NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
MIL127
BRO104
LAL46
GSW41
Pariez en ligne avec Unibet
  • CHA1.79IND2.08Pariez
  • DET2.65CHI1.51Pariez
  • 150€ offertsLa suite →

[Previews 2020/21] Minnesota a une faim de loup

Les Wolves ont réussi à faire venir une jeune star, D’Angelo Russell pour épauler Karl-Anthony Towns, un vétéran, Ricky Rubio, et vont tâcher de développer Anthony Edwards, premier choix de Draft, dans leur projet de reconstruction. Suffisant pour retrouver les playoffs dès cette saison ?

Autant le dire d’emblée, on a eu très peur pour les Wolves la saison dernière. La crainte que l’édifice, encore modeste, ne s’écroule sous le poids des défaites et ne résiste aux malheurs d’une saison pourtant bien partie.

Avec le jeune Ryan Saunders conforté en tant que chef de file et un Karl-Anthony Towns qui a marché sur l’eau pendant un peu plus d’un mois de compétition, au point de placer les Wolves dans le Top 8 à l’Ouest, Minnesota ne pouvait rêver meilleur départ la saison dernière. Avec les moyens du bord et en bricolant un peu, l’entraîneur avait réussi un joli tour de force, jusqu’au premier road trip de la saison qui a tout fait voler en éclats début décembre.

LE TRADE QUI A TOUT CHANGÉ

Minnesota a alors dû avaler deux belles couleuvres : la blessure de KAT d’abord, touché au genou après avoir voulu dunker sur Montrezl Harrell et la terrible série de défaites qui s’en est suivie, 11 revers consécutifs qui ont déjà mis fin aux espoirs d’une franchise qui n’a accédé qu’une seule fois aux playoffs sur les 16 dernières années.

Le retour de Karl Anthony Towns n’a pas vraiment inversé la dynamique. Pire, les Wolves ont signé une nouvelle série de 13 revers entre janvier et février. Au plus profond de la crise, et alors que KAT commençait à s’agacer et à imaginer son avenir loin du Minneapolis, la direction de la franchise, désormais menée par Gersson Rosas (président des opérations basket) aurait pu trancher dans le vif et activer un levier pour tenter d’inverser la tendance, comme de se séparer de son coach.

Mais le dirigeant colombien n’a jamais douté ni remis en cause le « process », lui qui s’était donné pour mission de recruter une deuxième star pour épauler KAT… et qui a tenu parole en réalisant un coup double le jour de la « trade deadline », puisqu’en plus de ramener une jeune star en devenir à un poste clé pour former son axe 1-5 tout en envoyant Andrew Wiggins aux Warriors, Gersson Rosas a juste attiré D’Angelo Russell, le meilleur pote de Karl-Anthony Towns !

De quoi faire renaître l’enthousiasme au sein de toute une franchise, les Wolves ayant également récupéré Juancho Hernangomez et Malik Beasley en provenance de Denver. Mais il était écrit que Minny allait galérer jusqu’à la fin. À cause de la blessure au poignet de Karl-Anthony Towns qui a suivi mi-février, les deux amis, nouveau « one-two punch » des plus fringants, n’ont pu jouer qu’un seul match ensemble !

L’HEURE DU GRAND ORAL

À son grand regret, Ryan Saunders n’a donc pas vraiment pu tester les capacités de son nouveau roster. Le grand oral de celui-ci aura donc lieu sur cette saison 2020-2021, avec en prime l’arrivée d’un premier choix de Draft, l’arrière Anthony Edwards, mais aussi quelques retouches apportées durant l’intersaison, avec Ricky Rubio en renfort à la mène et Ed Davis dans la raquette (pour remplacer James Johnson) afin d’espérer viser un peu plus haut.

Arrivé aux Wolves à l’âge de 21 ans pour ses grands débuts en NBA, le meneur espagnol fera office de vétéran du haut de ses 30 ans aux côtés d’Ed Davis (31 ans) au sein du plus jeune effectif de la ligue.

L’évolution des Wolves cette saison sera intéressante à suivre à bien des égards, entre l’association prometteuse Russell-Towns, le rôle qu’occupera Ricky Rubio, de retour au bercail, mais aussi le développement des jeunes, au premier rang desquels figurera Anthony Edwards, sans oublier Malik Beasley, prolongé malgré ses frasques en dehors du terrain, ou encore Jarrret Culver.

L’ensemble sera-t-il suffisant pour accrocher une place en playoffs dès cette saison ? Le révélateur de la saison régulière le dira. La dynamique est en tout cas impulsée, tournée vers l’avenir. Reste à savoir le temps qu’il faudra pour renvoyer les Wolves vers les sommets, et cela passera par la mise en place d’un défense digne de ce nom.

Ryan Saunders sait qu’il sera en première ligne maintenant qu’il dispose d’un effectif plus étoffé, qui pourrait encore accueillir Rondae Hollis-Jefferson, ce dernier ayant signé un contrat pour participer au training-camp. Il en va de même pour D’Angelo Russell et Karl-Anthony Towns qui seront également attendus, mais l’intérieur a-t-il la tête au basket ?

INTERSAISON WOLVES 2020

Arrivées : Anthony Edwards, Leandro Bolmaro, Jaden McDaniels, Ricky Rubio (Suns), Ed Davis (Jazz), Rondae Hollis-Jefferson ? (Raptors), Malik Beasley

Départs : James Johnson (Thunder), Omari Spellman et Jacob Evans (Knicks)

LE JOUEUR A SUIVRE : D’ANGELO RUSSELL

La carrière de D’Angelo Russell a pour l’instant été faite de hauts et de bas. En difficulté aux Lakers à son arrivée en NBA en 2015, le meneur a explosé aux Nets entre 2017 et 2019, aidant Brooklyn à se qualifier en playoffs au terme d’une saison régulière réussie (21.1 points, 4 rebonds, 7 passes décisives par match), avant de signer le gros contrat qu’il espérait aux Warriors.

Mais le mariage dans la Baie a toujours semblé bancal et il serait temps que D’Angelo Russell se jette à nouveau dans le grand bain pour reprendre sa progression, au sein d’un projet où il fera figure de pierre angulaire.

Ce sera le cas à Minnesota, où il évoluera aux côtés de son « frère », Karl-Anthony Towns, un tandem qui a les moyens de faire pas mal de dégâts.

Intenable en isolation, adepte du jeu de « pick-and-roll », le gaucher a besoin d’avoir le ballon en main pour briller. Il sera ainsi intéressant à suivre également dans son association avec Ricky Rubio. Ce sera à Ryan Saunders de trouver le meilleur compromis et surtout de tirer le maximum des qualités de chacun pour continuer à faire avancer son équipe. Au regard du bilan de la saison dernière (19v-45d), la mission devrait être accessible de ce point de vue.

MOYENNE D’AGE : 23,4 ans
MASSE SALARIALE : 131.8 millions (13e sur 30)

HYPE PREVIEW

CONFÉRENCE EST
15 – Cleveland 14 – Detroit 13 – New York 12 – Charlotte 11 – Chicago
10 – Orlando 9 – 8 – 7 – 6 –
5 – 4 – 3 – 2 – 1 –
CONFÉRENCE OUEST
15 – Oklahoma City 14 – Sacramento 13 – Minnesota 12 – 11 –
10 – 9 – 8 – 7 – 6 –
5 – 4 – 3 – 2 – 1 –

A lire aussi