le ventre mou de la conférence Ouest ? Dans la presse espagnole, le petit frère de Pau a déjà admis que la prochaine saison serait « longue et difficile » tout en affirmant qu’il voulait que l’équipe reste ambitieuse et continue de progresser.

Malgré sa relation avec Mike Conley et son attachement aux Grizzlies, Marc Gasol pourrait bien être tenté par un nouveau départ si l’équipe plonge dans la conférence et glisse vers une longue reconstruction.

 LE CINQ DE DEPART EN DEBUT DE SAISON

 LE BANC

Meneurs : Andrew Harrison, Wade Baldwin, Mario Chalmers
Arrières : Wayne Selden, Ben McLemore
Ailiers : Tyreke Evans, Dillon Brooks, Rade Zagorac
Ailiers forts : Jarell Martin, Deyonta Davis, Ivan Rabb
Pivots : Brandan Wright

MOYENNE D’AGE : 25.3 ans
MASSE SALARIALE : 117.3 millions (9e sur 30)
SI TOUT VA BIEN

Chandler Parsons enfin remis de ses problèmes aux genoux, Mike Conley trouve du soutien à la création et les Grizzlies s’appuient sur un duo extérieur qui fait des étincelles. De son côté, Marc Gasol contrôle toujours la défense tout en faisant parler sa polyvalence offensive, et le trio fait parler la poudre dans une conférence Ouest pourtant très relevée.

Les Warriors, les Rockets, le Thunder et les Spurs sont au-dessus mais même si le « Grint and Grind » est officiellement terminé, la mentalité de guerriers n’a pas définitivement quitté les Grizzlies, qui se mêlent aux outsiders derrière le quatuor de tête de la conférence. L’enthousiasme de David Fizdale est communicatif, l’entraîneur parvenant à tirer le meilleur de ses jeunes « role players », de JaMychal Green à Andrew Harrison ou encore Ben McLemore, qui s’épanouit enfin.

Résultat : Memphis parvient encore à accrocher les playoffs, même si l’équipe ne fait plus partie des cadors de l’Ouest.

SI TOUT VA MAL

Malgré son travail estival, Chandler Parsons se pète encore et doit subir une quatrième opération du genou en quatre saisons. Dans ces conditions, David Fizdale doit jongler avec son équipe pour entourer au mieux un duo Mike Conley – Marc Gasol obligé de faire beaucoup trop de choses sur le terrain.

Beaucoup trop limitée, l’équipe n’arrive pas à tenir le rythme des meilleures équipes de l’Ouest et se retrouvent dans le bas du ventre mou de l’Ouest, avant de se faire distancer par les Wolves, les Nuggets, les Blazers, le Jazz ou encore les Pelicans. Encore plus inquiétant encore pour les Grizzlies, Marc Gasol s’agace publiquement des problèmes de l’équipe et, à l’image de son frère Pau quelques années plus tôt, ne cache pas ses envies d’ailleurs…

PREVIEWS : les équipes déjà présentées
30 – Chicago Bulls (15e Est)
29 – Phoenix Suns (15e Ouest)
28 – Atlanta Hawks (14e Est)
27 – Indiana Pacers (13e Est)
26 – Brooklyn Nets (12e Est)
25 – Sacramento Kings (14e Ouest)
24 – Orlando Magic (11e Est)
23 – New York Knicks (10e Est)
22 – LA Lakers (13e Ouest)
21 – Dallas Mavericks (12e Ouest)
20 – Philadelphie Sixers (9e Est)
19 – Detroit Pistons (8e Est)
18 – Charlotte Hornets (7e Est)
17 – Memphis Grizzlies (11e Ouest)
Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *