NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
BRO111
MIL109
Pariez en ligne avec Unibet
  • PHO1.58LA 2.45Pariez
  • PHI1.33ATL3.45Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

[Previews 2020/21] Cleveland encore en queue de peloton ?

Après une intersaison quasi anecdotique et avec un Andre Drummond susceptible de bouger en cours de saison, les Cavaliers sont bien partis pour poursuivre leur reconstruction en douceur, en bas de tableau.

Comme chaque année, Basket USA propose une présentation de la saison NBA et des 30 franchises sous la forme d’un compte à rebours, de la 30e place à notre favori pour le titre de champion NBA. On démarre avec Cleveland, qui n’a pas fait grand-chose pour éviter de finir, une deuxième saison de suite, à la dernière place de sa conférence.

UNE NOUVELLE SAISON NOIRE ET INSTABLE

Au moins, les Cavaliers ont fait dans la régularité la saison passée. Après un exercice 2018-2019 terminé avec 19 victoires, Cleveland a fait aussi mauvais… mais avec une quinzaine de matches en moins.

Sur le parquet, difficile de retenir beaucoup de positif de cette formation. Kevin Love et Tristan Thompson ont plutôt tenu leur rang, sur le plan statistique au moins, sans faire de miracle. Collin Sexton a fait grimper sa moyenne de points mais est resté tendre pour incarner le leadership de l’équipe, à l’inverse d’un Ja Morant à Memphis.

Encore bruts de décoffrage, les rookies Darius Garland et Kevin Porter Jr. ont alterné le bon et le moins bon, laissant toutefois présager de jolies perspectives d’avenir. Plus limité, Cedi Osman n’a pas été la révélation qu’on pouvait imaginer.

Outre l’échange Jordan Clarkson pour Dante Exum, bien plus significatif pour le Jazz, cette saison a surtout été marquée par l’arrivée d’Andre Drummond. Ce pari, qui a mécaniquement créé un embouteillage dans la raquette de l’Ohio, pourrait être de courte durée car son énorme contrat s’achève à l’issue de la saison à venir. Et une union sur le long terme ne semble pas tellement d’actualité.

Pour ne rien arranger, Cleveland a évolué dans une ambiance nocive par moment. On se souvient de ce lapsus à connotation raciste de John Beilein ou des différents coups de gueule et états d’âme de Kevin Love, parfois frustré par certains de ses coéquipiers et en froid avec son GM Koby Altman. Et les soucis extra-sportifs de Kevin Porter Jr., évoqués ces dernières semaines, sont un mauvais signal supplémentaire…

Ces difficultés de la saison passée ont notamment entraîné la démission de John Beilein, arrivé seulement l’été précédent. L’ancien coach de Michigan n’a jamais su gagner la confiance de son vestiaire, contrairement à son remplaçant J.B. Bickerstaff, âgé de 40 ans, réputé plus proche de ses joueurs. Prolongé jusqu’en 2024, l’ancien assistant, déjà aux commandes chez les Rockets puis les Grizzlies, réclame de la dureté de la part de sa troupe. Un vœu pieux ?

LES DERNIERS VÉTÉRANS EN PARTANCE ?

Qui pour incarner cette dureté au sein d’un effectif composé en majorité de rookies et de joueurs avec trois saisons ou moins dans les jambes ? Oui, car les vétérans se font de plus en plus rares à Cleveland. Les Cavs ont perdu il y a quelques jours l’un de leurs combattants historiques, en la personne de Tristan Thompson, poussé vers la sortie avec l’arrivée d’Andre Drummond et parti à Boston.

Ce dernier a logiquement activé son option de près de 30 millions de dollars mais rien ne dit qu’il ira au bout de cette saison. Pour éviter de le voir partir à la prochaine « free agency » sans contrepartie, les Cavs pourraient devoir l’échanger en cours de route. Idem pour l’autre contrat monstre de l’équipe, Kevin Love, qui ne cache plus son impatience face à cette spirale de défaites, comparable à celle vécue chez les Wolves.

Cleveland va sans doute attendre de voir comment va se comporter cette raquette plus expérimentée, et a priori complémentaire, à l’entame de la saison. Une raquette qui compte désormais un champion NBA en titre, JaVale McGee.

Sa signature est le seul fait notable de l’intersaison des Cavs, dont le message semble clair : « Laissons mûrir la jeunesse. » Derrière le trio prometteur Sexton – Garland – Porter Jr, on suivra avec intérêt les débuts NBA d’Isaac Okoro, drafté à la 5e position. Ce dernier a montré en NCAA qu’il avait le potentiel pour être l’un des meilleurs défenseurs de NBA. Ce sera ne pas de trop l’une des défenses les plus faibles du pays.

LES MOUVEMENTS DE L’ÉTÉ

Arrivées : Isaac Okoro, JaVale McGee (Lakers), Damyean Dotson (Knicks), Thon Maker

Départs : Tristan Thompson (Celtics), Alfonzo McKinnie (Lakers), Jordan Bell

LE JOUEUR A SUIVRE : COLLIN SEXTON

Parce qu’il est visiblement celui à qui Cleveland veut confier son avenir, le meneur va entamer une troisième saison qui pourrait faire office de tremplin pour lui. Critiqué pour ses choix dans le jeu, boudé au Rising Stars Challenge, Collin Sexton reste, pour le moment, un jeune producteur de statistiques d’une équipe de bas de tableau.

Pour changer de statut, faire gagner son équipe s’impose. C’est ici qu’on peut se rappeler sa séquence après le dernier « All-Star break » : il avait tourné à 25.5 points de moyenne (58% aux tirs) et surtout, son équipe avait remporté la moitié de ses sorties. À son équipe et lui de réitérer de tels passages sur une plus longue période. Frustré de n’avoir pu se rendre dans la « bulle » d’Orlando, l’intéressé ne demande qu’à pouvoir gambader à nouveau.

*19 victoires et 46 défaites

MOYENNE D’AGE : 25,1 ans

MASSE SALARIALE : 123,6 millions (20e sur 30)

HYPE PREVIEW

CONFERENCE EST
15 – Cavaliers 14 – 13 – 12 – 11 –
10 – 9 – 8 – 7 – 6 –
5 – 4 – 3 – 2 – 1 –
CONFERENCE OUEST
15 – 14 – 13 – 12 – 11 –
10 – 9 – 8 – 7 – 6 –
5 – 4 – 3 – 2 – 1 –

A lire aussi