NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
PHI64
DAL54
BRO65
ORL47
NYK77
SAC62
MEM37
LAC37
DEN
WAS3:00
MIL
NOR3:30
Pariez en ligne avec Unibet
  • DEN1.27WAS3.85Pariez
  • MIL1.27NEW3.95Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

[Previews 2020/21] Denver prêt à renverser de nouvelles montagnes

Les Nuggets peuvent-ils répéter les exploits de la « bulle » pour aller décrocher une place en finale NBA ? Pas facile sur le papier, même si les Nuggets ont souvent réussi à déjouer les pronostics.

La franchise des Rocheuses a multiplié les miracles depuis deux ans. Après avoir buté à une frustrante neuvième place en 2017 et en 2018, les troupes de Mike Malone ont fait sauter le verrou en signant une saison régulière 2018/19 quasi-parfaite, conclue à la deuxième place de la Conférence Ouest (54v-28d).

Le Pepsi Center est alors (re)devenu une forteresse imprenable (seulement 7 défaites cette saison-là), et avec un axe Murray-Jokic en progression constante, des armes offensives diverses et un collectif bien huilé, les Nuggets ont pu prétendre à jouer plus qu’un rôle de « sparring partner » en playoffs.

Alors qu’on leur promettait l’enfer avec la montée en puissance des Lakers, des Rockets ou encore des Clippers, les Nuggets ont encore livré une saison régulière d’une grande qualité en 2019/20. À l’orgueil, Denver a déjoué tous les pronostics, allant jusqu’à tenir sa deuxième place jusqu’à début mars avant finalement d’hériter de la troisième place, après avoir concédé cinq revers en huit matchs dans la « bulle », perturbé par les absences de Jamal Murray, Garry Harris ou Monte Morris (46-27).

LES ROIS DU COMEBACK

Sur une mauvaise dynamique, les coéquipiers de Will Barton, blessé fin juillet, ont ainsi dû affronter le 6e, le Jazz, et se sont rapidement retrouvés menés 3-1. Mais ces Nuggets ont du coeur…

Depuis deux saisons, les hommes de Mike Malone sont ainsi devenus les rois du « comeback », avec un certain penchant pour les Game 7. Denver a ainsi enchaîné quatre séries de suite en sept manches entre 2019 et 2020 ! Après 2019 (victoire en sept matchs face aux Spurs puis défaite sur le même score au tour suivant face aux Blaers), la campagne de playoffs 2020 des Nuggets a elle aussi livré son lot de matchs de folie.

Il y a d’abord eu cette folle remontée face au Jazz, marquée par un deuxième match de Jamal Murray à 50 points, puis ce Game 7 remporté au bout du bout du suspense et de l’effort, 80-78, suite à une ultime tentative manquée de Mike Conley qui aurait pu changer le cours de l’histoire.

Face aux Clippers en demi-finale de conférence, à nouveau menés 3-1 après avoir pris une belle rouste d’entrée (120-97), ils ont une fois de plus dû aller au bout d’eux-mêmes pour déjouer les pronostics, forcer un Game 7 et permettre à tout un groupe de dérouler son basket sur ce match décisif (104-89), en s’appuyant toujours sur son « one-two-punch » Murray-Jokic parmi les plus efficaces de la ligue, entre les 40 points du premier et les 16 points et 13 passes décisives du second.

À L’ASSAUT DE LOS ANGELES

Devenus spécialistes des matchs à suspense, les Nuggets ont souvent dû faire preuve d’une grande force de caractère pour faire basculer la pièce du bon côté, même si la belle aventure s’est terminée face aux futurs champions, les Lakers. Ce mental en acier est clairement l’un des points forts de l’équipe, et on sait désormais que la troupe de Jamal Murray ne s’avoue jamais vaincue ! La bonne nouvelle, c’est que c’est aussi un trait de caractère de Facundo Campazzo, la principale recrue de l’intersaison.

Le meneur argentin va apporter de la folie en attaque, mais aussi soulager Jamal Murray dans la direction du jeu. C’est une très bonne pioche pour inaugurer la Ball Arena, nouveau nom de la salle des Nuggets.

Sont arrivés aussi JaMychal Green et Isaiah Hartenstein, venus compenser les départs de Jerami Grant et Mason Plumlee à l’intérieur. Clairement, ce sont deux vraies pertes, et Denver sort affaibli défensivement. Sans oublier que le discret mais précieux Torrey Craig a également fait ses valises. Qui dans ce groupe pourra gérer les puissants ailiers de l’Ouest comme LeBron James ou Kawhi Leonard ? Clairement, la franchise compte beaucoup sur Michael Porter Jr voire Bol Bol, mais Michael Malone aura encore un effectif riche, polyvalent et talentueux. On surveillera aussi R.J. Hampton, qui a glissé dans la Draft, et qui ne peut rêver meilleur modèle que « MPJ ».

Pour rester sur le podium de la conférence Ouest, et faire mieux que l’an passé, les Nuggets n’auront pas le choix : ils devront passer sur le corps des Lakers et des Clippers. Pour cela, il faudra faire preuve de régularité pendant la saison, mais aussi trouver ce troisième attaquant qui permettra de soulager Jamal Murray et Nikola Jokic.

Il faudra aussi et surtout trouver un équilibre offensif/défensif, et ça passera peut-être par un retour au premier plan d’un Gary Harris en bonne santé, ou l’éclosion rapide de Michael Porter Jr.

LES MOUVEMENTS DE L’ÉTÉ

Arrivées : RJ Hampton, Zeke Nnaji, Monte Morris, Facundo Campazzo (Real Madrid), JaMychal Green (Clippers), Isaiah Hartenstein (Rockets)

Départs : Mason Plumlee et Jerami Grant (Pistons), Torrey Craig (Bucks)

LE JOUEUR À SUIVRE : MICHAEL PORTER JR

Son entrée en NBA a été aussi compliquée mais son ascension a débuté. Tombé à la 14e place de la Draft 2018 puis contraint d’observer une saison blanche, Michael Porter Jr a débuté discrètement sa carrière, à la fois confronté à une grosse concurrence, mais aussi obligé de se tester physiquement après quasiment deux ans sans jouer.

Plutôt effacé jusqu’à la suspension de la saison avec un seul match au-delà des 20 points, le poste 3/4 a eu le déclic lors de son entrée dans la « bulle », tirant profit des absences pour se montrer, et démontrer qu’il pouvait être bien plus qu’un joueur de rotation. Il a notamment enchaîné trois matchs à 37, 30 et 27 points sur la fin de saison régulière, franchissant un cap en terme de confiance et de statut vis-à-vis de ses adversaires.

Même s’il a été mieux contenu en playoffs, et qu’il a affiché d’importantes lacunes défensives, Michael Porter Jr a tout de même rendu plus de 11 points (à 38.2% à 3-points) et 6 rebonds, s’érigeant comme l’une des révélations de la campagne des Nuggets jusqu’en finale de conférence.

La carrière de l’ancien de Missouri est enfin lancée. Jusqu’où peut-elle aller ? Il sera intéressant de suivre le rôle qui lui sera confié au cours de la saison à venir où il bénéficiera forcément de davantage de responsabilités. L’ailier a en tout cas de grandes ambitions et se voit comme la potentielle troisième star de l’équipe.

« Je suis prêt, et je veux défendre sur les meilleurs joueurs, et je veux que les meilleurs joueurs défendent sur moi » a-t-il d’ailleurs annoncé. « J’ai plus ou moins tout vu la saison dernière… On a joué LeBron en playoffs, j’ai joué contre Kawhi, Paul George… Tous les meilleurs joueurs à mon poste. Donc je pense que j’ai acquis une expérience que je n’avais pas la saison dernière. »

MOYENNE D’AGE : 24.4 ans
MASSE SALARIALE : 127.3 millions (18e sur 30)

HYPE PREVIEW

CONFÉRENCE EST
15 – Cleveland 14 – Detroit 13 – New York 12 – Charlotte 11 – Chicago
10 – Orlando 9 – Washington 8 – Indiana 7 – Atlanta 6 – Toronto
5 – Philadelphie 4 – 3 – 2 – 1 –
CONFÉRENCE OUEST
15 – Oklahoma City 14 – Sacramento 13 – Minnesota 12 – San Antonio 11 – Memphis
10 – New Orleans 9 – Houston 8 – Phoenix 7 – Golden State 6 – Dallas
5 – Utah 4 – Portland 3 – Denver 2 – 1 –

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |