Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Au coeur du mariage complètement raté entre John Beilein et les Cavaliers

Engager un coach NCAA en NBA est toujours un pari, tant le travail est différent. Pour Cleveland et John Beilein, ce fut complètement raté, les choses ayant très vite pris un mauvais virage.

54 matchs. C’est tout ce qu’aura donc tenu John Beilein à la tête des Cavaliers. Arrivé l’été dernier moyennant un contrat de quatre ans, avec une cinquième année en option, le coach veut tellement partir qu’il va laisser près de 12 millions de dollars sur la table afin de laisser son adjoint, J.B Bickerstaff, finir la saison à sa place.

Dans un long article, The Athletic revient sur ce mariage raté, entre un coach NCAA de 67 ans qui n’a pas réussi à faire la transition vers la NBA, et un club miné par de graves problèmes internes.

« Un dictateur » pas adapté à la NBA actuelle

Les choses se sont ainsi gâtées très vite, John Beilein étant habitué à multiplier les entraînements et les séances au niveau universitaire. C’est ce qu’il a fait en Summer League et lors du training camp, se mettant déjà à dos une partie de l’équipe, tout en provoquant des blessures, comme avec le rookie Dylan Windler, qui n’a finalement pas pu jouer de la saison. « Il était un dictateur, pas un coach fait pour la NBA actuelle », assure une source.

La différence de pouvoir entre un coach NCAA et un coach NBA est en effet énorme, et pour l’ancien de Michigan, habitué à imposer sa volonté à de très jeunes basketteurs, le changement fut visiblement violent.

Frustré par les absences des joueurs aux entraînements à la moindre douleur, ou le fait qu’ils avaient du mal à retenir les informations « basiques » qu’il leur fournissait ou à rester concentrés durant de longues séances vidéo, John Beilein a vite compris qu’il n’était pas vraiment à sa place dans la NBA actuelle. La goutte d’eau ? Cette séance où il avait utilisé le terme « thugs », créant un psychodrame au sein du vestiaire, et des explications confuses.

The Athletic confirme que même si, publiquement, les joueurs ont accepté la version du lapsus (John Beilein expliquant avoir utilisé « thugs » pour « slugs », soit « voyous » à la place de « limaces »), ses troupes n’y croyaient pas du tout. Pour certains, c’était même encore plus insultant de penser qu’ils pouvaient croire une telle version.

Des chansons contenant « thugs » diffusées par les joueurs…

« Il n’y avait pas de retour possible après ça », explique une source. Le jeu préféré des joueurs, c’était donc de diffuser très fort des chansons contenant le mot « thugs » (« Thuggish Ruggish Bone », « Thugz Mansion », « I’m a Thug »…) dans leurs écouteurs, au passage de John Beilein, voire dans le gymnase au cour des entraînements. Pour se moquer du coach ? Un membre du club assure que c’était plutôt pour dédramatiser la situation…

« Le pire, c’était qu’il n’assumait pas ce qu’il avait dit », explique un joueur. Dans tous les cas, la rupture était déjà consommée entre l’entraîneur et ses hommes, et une séparation rapide inévitable.

Clairement, John Beilein n’était pas l’homme de la situation dans l’Ohio. Trop âgé pour arriver en NBA et mener une longue et difficile reconstruction, il a tout de même des circonstances atténuantes, comme le rappelle The Athletic. Car la situation à Cleveland est très compliquée, avec une franchise qui navigue à vue. Le licenciement de Tyronn Lue, après seulement six matchs la saison passée, parce qu’il refusait de tout miser sur les jeunes joueurs du club, a bien illustré les problèmes internes, que la présence de LeBron James avait un temps masqués.

Larry Drew avait ainsi dans un premier temps refusé d’assurer l’intérim, avant d’accepter en renégociant son contrat. Mais il avait lui aussi envisagé d’abandonner le navire lors du All-Star Break, l’an passé, frustré de devoir offrir un temps de jeu garanti à des jeunes qui commettaient énormément d’erreurs. Sans aucune conséquence.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cleveland Cavaliers en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés