Coaching News

[Coaching] P.J. Tucker, l’ombre de James Harden

Alors qu’ils étaient la 18e défense de NBA l’an passé (106.4 points sur 100 possessions), les Rockets sont rentrés cette année dans le Top 10 (104.5 points sur 100 possessions). Et si on a déjà parlé du rôle de P.J. Tucker et Luc Mbah a Moute dans le dispositif de Houston, la fin de match face à Boston a encore illustré leur apport, en particulier du premier nommé.

Récemment, Steve Clifford expliquait ainsi qu’il devenait très compliqué en NBA de « cacher les mauvais défenseurs ». Même s’il a fait des progrès, James Harden reste de son côté un défenseur faible et au moment où ils menaient 113-107 avec un peu plus de trois minutes à jouer, les Celtics ont donc décidé de l’attaquer pour augmenter l’écart et tenter de tuer la rencontre.

Un simple écran de Marcus Smart permet le changement et Kyrie Irving obtient une bonne pénétration… mais le ballon ressort. C’est là qu’intervient P.J. Tucker, offensivement d’abord car il inscrit un 3-points dans la foulée, puis surtout en défense.

L’activité défensive de P.J. Tucker, qui prend la place de James Harden sur le poseur d’écran pour éviter que Kyrie Irving ne puisse jouer le un-contre-un puis isole carrément le meneur adverse, ne se lit pas dans sa ligne de stats. Mais elle est essentielle dans ce 12-2 qui va faire basculer le match, lui et Trevor Ariza forçant également deux pertes de balles décisives.

S’il est de plus en plus compliqué de « cacher les mauvais défenseurs », les Rockets arrivent, grâce à P.J. Tucker et aux aides défensives de Clint Capela, à limiter leurs problèmes défensifs causés par James Harden.

Dans le troisième quart-temps, les Celtics avaient d’ailleurs déjà pu s’en rendre compte. De façon très intelligente, ils provoquent le changement voulu, James Harden se retrouvant sur Kyrie Irving, sauf que ce dernier ne l’attaque pas directement. Il transfère le ballon, qui revient à Al Horford. C’est le pivot qui va faire le décalage en servant son coéquipier, parti dans le dos du barbu. Et déjà, P.J. Tucker était là pour couvrir les arrières du favori pour le titre de MVP.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *