News

CJ McCollum, symbole des progrès défensifs de Portland

Dans le Top 10 de la ligue, avec 104.7 points encaissés pour 100 possessions, la défense de Portland est en net progrès cette saison, et on a eu la confirmation cette nuit avec seulement 81 points encaissés face au Jazz. Ça explique la bonne tenue des Blazers tout au long de cette première moitié de saison, malgré des défaillances en attaque.

Pour CJ McCollum, qui tient ses adversaires à 41% de réussite et a également amélioré son ratio défensif de quelques points, c’est une évolution normale grâce à la continuité d’un groupe. 

« Tout avantage est bon à prendre »

« On a les mêmes joueurs, le même staff, les mêmes systèmes, et la même approche », explique l’arrière sur NBC. « C’est simplement que nos entraînements ont été un peu différents pour expliquer les concepts et ce qu’on veut réussir pendant la saison. Notre bloc a été solide, on fait partie du Top 10 en défense [ndlr : 9e]. Il y a évidemment des ratés mais on est plutôt constant. »

C’est également le travail de toute une équipe autour des joueurs, des entraîneurs aux assistants vidéos et aux préparateurs.

« On travaille beaucoup avec le staff en muscu et en condition physique. On travaille aussi avec les assistants sur de la vidéo, pour trouver les meilleurs angles, comment éviter les écrans le mieux possible. Mais je pense qu’il faut bien comprendre les attaques pour être bon en défense. Il faut comprendre les schémas de l’adversaire, et les tendances de certains joueurs pour devenir un meilleur défenseur. C’est souvent comme ça en NBA, les gars sont bons et ils vont toujours scorer, mais il faut leur rendre la vie le plus difficile possible. Tout avantage est bon à prendre. »

Le résultat est que les Blazers font davantage bloc en défense. Leur premier rideau est plus solide que par le passé. Ainsi que l’explique CJ McCollum, lui et Lillard ont appris à mieux communiquer. Et cette cohésion est contagieuse.

« Notre maillage défensif est plus serré et ça oblige l’adversaire à passer le ballon d’un côté à l’autre à de nombreuses reprises. De plus, on arrive bien à contrôler le joueur avant qu’il ne prenne l’écran ou la pénétration. Comme ça, on les fait travailler plus longtemps sur demi-terrain et on empêche les points en seconde chance. »

« Ça vient aussi avec l’expérience des gros matchs »

La défense est aussi question d’habitude, et CJ McCollum le confirme en évoquant l’exemple des Warriors, que les Blazers ont affrontés très souvent ces dernières années. Une formation qu’ils ont battue juste avant le All-Star Break.

« Ça vient aussi avec l’expérience des gros matchs, quand tu joues dans des situations où tu as une meilleure compréhension des systèmes. On a joué les Warriors 16 fois ces deux dernières années, donc on commence à comprendre certaines tendances. On sait ce qu’ils aiment faire, leurs systèmes en sortie de temps morts ou différentes options durant le match. Au fur et à mesure que tu joues certains joueurs, tu apprends à mieux réagir. »

Les Blazers sont actuellement à la 7e place dans la conférence Ouest. Mais comme ces deux dernières années, ils veulent finir fort, et ils peuvent viser la 3e place !

« On rentre à chaque match en pensant que la victoire est cruciale. Il ne faut pas perdre à la maison, et il ne faut pas perdre contre les équipes sous les 50%. Une mauvaise semaine et tu retombes à la 10e ou 11e place. Et une bonne semaine peut te mettre à la 4e ou 5e place. Il y a toujours un moment en fin de saison où certaines équipes se relâchent, et il faut en profiter. »

Pour rallier les playoffs une cinquième année consécutive, les Blazers devront encore se faire violence jusqu’au bout. Après la greffe Nurkic de l’an passé, place à une défense collective pour tenir le rythme et finir fort au printemps prochain.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *