Magazine News Previews

[Previews] Les Spurs veulent leur revanche

Comme chaque année, Basket USA propose une présentation de la saison NBA et des 30 franchises sous la forme d’un compte à rebours, de la 30e place à notre favori pour le titre de champion NBA.

C’est le tour aujourd’hui des Spurs, qui restent sur une saison au goût amer à cause de la blessure de Kawhi Leonard dans le premier match de la finale de conférence face aux Warriors. Les Texans repartent donc au combat avec une équipe toujours aussi solide mais qui n’a cette fois pas le visage d’un favori pour le titre.

Construire sur un « Et si ? »…

Le mouvement de bascule fut symbolisé par la chute de Kawhi Leonard. Au moment où l’ailier All-Star s’écroule sur le parquet des Warriors dans le Game 1 des finales de conférence, les Spurs dominent largement les futurs champions, comme peu d’équipes la saison passée. Son absence prolongée condamne alors ses camarades à se faire balayer.

La franchise vit donc sur un énorme « Et si ? ». Et si Kawhi Leonard ne s’était pas blessé, les Spurs auraient-ils accroché les Warriors ? Au point de les battre et d’atteindre les Finals ? Le sort nous a privés de réponse.

Pour rebondir, les Spurs vont donc faire ce qu’ils savent faire de mieux : miser sur la stabilité et des certitudes acquises depuis longtemps. Comme d’habitude, ils gagneront sans doute leurs 50 matches au minimum, pour la 19e fois de suite, et seront la formation que personne ne voudra affronter au premier tour des playoffs. Après ? Le roman de la saison régulière apportera des éléments de réponse, et il faudra attaquer le premier quart sans Tony Parker, mais avec sans doute un meneur « sophomore » pour lancer les systèmes et se coltiner les stars à ce poste.

Un effet Tony Parker ? Trop d’anciens ?

Les Spurs devront effectivement se passer de Tony Parker pendant au moins 20-25 matches puisqu’un retour du Français n’est pas prévu avant décembre, voire janvier. Son retour pourrait booster les Spurs, ramener un équilibre naturel et offrir une rotation supplémentaire. En attendant, Dejounte Murray devra confirmer ses performances du printemps dernier.

Avec les retours de Pau Gasol et Manu Ginobili, en plus de l’arrivée de Rudy Gay – qui revient de blessure – les Spurs n’ont pas rajeuni. Au contraire même puisqu’ils ont perdu les athlétiques Dewayne Dedmon et Jonathon Simmons. Comme chaque année, la vieillesse de l’effectif est une question, car qui dit joueurs âgés, dit davantage de repos nécessaire et blessures potentielles. Heureusement, Gregg Popovich est habitué de ce genre de situation, et on attend aussi que des « jeunes » comme Kyle Anderson et Joffrey Lauvergne apportent et bousculent la hiérarchie. Le Français a d’ailleurs un vrai coup à jouer dans cet effectif car à l’effectif penche énormément à l’extérieur. Dans la NBA actuelle, on se doute que Coach Pop va utiliser Kawhi Leonard et Rudy Gay sur les postes 3 et 4, mais le secteur intérieur est très léger.

Comme un peu chaque année, il est donc difficile de prédire la saison des Spurs. Les mêmes interrogations reviennent à chaque début de campagne, mais les Spurs sont toujours là, année après année. Rien qu’avec Kahwi Leonard, candidat au titre de MVP la saison passée, il y a de quoi travailler sereinement. À condition qu’il soit bien remis de son souci à la cuisse.

Mouvements de l’été

Arrivées : Rudy Gay (Kings), Brandon Paul, Joffrey Lauvergne (Bulls), Derrick White

Départs : Dewayne Dedmon (Hawks), Jonathon Simmons (Magic)

Le joueur à suivre : LaMarcus Aldridge

Si Kawhi Leonard est l’un des meilleurs joueurs au monde, la clé d’une très bonne saison des Spurs réside sans doute dans les performances de LaMarcus Aldridge. Son arrivée en 2015 n’a pas encore eu les effets escomptés, malgré deux belles saisons des Spurs. Cet été, l’intérieur a confié à son coach ses doutes et sa frustration.

Aux Spurs, LaMarcus Aldridge est efficace en intermittence. On n’a que très peu vu et apprécié le monstre qu’il pouvait être aux Blazers. La progression offensive de Kawhi Leonard va de paire avec le rôle réduit par l’intérieur, qui a expliqué avoir été parfois « oublié » la saison passée. Gregg Popovich l’a d’ailleurs reconnu, assurant que les choses vont changer.

Si les Spurs veulent aller loin, ils auront de toute façon besoin d’un très bon LaMarcus Aldridge, et sur la durée.

LE CINQ DE DÉPART EN DÉBUT DE SAISON

LE BANC

Meneurs : Patty Mills, Derrick White, Tony Parker (blessé)
Arrières : Manu Ginobili, Bryn Forbes, Brandon Paul
Ailiers : Rudy Gay, Kyle Anderson
Ailiers-forts : Davis Bertans
Pivots : Joffrey Lauvergne

MOYENNE D’AGE : 28.2 ans
MASSE SALARIALE : 116.1 millions de dollars (13e sur 30)
SI TOUT VA BIEN

La mécanique des Spurs est toujours aussi bien huilée. Kawhi Leonard continue de prendre du volume, LaMarcus Aldridge retrouve son sourir, Rudy Gay apporte un coup de fouet en sortie de banc et l’équilibre technique est assuré par Gregg Popovich. San Antonio fait sa saison, Tony Parker revient en bonne forme, le Top 4 offre l’avantage du terrain pour le premier tour. En clair, les Spurs restent les Spurs, et tout le monde attend la revanche de l’an passé face aux Warriors.

SI TOUT VA MAL

Cette fois, Gregg Popovich a du mal à jongler avec un effectif déséquilibré, entre vétérans qui affichent plus de dix années dans les jambes et rookies ou jeunes joueurs, et les résultats s’en ressentent. Les blessures plombent les anciens, Tony Parker ne rentre jamais dans sa saison et le dossier LaMarcus Aldridge est toujours aussi confus. Forts avec les faibles, faibles avec les forts, les Spurs traversent la saison régulière sans saveur. Pour se qualifier, ça passe. Mais pour aller loin, ça se complique face au basket plus physique et plus rapide des Rockets, du Thunder et des Warriors.

PREVIEWS : les équipes déjà présentées
30 – Chicago Bulls (15e Est)
29 – Phoenix Suns (15e Ouest)
28 – Atlanta Hawks (14e Est)
27 – Indiana Pacers (13e Est)
26 – Brooklyn Nets (12e Est)
25 – Sacramento Kings (14e Ouest)
24 – Orlando Magic (11e Est)
23 – New York Knicks (10e Est)
22 – LA Lakers (13e Ouest)
21 – Dallas Mavericks (12e Ouest)
20 – Philadelphie Sixers (9e Est)
19 – Detroit Pistons (8e Est)
18 – Charlotte Hornets (7e Est)
17 – Memphis Grizzlies (11e Ouest)
16 – New Orleans Pelicans (10e Ouest)
15 – Utah Jazz (9e Ouest)
14 – Miami Heat (6e Est)
13 – Denver Nuggets (8e Ouest)
12 – Portland Trail Blazers (7e Ouest)
11 – Milwaukee Bucks (5e Est)
10 – Toronto Raptors (4e Est)
9 – LA Clippers (6e Ouest)
8 – Minnesota Timberwolves (5e Ouest)
7 – Washington Wizards (3e Est)
6 – San Antonio Spurs (4e Ouest)
Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *