Pariez en ligne avec Unibet
  • MEM2.2MIL1.65Pariez
  • PHO1.4DAL2.9Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Tout ce qu’il faut savoir sur la reprise de la NBA

La NBA reprend officiellement cette nuit, avec les affiches New Orleans – Utah à partir de 00h30, puis Lakers – Clippers à partir de 03h00 du matin en France. Sur beIN Sports 1.

C’est donc dans une « bulle » que la NBA va reprendre sa saison. Dans une ambiance de campus NBA, marquée par un protocole sanitaire très strict, sans spectateurs dans les salles et sans avantage du terrain en playoffs…

Forcément, les cartes sont rebattues pour les 22 formations invitées, entre des favoris qui doivent retrouver du rythme et de l’alchimie, et des outsiders qui rêvent de créer la surprise dans cette drôle d’atmosphère, en espérant que le Covid-19 ne s’invite pas à la fête et ne force pas la ligue à tout arrêter précipitamment.

Retour sur les forces en présence avant le début des choses sérieuses, à partir de 00h30, sur beIN Sports 1.

LES DATES CLÉS

30 juillet : reprise de la saison

14 août : fin des matchs de saison régulière

15-16 août : tour préliminaire pour la 8e place (si besoin)

17 août : début des playoffs

13 octobre : dernier jour possible pour la fin des Finals

LE TOUR PRÉLIMINAIRE

À l’issue des huit matches de saison régulière, le 8e et 9e formations de chaque conférence s’affronteront ensuite pour décrocher le dernier ticket pour les playoffs. À condition qu’il n’y ait pas plus de quatre victoires d’écart entre le 8e et le 9e. Si c’est le cas, le 8e sera directement qualifié.

S’il y a moins de quatre victoires d’écart, les 8e et 9e s’affrontent au meilleur des deux manches : si le 8e gagne un match, il est qualifié mais si le 8e perd les deux matches, le 9e est qualifié.

LES FAVORIS

MILWAUKEE

Bilan : 53 victoires – 12 défaites
Attaque : 6e (112.3 points inscrits / 100 possessions) – Défense : 1ère (101.6 points encaissés / 100 possessions)
Calendrier : Boston, Houston, Brooklyn, Miami, Dallas, Toronto, Washington, Memphis

Avant les quatre défaites sur les cinq derniers matchs avant l’arrêt de la saison, Milwaukee réalisait une campagne quasiment parfaite. Giannis Antetokounmpo avait quasiment les deux mains sur le trophée de MVP, et pouvait même s’offrir celui de meilleur défenseur de la saison, dans une machine qui sublimait ses forces.

Mais le « Greek Freak » commençait à avoir les genoux qui grinçaient et la mécanique bien huilée mise en place par Mike Budenholzer connaissait quelques soubresauts. L’enjeu, c’est donc surtout de savoir si les Bucks pourront retrouver l’alchimie et leur complémentarité collective dans la « bulle », surtout qu’ils sont attendus en playoffs, où les défenses seront préparées et où ils devront rester aussi efficaces avec beaucoup moins d’espaces…

Effectif : Giannis Antetokounmpo, Thanasis Antetokounmpo, Eric Bledsoe, Sterling Brown, Pat Connaughton, Donte DiVincenzo, George Hill, Ersan Ilyasova, Kyle Korver, Brook Lopez, Robin Lopez, Frank Mason, Wesley Matthews, Khris Middleton, Marvin Williams et D.J. Wilson

LA LAKERS

Bilan : 49 victoires – 14 défaites
Attaque : 4e (112.6) – Défense : 3e (105.5)
Calendrier : LA Clippers, Toronto, Utah, Oklahoma City, Houston, Indiana, Denver, Sacramento

Est-ce la dernière chance pour LeBron James de remporter son quatrième titre NBA ? Peut-être. À 35 ans, le King est en tout cas en position optimale, et il gère tellement de pression depuis ses débuts dans la ligue que la « bulle » ne devrait pas lui faire peur. Elle peut même au contraire être un atout dans son cas.

Comme le remarquait Kemba Walker, sur le campus NBA d’Orlando, LeBron James peut être décontracté, loin de l’agitation des fans ou des médias. Reste pour Anthony Davis et sa bande à compenser l’absence d’Avery Bradley et dans une moindre mesure celle de Rajon Rondo, qui pourrait tout de même revenir en playoffs. Sans leur chien de garde défensif sur les lignes extérieures, Los Angeles sera un peu plus exposé. Et ça pourrait compter.

Effectif : Kostas Antetokounmpo, Devontae Cacok, Kentavious Caldwell-Pope, Alex Caruso, Quinn Cook, Anthony Davis, Jared Dudley, Danny Green, Talen Horton-Tucker, Dwight Howard, LeBron James, Kyle Kuzma, JaVale McGee, Markieff Morris, Rajon Rondo, JR Smith et Dion Waiters

LA CLIPPERS

Bilan : 44 victoires – 20 défaites
Attaque : 3e (112.9) – Défense : 5e (106.6)
Calendrier : LA Lakers, New Orleans, Phoenix, Dallas, Portland, Brooklyn, Denver, Oklahoma City

Très compliqué de juger les Clippers cette saison, entre le « load management » de Kawhi Leonard et les blessures.

L’autre équipe de Los Angeles a alterné le très bon et le moins bon depuis le début de la campagne, travaillant la complémentarité Kawhi Leonard – Paul George à la volée et avec des sautes de concentration inquiétantes durant certains matchs. Malgré tout, l’équipe était à la deuxième place de l’Ouest à la coupure et le potentiel, notamment défensif, est monstrueux, avec une densité assez folle à tous les postes. Si tout se met enfin en place dans la « bulle », cette équipe a absolument tout pour remporter le titre.

Mais Montrezl Harrell n’est toujours pas là, Lou Williams est puni dans sa chambre et Kawhi Leonard est apparu bien rouillé lors des « scrimmages ». Comme depuis le début de la saison, les Clippers sont avant tout un potentiel.

Effectif : Patrick Beverley, Amir Coffey, Paul George, JaMychal Gren, Montrezl Harrell, Reggie Jackson, Kawhi Leonard, Terance Mann, Rodney McGruder, Marcus Morris, Joakim Noah, Patrick Patterson, Landry Shamet, Lou Williams et Ivica Zubac

TORONTO

Bilan : 46 victoires – 18 défaites
Attaque : 12e (111.3) – Défense : 2e (104.9)
Calendrier : LA Lakers, Miami, Orlando, Boston, Memphis, Milwaukee, Philadelphie, Denver

Qui aurait placé les Raptors à la deuxième place de l’Est au début de la saison, suite aux départs de Kawhi Leonard et Danny Green ? Pas grand monde et pourtant, ce groupe, boosté par le titre, est resté la tête dans les sommets.

L’équipe n’a pourtant pas été épargnée par les blessures cette saison mais le sorcier Nick Nurse a réussi à dépasser tous les obstacles en utilisant toutes les armes à sa disposition. Avec une stratégie défensive visant à couper les stars adverses de leurs coéquipiers, les Raptors ont même un meilleur bilan que durant la dernière campagne…

Avec la progression constante de Pascal Siakam, les vétérans Kyle Lowry, Serge Ibaka et Marc Gasol toujours motivés et des « role players » aux dents longues comme Fred VanVleet, Norman Powell, OG Anunoby ou Terence Davis, Toronto est prêt à défendre son titre. La question est plutôt offensive, Kawhi Leonard ayant été énorme pour porter l’attaque des Raptors lors des derniers playoffs. Cet effort pourra-t-il être compensé collectivement ?

Effectif : OG Anunoby, Chris Boucher, Oshae Brissett, Terence Davis, Marc Gasol, Dewan Hernandez, Rondae Hollis-Jefferson, Serge Ibaka, Stanley Johnson, Kyle Lowry, Patrick McCaw, Malcolm Miller, Norman Powell, Pascal Siakam, Matt Thomas, Fred VanVleet et Paul Watson

LES OUTSIDERS

BOSTON

Bilan : 43 victoires – 21 défaites
Attaque : 5e (112.3) – Défense : 4e (106.2)
Calendrier : Milwaukee, Portland, Miami, Brooklyn, Toronto, Orlando, Memphis, Washington

Dans le Top 5 des meilleures attaques et des meilleures défenses, les Celtics ont retrouvé de la cohésion avec le départ de Kyrie Irving et l’arrivée de Kemba Walker. La perte d’Al Horford est un problème mais Brad Stevens a réussi à compenser avec une défense très agressive sur les extérieurs, et surtout très polyvalente.

Avec la prise de pouvoir du duo Jayson Tatum – Jaylen Brown, les Celtics ont un coup à jouer, même si le genou de Kemba Walker continue d’être un vrai point d’interrogation. Tout comme la capacité de l’équipe à résister à l’intérieur face à des joueurs aussi puissants qu’un Joel Embiid, par exemple. Surtout en playoffs, quand le jeu se ralentit et que les équipes jouent beaucoup sur leurs stars en un-contre-un.

Effectif : Jaylen Brown, Carsen Edwards, Tacko Fall, Javonte Green, Gordon Hayward, Enes Kanter, Romeo Langford, Semi Ojeleye, Vincent Poirier, Marcus Smart, Jayson Tatum, Daniel Theis, Kemba Walker, Brad Wanamaker, Tremont Waters, Robert Williams III et Grant Williams

DENVER

Bilan : 43 victoires – 22 défaites
Attaque : 9e (112.0) – Défense : 12e (108.9)
Calendrier : Miami, Oklahoma City, San Antonio, Portland, Utah, LA Lakers, LA Clippers, Toronto

Ça devait être l’année de la confirmation pour les Nuggets, demi-finalistes de conférence l’an passé, mais ça a plutôt été une campagne en pointillés. Par moments, Nikola Jokic et ses coéquipiers ont ainsi montré toute la force de cette équipe, dense et renforcée par des éléments extrêmements talentueux, comme Michael Porter Jr.

À d’autres moments, la défense était carrément absente, avec d’étonnantes défaites. Toute la saison, Mike Malone a ainsi semblé chercher un équilibre entre son attaque et sa défense, et comme il n’a pas pu travailler en amont de la reprise, la faute aux très nombreuses absences à l’arrière, cette reprise est entourée de nombreuses questions.

D’ailleurs, le coach lui-même a avoué qu’il était incapable de juger le niveau actuel de son équipe…

Effectif : Will Barton, Keita Bates-Diop, Bol Bol, Vlatko Cancar, Tyler Cook, Torrey Craig, Troy Daniels, PJ Dozier, Jerami Grant, Gary Harris, Nikola Jokic, Paul Millsap, Monte Morris, Jamal Murray, Mason Plumlee, Michael Porter Jr et Noah Vonleh

HOUSTON

Bilan : 40 victoires – 24 défaites
Attaque : 2e (113.4) – Défense : 16e (109.9)
Calendrier : Dallas, Milwaukee, Portland, LA Lakers, Sacramento, San Antonio, Indiana, Philadelphie

C’est quitte ou double pour les Rockets. À l’arrêt de la campagne, l’équipe semblait sur les rotules, épuisée par la stratégie du « small ball extrême » mis en place par les savants fous locaux, Daryl Morey et Mike D’Antoni.

La pause de quatre mois a-t-elle permis à l’équipe de recharger les batteries pour surprendre tout le monde et franchir la ligne d’arrivée en premier ? C’est ce que le club espère et dans un contexte aussi particulier, Austin Rivers a peut-être raison de dire que cette équipe, avec deux MVP, fait partie des prétendants au titre…

Mais ce jeu sans pivot est tout de même un vrai risque, et comme il y a de grandes chances que Mike D’Antoni ne soit plus à la tête de l’équipe l’an prochain, ce « tournoi » à Orlando est un vrai pari pour la franchise texane.

Effectif : Bruno Caboclo, DeMarre Carroll, Tyson Chandler, Chris Clemons, Robert Covington, Michel Frazier, Eric Gordon, Jeff Green, James Haren, Danuel House Jr, Luc Mbah a Moute, Ben McLemore, Austin Rivers, P.J. Tucker et Russell Westbrook

UTAH

Bilan : 41 victoires – 23 défaites
Attaque : 8e (112.1) – Défense : 11e (108.8)
Calendrier : New Orleans, Oklahoma City, LA Lakers, Memphis, San Antonio, Denver, Dallas, San Antonio

Quelle saison compliquée pour le Jazz, entre l’intégration ratée de Mike Conley, qui a traîné sa peine jusqu’à l’arrêt de la campagne, puis la contamination de Rudy Gobert et Donovan Mitchell, et les tensions qui sont apparues entre les deux joueurs. Sans oublier la blessure de Bojan Bogdanovic qui l’empêche de reprendre…

Où en est le bâteau de Salt Lake City au milieu de toutes ces vagues ? Sur les « scrimmages », tout le monde fait des efforts, Mike Conley et Donovan Mitchell essayant vraiment de trouver Rudy Gobert sous le cercle, le pivot français ayant de plus en plus de mal à cacher sa frustration cette saison, dans une attaque qui l’oubliait.

Mais l’état réel de la situation se verra lorsque les choses sérieuses débuteront, et sans Bojan Bogdanovic, il semble compliqué pour le Jazz de réellement espérer bousculer les poids lourds de la conférence.

Effectif : Tony Bradley, Jarrell Brantley, Jordan Clarkson, Mike Conley, Ed Davis, Rudy Gobert, Joe Ingles, Donovan Mitchell, Juwan Morgan, Emmanuel Mudiay, Georges Niang, Royce O’Neale, Miye Oni, Rayjon Tucker, Nigel Williams-Goss et Justin Wright-Foreman

MIAMI

Bilan : 41 victoires – 24 défaites
Attaque : 7e (112.2) – Défense : 14e (109.2)
Calendrier : Denver, Toronto, Boston, Milwaukee, Phoenix, Indiana, Oklahoma City, Indiana

Avec le duo Jimmy Butler – Bam Adebayo, le Heat s’est reconstitué une colonne vertébrale qui colle au club.

Rapidement, Miami est donc redevenu un sérieux outsider, grâce aux surprises (Duncan Robinson, Kendrick Nunn et dans une moindre mesure Tyler Herro) qui ont permis de ramener le club dans le Top 4 de la conférence Est. Mais le club d’Erik Spoelstra peut-il viser les sommets, ou lui manque-t-il encore quelque chose, notamment pour tenir défensivement à l’arrière ? C’est la question, mais il ne faudra sûrement pas prendre cette équipe à la légère…

Effectif : Bam Adebayo, Kyle Alexander, Jimmy Butler, Jae Crowder, Goran Dragic, Udonis Haslem, Tyler Herro, Solomon Hill, Andre Iguodala, Derrick Jones Jr, Meyers Leonard, Kendrick Nunn, KZ Okpala, Kelly Olynyk, Duncan Robinson, Chris Silva et Gabe Vincent

PHILADELPHIE

Bilan : 39 victoires – 26 défaites
Attaque : 2e (113.4) – Défense : 16e (109.9)
Calendrier : Indiana, San Antonio, Washington, Orlando, Portland, Phoenix, Toronto, Houston

Voilà sans aucun doute l’équipe la plus illisible de la saison. Intraitables à domicile (29 victoires en 31 matchs) mais perdus à l’extérieurs (10 victoires en 34 sorties), les Sixers du duo Ben Simmons – Joel Embiid perturbent.

Globalement, le potentiel de cette équipe, même si la greffe d’Al Horford est compliquée, reste incroyable. On l’a encore vu lors des « scrimmages », lorsque la défense est agressive, il est compliqué de résister et de tenir le rythme des Sixers. Mais il y a eu un malaise global cette saison au sein du groupe, avec des joueurs tous trop attirés poste bas, un manque de « spacing » évident et un Brett Brown qui semblait plus que jamais tatônner.

La pause aura-t-elle réglé tous les problèmes ? C’est très douteux, mais elle peut avoir pansé quelques plaies.

Effectif : Alec Burks, Joel Embiid, Tobias Harris, Al Horford, Furkan Korkmaz, Shake Milton, Raul Neto, Kyle O’Quinn, Norvel Pelle, Josh Richardson, Glenn Robinson III, Mike Scott, Marial Shayok, Ben Simmons et Matisse Thybulle

LES POILS À GRATTER

OKLAHOMA CITY

Bilan : 40 victoires – 24 défaites
Attaque : 14e (111.0) – Défense : 9e (108.4)
Calendrier : Utah, Denver, LA Lakers, Memphis, Washington, Phoenix, Miami, LA Clippers

Que de chemin parcouru depuis l’été dernier ! On ne donnait pas cher de la peau d’OKC après le départ de Russell Westbrook et l’arrivée de Chris Paul, rapidement pressenti sur le départ. Mais CP3 est resté, s’est accroché et a donné la gnaque à cette formation revancharde qui dispose également de joueurs de talent comme Dennis Schroder, Shai Gilgeous-Alexander ou encore l’indispensable Danilo Gallinari.

Durant toute la saison, le Thunder n’a cessé de surprendre et sa capacité à bien voyager (troisième meilleur bilan à l’extérieur de la conférence) a placé l’équipe de Billy Donovan aux portes du top 4, un véritable exploit !

Définition du poil à gratter avec son style de jeu incisif, Oklahoma City va jouer sa chance à fond sur cette fin de saison. L’objectif sera de recréer la même cohésion des deux côtés du parquet après ces longues semaines de pause, avec en bonus le retour d’Andre Roberson qui apportera sans doute un plus par sa défense.

Effectif : Steven Adams, Darius Bazley, Deonte Burton, Hamidou Diallo, Luguentz Dort, Terrance Ferguson, Danilo Gallinari, Shai Gilgeous-Alexander, Devon Hall, Kevin Hervey, Mike Muscala, Abdel Nader, Nerlens Noel, Chris Paul, Andre Roberson et Dennis Schroder

DALLAS

Bilan : 40 victoires – 27 défaites
Attaque : 1ère (115.8) – Défense : 17e (110.0)
Calendrier : Houston, Phoenix, Sacramento, LA Clippers, Milwaukee, Utah Portland, Phoenix

La saison des Mavs est déjà réussie, Luka Doncic et Kristaps Porzingis vont vivre (sauf improbable retournement de situation) leur toute première aventure en playoffs !

Une grande première qui s’annonce excitante au regard des capacités de la formation de Rick Carlisle, en attaque notamment, mais aussi sans pression, le tandem « Nash-Nowitzki 2.0 » étant surtout là pour apprendre.

La première sortie de la formation texane face aux Lakers a marqué les esprits, les Mavs ayant conservé la même homogénéité et le même collectif autour de leur duo de choc, même après quatre mois de pause.

Le succès de Dallas devra d’abord passer par une fin de saison régulière réussie, grâce à l’apport de ses « role players », de JJ Barea à Seth Curry en passant par Tim Hardaway Jr. et Boban Marjanovic, surtout quand on sait l’importance des « facteurs X » en playoffs. L’entente entre Luka Doncic et Kristaps Porzingis, qui doivent encore apprendre à être efficaces en même temps sur le terrain, sera également déterminante.

Effectif : J.J. Barea, Trey Burke, Antonius Cleveland, Seth Curry, Luka Doncic, Dorian Finney-Smith, Tim Hardaway Jr, Justin Jackson, Michael Kidd-Gilchrist, Maxi Kleber, Courtney Lee, Boban Marjanovic, Kristaps Porzingis, Dwight Powell, Josh Reaves et Delon Wright

INDIANA

Bilan : 39 victoires – 26 défaites
Attaque : 17e (109.7) – Défense : 7e (107.7)
Calendrier : Philadelphie, Washington, Orlando, Phoenix, LA Lakers, Miami, Houston, Miami

Les Pacers se sont plu à jouer le rôle d’outsider derrière les locomotives identifiées de la conférence Est depuis quelques années. Toujours est-il qu’il a manqué une belle aventure en playoffs pour valider le tout, alors qu’Indiana s’arrête au premier tour depuis quatre saisons.

L’exercice actuel prenait le même chemin, avec un Nate McMillan qui a réussi à tirer le meilleur des forces en présence, à savoir sans Victor Oladipo durant la première partie de saison mais des recrues au rendez-vous comme Malcolm Brogdon, TJ McConnell ou encore TJ Warren et la paire Turner-Sabonis dans la peinture.

Avec un bilan plus qu’honorable, Indiana semble pourtant repartir dans l’inconnu au sein de la « bulle » floridienne, sans Domantas Sabonis, qui a quitté Orlando la semaine dernière pour consulter un spécialiste du pied, et alors que Victor Oladipo joue avec les nerfs des fans d’Indiana en laissant planer le doute sur sa participation.

Dans ce contexte, les Pacers vont aborder cette fin de saison comme un exercice d’apprentissage pour continuer à faire progresser et responsabiliser leurs « role players ». Mais Indiana, parmi les meilleures défenses de la conférence, vendra chèrement sa peau et peut continuer d’embêter pas mal de monde à Orlando.

Effectif : Goga Bitadze, Brian Bowen II, Malcolm Brogdon, Aaron Holiday, Justin Holiday, Alize Johnson, Jeremy Lamb, TJ Leaf, T.J. McConnell, Doug McDermott, Naz Mitrou-Long, Victor Oladipo, Domantas Sabonis, JaKarr Sampson, Edmond Sumner, Myles Turner et T.J. Warren

MEMPHIS

Bilan : 32 victoires – 32 défaites
Attaque : 20e (108.9) – Défense : 15e (109.9)
Calendrier : Portland, San Antonio, New Orleans, Utah, Oklahoma City, Toronto, Boston, Milwaukee

Personne n’attendait Memphis dans le Top 8 de la conférence Ouest cette saison. Avec la fin de l’ère Conley-Gasol, un nouveau coach et une flopée de jeunes joueurs, les Grizzlies ont pourtant réussi l’impossible jusqu’en mars en préservant leur 8e place, malgré les blessures de joueurs importants comme Brandon Clarke ou Jaren Jackson Jr.

L’effectif ne comporte pas de stars mais peut compter sur l’éclosion d’un futur grand, Ja Morant, et la détermination de tout un groupe, dont Jonas Valanciunas est peut-être le plus bel exemple.

Le « Grit & Grind » n’est pas mort et pourrait bien faire de nouvelles victimes en Floride. À nouveau au complet, il faudra que les hommes de Taylor Jenkins fournissent un dernier effort afin de repousser une bonne fois pour toutes les cinq poursuivants lancés à leurs trousses et intégrer définitivement le Top 8, ce qui serait considéré comme l’une des plus belles surprises de ces dernières années en NBA, alors que tous les bookmakers et spécialistes promettaient les bas-fonds aux Grizzlies en début d’exercice.

Effectif : Grayson Allen, Kyle Anderson, Dillon Brooks, Brandon Clarke, Gorgui Dieng, Marko Guduric, Jaren Jackson Jr, Josh Jackson, Tyus Jones, John Konchar, De’Anthony Melton, Ja Morant, Jontay Porter, Anthony Tolliver, Jonas Valanciunas et Yuta Watanabe

LES AUTRES

ORLANDO

Bilan : 30 victoires – 35 défaites
Attaque : 24e (107.5) – Défense : 10e (108.7)
Calendrier : Brooklyn, Sacramento, Indiana, Toronto, Philadelphie, Boston, Brooklyn, New Orleans

À domicile (ou presque), Orlando vise évidemment les playoffs – ce qui devrait être acquis – et plus particulièrement la 7e place, pour éviter Milwaukee au premier tour.

Renforcés par Jonathan Isaac, qui a profité de la coupure pour se remettre de son entorse du genou, les Floridiens auront à coeur de faire mieux que la saison dernière, quand ils avaient rendu d’emblée les armes en cinq manches face aux Raptors. En un an, peu de choses ont changé pour le Magic si ce n’est l’identité de son meneur titulaire : Markelle Fultz. Avant la pause, le premier choix de la Draft 2017 réussissait enfin une campagne pleine et sans pépin physique, avec quasiment 12 points, 3 rebonds et 5 passes de moyenne.

Son talent est indéniable mais il lui reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour atteindre le niveau que lui prédisaient les scouts il y a trois ans. Cette « intersaison » impromptue peut en tout cas l’aider à franchir un cap. D’autres éléments seront à surveiller chez les hommes de Steve Clifford. Aussi bien l’intérieur Mo Bamba, revenu alourdi dans la « bulle », que l’arrière français Evan Fournier, potentiellement free agent à l’issue de l’exercice…

Effectif : D.J. Augustin, Mo Bamba, Khem Birch, Michael Carter-Williams, Gary Clark, James Ennis III, Evan Fournier, Melvin Frazier Jr, Markelle Fultz, Aaron Gordon, Jonathan Isaac, Wes Iwundu, BJ Johnson, Vic Law, Terrence Ross et Nikola Vucevic

PORTLAND

Bilan : 29 victoires – 37 défaites
Attaque : 10e (112.5) – Défense : 27e (114.1)
Calendrier : Memphis, Boston, Houston, Denver, LA Clippers , Philadelphie, Dallas, Brooklyn

Et si c’étaient eux, les grands gagnants de la coupure ? Embourbés dans une saison irrégulière et criblés de blessés, les Blazers vont repartir avec un effectif quasiment au complet (seul Trevor Ariza manquera à l’appel) et un objectif simple : prendre la huitième place aux Grizzlies.

Les retours de Zach Collins et Jusuf Nurkic vont apporter de la densité à l’intérieur. Avec Carmelo Anthony décalé à l’aile, le cinq de Portland gagne en taille et en puissance. Certes, les deux intérieurs manquent de rythme, mais comme c’est toute la ligue qui a connu 141 jours sans compétition, la différence devrait moins se faire sentir.

Portland n’a que 3.5 victoires de retard sur Memphis et si, à l’issue des huit matches restants, ils demeurent toujours sous la barre des quatre succès de retard, ils pourront tenter d’arracher leur qualification dans un « play-in ». Et avec un joueur comme Damian Lillard, qui se sublime dans les grands moments, et une équipe très expérimentée, Portland sera presque favori de ce « mini tournoi ».

Effectif : Jaylen Adams, Carmelo Anthony, Zach Collins, Wenyen Gabriel, Mario Hezonja, Jaylen Hoard, Damian Lillard, Nassir Little, CJ McColum, Jusuf Nurkic, Anfernee Simons, Gary Trent Jr et Hassan Whiteside

NEW ORLEANS

Bilan : 28 victoires – 36 défaites
Attaque : 15e (110.8) – Défense : 15e (111.6)
Calendrier : Utah, LA Clippers, Memphis, Sacramento, Washington, San Antonio, Sacramento, Orlando

Après un début de saison catastrophique, les Pelicans ont su trouver un équilibre et enchaîner les victoires à partir de décembre 2019. Puis les grands débuts de Zion Williamson, le 22 janvier dernier, ont donné un second souffle au groupe d’Alvin Gentry. Quatre mois après, les chances de playoffs de New Orleans sont toujours d’actualité.

Le calendrier est très favorable, le banc est intéressant et le rookie phénomène semble physiquement très en forme,
même si ses jours loin de la « bulle » l’ont privé d’une préparation optimale. Il y a donc un coup à faire…

Effectif : Nickeil Alexander-Walker, Lonzo Ball, Zylan Cheatham, Derrick Favors, Josh Hart, Jaxson Hayes, Jrue Holiday, Brandon Ingram, Frank Jackson, Nicolo Melli, E’Twaun Moore, Jahlil Okafor, JJ Redick, Sindarius Thornwell, Kenrich Williams et Zion Williamson

SACRAMENTO

Bilan : 28 victoires – 36 défaites
Attaque : 19e (109.7) – Défense : 19e (111.6)
Calendrier : San Antonio, Orlando, Dallas, New Orleans, Brooklyn, Houston, New Orleans, LA Lakers

Même s’il y a eu une bonne période en février, les progrès entre la saison passée et cette année ne sautent pas aux yeux à Sacramento. Les hommes de Luke Walton ont tout de même été invités dans la « bulle » et pour le coach, c’est une première victoire. Cela signifie en effet que l’équipe était toujours en course pour les playoffs.

La préparation a été compliquée par la blessure à la cheville de De’Aaron Fox, la quarantaine prolongée de Richaun Holmes et l’arrivée tardive d’Harrison Barnes à Disney World.

Goûter à quelques matches à enjeu pendant ces jours d’août sera déjà un bonus pour ce groupe car il est difficile d’imaginer les Californiens bouleverser les pronostics. Eux qui n’ont plus goûté aux playoffs depuis 2006…

Effectif : Harrison Barnes, Kent Bazemore, Nemanja Bjelica, Bogdan Bogdanovic, Corey Brewer, Yogi Ferrell, De’Aaron Fox, Harry Giles III, Kyle Guy, Buddy Hield, Richaun Holmes, Justin James, DaQuan Jeffries, Cory Joseph, Alex Len, Jabari Parker

PHOENIX

Bilan : 26 victoires – 39 défaites
Attaque : 16e (110.2) – Défense : 19e (111.3)
Calendrier : Washington, Dallas, LA Clippers, Indiana, Miami, Oklahoma City, Philadelphie, Dallas

Avec leurs six victoires de retard sur les Grizzlies, les Suns n’ont pas le droit à l’erreur dans la « bulle » floridienne. Une seule défaite de leur part fera voler en éclats leurs (maigres) espoirs de playoffs.

Devin Booker et Deandre Ayton se devront ainsi d’être au top de leur forme pour permettre à leur équipe de retrouver la « postseason », ou d’au moins accrocher le « play-in » face au 8e de l’Ouest. Pour ce faire, ils pourront notamment compter sur celui qui ne cesse de faire parler de lui depuis quelques jours : Mikal Bridges.

Le 10e choix de la Draft 2018 vient effectivement de signer trois « scrimmages » de choix avec quasiment 19 points de moyenne, à 62% aux tirs et 54% à 3-points !

Sans Kelly Oubre Jr., toujours sur la touche, son apport s’avérera précieux pour Phoenix et c’est pour cette raison qu’il sera l’un des joueurs à suivre à Orlando. Même si la tâche s’annonce très compliquée pour Monty Williams et ses hommes, ils devront toutefois faire en sorte de terminer sur une bonne note afin de revenir encore meilleurs l’an prochain. Et de mettre ainsi fin à leur série de neuf (bientôt dix ?) saisons sans playoffs.

Effectif : Deandre Ayton, Aron Baynes, Devin Booker, Mikal Bridges, Jevon Carter, Cheick Diallo, Ty Jerome, Cam Johnson, Frank Kaminsky, Jalen Lecque, Elie Okobo, Kelly Oubre Jr, Cam Payne, Ricky Rubio et Dario Saric

BROOKLYN

Bilan : 30 victoires – 34 défaites
Attaque : 22e (107.8) – Défense : 8e (108.3)
Calendrier : Orlando, Washington, Milwaukee, Boston, Sacramento, LA Clippers, Orlando, Portland

Kevin Durant, Kyrie Irving, Spencer Dinwiddie, DeAndre Jordan, Taurean Prince, Wilson Chandler, Nic Claxton et même Michael Beasley… La liste d’absents des Nets a tellement fière allure qu’elle pourrait viser le titre.

Bonne nouvelle, la majorité des joueurs qui la composent devraient représenter la franchise new-yorkaise la saison prochaine. Mais avant de se projeter en 2020-21, il va d’abord falloir boucler cet exercice sur une bonne note. Sauf surprise, les playoffs devraient être à la clé pour Brooklyn et c’est déjà une excellente chose.

Pour passer un tour, il faudra cependant espérer un miracle, surtout si les hommes Jacque Vaughn – entraineur intérimaire qui joue officieusement sa place dans la « bulle » – croisent le fer avec les Bucks. Malgré tout, il sera intéressant de suivre le développement de Caris LeVert et Jarrett Allen, leaders de circonstance pour les Nets.

Sans oublier le retour en NBA du quadragénaire Jamal Crawford, venu dépanner après avoir été éloigné des parquets pendant plus d’un an. D’un point de vue expérience, sa présence sera un plus pour Brooklyn, bien qu’elle ne devrait pas permettre à la franchise de jouer au-delà du mois d’août.

Effectif : Jarrett Allen, Justin Anderson, Chris Chiozza, Jamal Crawford, Donta Hall, Joe Harris, Tyler Johnson, Rodions Kurucs, Caris LeVert, Timothe Luwawu-Cabarrot, Jeremiah Martin, Dzanan Musa, Garrett Temple et Lance Thomas

SAN ANTONIO

Bilan : 27 victoires – 36 défaites
Attaque : 11e (111.9) – Défense : 25e (113.7)
Calendrier : Sacramento, Memphis, Philadelphie, Denver, Utah, New Orleans, Houston, Utah

Il faudrait un miracle pour que les Spurs maintiennent en vie leur série record de 22 qualifications d’affilée en playoffs. Les Texans viennent surtout à Orlando pour faire grandir les jeunes pousses, Gregg Popovich l’a déjà annoncé, et tant pis pour les ambitions.

Déjà décevants cette saison et très inquiétants en défense, les Spurs seront privés de LaMarcus Aldridge, opéré de l’épaule en juin dernier. Avec lui, ça aurait été compliqué. Sans lui et malgré le renfort de Tyler Zeller dans la peinture, il s’agira sans doute de faire de la figuration et de préparer la saison prochaine.

Effectif : Marco Belinelli, DeMar DeRozan, Drew Eubanks, Bryn Forbes, Rudy Gay, Keldon Johnson, Trey Lyles, Chimezie Metu, Patty Mills, Dejounte Murray, Jakob Poeltl, Luka Samanic, Lonnie Walker IV, Quinndary Weatherspoon, Derrick White et Tyler Zeller

WASHINGTON

Bilan : 24 victoires – 40 défaites
Attaque : 13e (111.1) – Défense : 30e (115.0)
Calendrier : Phoenix, Brooklyn, Indiana, Philadelphie, New Orleans, Oklahoma City, Milwaukee, Boston

En plus de John Wall, blessé de longue date et qui préfère se concentrer sur sa rééducation pour viser un retour l’an prochain, les Wizards devront faire sans leurs deux meilleurs marqueurs à Orlando : Bradley Beal et Davis Bertans.

Deux éléments majeurs de la rotation de Scott Brooks, qui pesaient respectivement 30.5 et 15.4 points de moyenne cette saison. Autant dire que les joueurs de la capitale viendront essentiellement faire de la figuration en Floride. Pourtant, avec leurs 5.5 victoires de retard sur la 8e place à l’Est, ils ne sont mathématiquement pas éliminés de la course aux playoffs. Mais, effectif amoindri oblige, il semble assez improbable de les imaginer déloger les Nets ou le Magic. Pour Washington, les huit rencontres à venir vont donc principalement servir à préparer l’exercice suivant.

En ce sens, la jeunesse des Wizards sera au pouvoir dans la « bulle ». Certains joueurs seront ainsi particulièrement scrutés et c’est notamment le cas du rookie Rui Hachimura. Appelé à être la première option offensive de son équipe, le Japonais (17.3 points et 7.3 rebonds de moyenne lors des « scrimmages ») aura tout le loisir de s’exprimer en attaque, sans aucune pression sur les épaules. Il en va de même pour les Troy Brown Jr., Isaac Bonga, Jerome Robinson, Admiral Schofield, Thomas Bryant, Moritz Wagner et autre Anzejs Pasecniks.

Effectif : Isaac Bonga, Troy Brown Jr, Thomas Bryant, Jerian Grant, Rui Hachimura, Ian Mahinmi, Garrison Mathews, Shabazz Napier, Anzejs Pasecniks, Jerome Robinson, Admiral Schofield, Ish Smith, Jarrod Uthoff, Mo Wagner et Johnathan Willams

LE PROGRAMME SUR beIN SPORTS JUSQU’AU 6 AOÛT

UTAH @ NEW ORLEANS dans la nuit du 30 au 31/07 à 00h30 sur beIN SPORTS 1
LA CLIPPERS @ LA LAKERS dans la nuit du 30 au 31/07 à 03h00 sur beIN SPORTS 1
ORLANDO @ BROOKLYN le 31/07 à 20h30 sur beIN SPORTS 1
BOSTON @ MILWAUKEE dans la nuit du 31/07 au 01/08 à 00h30 sur beIN SPORTS 1
MIAMI @ DENVER le 01/08 à partir de 18h45 sur beIN SPORTS 3
NEW ORLEANS @ LA CLIPPERS dans la nuit du 01 au 02/08 à 00h00 sur beIN SPORTS 1
PORTLAND @ BOSTON le 02/08 à partir de 21h15 sur beIN SPORTS 3
MILWAUKEE @ HOUSTON dans la nuit du 02 au 03/08 à 02h30 sur beIN SPORTS 1
TORONTO @ MIAMI le 03/08 à 19h30 sur beIN SPORTS 1
DENVER @ OKLAHOMA le 03/08 à 22h00 sur beIN SPORTS
MEMPHIS @ UTAH le 05/08 à 20h30 sur beIN SPORTS 3
OKLAHOMA @ LA LAKERS le 05/08 à 00h30 sur beIN SPORTS 1
NEW ORLEANS @ SACRAMENTO le 06/08 à 19h30 sur beIN SPORTS 1
MIAMI @ MILWAUKEE le 06/08 à 22h00 sur beIN SPORTS 1
LA LAKERS @ HOUSTON dans la nuit du 06 au 07/08 à 03h00 sur beIN SPORTS MAX 5
UTAH @ SAN ANTONIO le 07/08 à 19h00 sur beIN SPORTS 1
BOSTON @ TORONTO dans la nuit du 07 au 08/08 à 03h00 sur beIN SPORTS 1
LA CLIPPERS @ PORTLAND le 08/08 à partir de 19h00 sur beIN SPORTS 1
UTAH @ DENVER le 08/08 à 21h30 sur beIN SPORTS 1
LA LAKERS @ INDIANA le 08/08 00h00 sur beIN SPORTS 1
MEMPHIS @ TORONTO le 09/08 à partir de 19h45 sur beIN SPORTS 1


A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés