Analyse News

Moins de spectacle, plus de rigueur… Les Clippers entament leur mutation

clippersLa situation a été suffisamment débattue pour les Clippers. Tout le monde le sait, la meilleure équipe de Los Angeles joue une grosse partie de son destin cette saison. Avec Chris Paul et Blake Griffin qui auront la possibilité de décamper en fin d’exercice, la troupe de Doc Rivers sait qu’elle joue gros.

Mais a-t-elle vraiment la pression cette équipe des Clippers ? Très détendue après la victoire face aux Blazers, après un combat pourtant très âpre entre les deux rivaux de la côte Ouest, les joueurs de LA ont surtout apprécié à sa juste valeur la prestation du banc. 

Enfin un vrai banc chez les Clippers ?

Aussi incroyable que cela puisse paraître, les cinq titulaires des Clippers ont fini en négatif (même Chris Paul à -4) au +/- alors que tous les remplaçants étaient quant à eux dans le bonus !

« C’est une belle victoire pour nous. On s’est pas facilité la tâche mais on a fait le boulot. C’est bien », savourait Doc Rivers dans les travées du Moda Center. « J’ai trouvé que notre banc a été phénoménal. C’est très rare de pouvoir gagner un match quand tous nos titulaires sont dans le négatif et tous nos remplaçants sont dans le positif. On a réussi à créer du jeu rapide en défendant très bien avec les mains. On n’a pas arrêté leur chiper des ballons avec les mains actives. Et c’est comme ça qu’on peut gagner des matchs à l’extérieur quand on ne shoote qu’à 40%… »

Dans l’ombre des Warriors, la « Super Team » qui « n’aura bientôt plus assez de doigts pour toutes les bagues qu’ils vont gagner », comme le veut la comédie musicale du Bleacher Report en leur honneur, les Clippers ne sont-ils pas dans la situation idéale au final ? Tous les yeux sont braqués sur Golden State, et après leurs mésaventures répétées en playoffs, les Clippers sont clairement plus un outsider qu’un prétendant.

Maintenant, feu « Lob City » n’est plus l’équipe entourée de hype mais plutôt une équipe de vétérans qui savent que la fin de l’histoire peut arriver plus vite que prévue… Du coup, on accepte bien volontiers l’imagerie du bleu de travail plutôt que du strass et des paillettes.blake-griffin

« J’ai trouvé qu’on avait été plutôt présent aux rebonds », soufflait JJ Redick, lui-même tiré à quatre épingles dans un costard nickel. « Comme je dis souvent, pour se donner une chance au rebond, il faut déjà être dans la bataille. Et on l’a bien fait, les arrières y compris. Le problème, face [aux Blazers], c’est qu’ils jouent très petit à tous les postes, 90% du temps en gros, et comme ils tirent de loin, il y a souvent des rebonds longs. Donc, il faut vraiment être vigilant, c’est un travail collectif. »

Le banc, les rebonds… les Clippers ne veulent définitivement plus faire dans le spectaculaire, mais dans l’efficace. Une victoire aux forceps, en plus, pour se venger (un peu) des derniers playoffs, c’est une entame parfaite pour la nouvelle histoire de cette équipe.

« On a plutôt bien exécuté les systèmes qui étaient demandés même si on a raté pas mal de tirs faciles. Je sais que j’en ai ratés pas mal… » regrettait Blake Griffin à notre micro. « Mais de venir gagner à l’extérieur, pour le premier match de la saison, en shootant 40%, face à une équipe comme ça, c’est plutôt prometteur. »

Chris Paul : « Laissez nous jouer au basket ! »

Et comment ! Les Clippers ont confirmé en battant Portland qu’ils étaient une des équipes du Top 4 à l’Ouest.

Et encore, ils ont joué sur courant alternatif, avec de superbes séquences et des actions d’éclat telle cette claquette dunk main gauche de Blake Griffin, ou ce contre magistral du même Blake sur Moe Harkless… Mais de l’autre côté de la balance, il y a eu du gros déchêt. Mais bon, du genre recyclable qui fait pas trop mal à l’environnement…

chris-paul-lillard-1« J’ai bien aimé comment on a résisté à leurs runs. Par le passé, on avait du mal à tenir », analyse coach Rivers. « En troisième quart, ils sont revenus fort et on a relancé nos remplaçants, et eux ont pris à leur tour l’avantage. Et quand on a remis nos titulaires, ils ont creusé l’écart. Ce que j’ai bien aimé, c’est que chacun a compris son rôle. On a encore fait beaucoup trop d’erreurs mais ça prouve qu’on a une belle marge de progression. Je pense franchement qu’on peut être encore bien meilleur. On a la détermination, maintenant, il faut que l’exécution [des systèmes] suive. »

En somme, les Clippers ne veulent pas faire de vagues. L’objectif de l’escouade californienne, c’est de se forger un mental à toute épreuve. Lors des playoffs ces dernières années, ils ont trop souvent craqué dans les moments clé… Cette saison, il faut se lâcher !

« C’est [l’état d’] esprit et l’énergie », entonne Chris Paul quand on lui demande ce qui lui a plu dans cette victoire. « On a traversé tellement de hauts et de bas. On a tout vécu [avec cette équipe]. Ça suffit maintenant. On a traversé tellement d’épreuves individuellement et collectivement, on doit simplement [jouer]… Vous savez comment on dit : allez tous vous faire voir. Tout le monde. Laissez nous jouer au basket ! »

Le message est plutôt clair… Laissons les donc jouer !

Propos recueillis à Portland

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *