Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
MIL
CLE1:00
CHA
ATL1:00
IND
POR1:00
PHI
BOS1:00
WAS
DET1:00
BRO
ORL1:30
MIN
UTH2:00
DAL
SAC2:30
NOR
GSW3:30
PHO
LAL4:00
Interviews Magazine News

Stephen Curry, Kobe Bryant, l’évolution du jeu… Interview de Glen Rice

Glen RiceChampion NBA, triple All-Star, MVP du All-Star Game et parmi les meilleurs shooteurs extérieurs de l’histoire, Glen Rice nous a accordé une interview pour évoquer plusieurs sujets, des Warriors à son ancien coéquipier Kobe Bryant, en passant par son propre parcours. À 48 ans, l’ex-star de Charlotte est toujours passionnée par le jeu.

Vous connaissez Stephen Curry depuis longtemps car vous avez joué avec son père à Charlotte. Que pensez-vous de lui ?

J’ai joué avec son père à Charlotte et j’ai pu le voir très tôt puisqu’il venait nous voir à l’entraînement. Il s’entraînait à shooter et on pouvait déjà voir qu’il avait du talent, qu’il était spécial. Je l’ai suivi au lycée, à l’université. Son parcours est incroyable, quel garçon remarquable, quelle histoire remarquable ! Ce qu’il fait aujourd’hui est incroyable, vous savez, c’est vraiment un plaisir de le voir jouer avec la manière dont il fait évoluer le jeu.

Pouviez-vous imaginer qu’il serait le joueur qu’il est aujourd’hui ?

Je l’ai réalisé assez tôt mais vous savez, à l’époque où je jouais, quand on le regardait, il n’était pas très grand, c’était difficile à savoir. Il est devenu un joueur phénoménal, et de la façon dont le jeu a évolué, avec un tempo plus rapide, un jeu plus ouvert, plus large, c’est parfait pour lui. C’est vraiment sympa à voir et quelle équipe aussi. Il est tombé dans une équipe idéale. Les Warriors prennent énormément de plaisir à jouer, ils sont impressionnants, c’est une équipe qui s’entend bien et qui pratique un très beau jeu. Ils sont dans une très bonne position pour gagner de nouveau le titre. Si je devais choisir aujourd’hui le prochain vainqueur, ce serait Golden State.

« Je mets facilement Kobe dans le Top 5 de l’histoire »

Kobe Bryant va prendre sa retraite à la fin de cette saison. Vous avez joué et gagné un titre avec lui en 2000 avec les Lakers. Que retenez-vous de sa carrière ?

Je pense que lorsqu’on cite Michael Jordan, Kobe Bryant doit être cité juste après lui. Michael est le meilleur joueur de l’histoire, je mets facilement Kobe dans le Top 5. Sa carrière est magnifique, son éthique de travail, ses facilités. J’ai entendu à quel point Michael s’entraînait dur à l’entraînement mais je n’ai jamais vu le faire. J’ai vu Kobe et c’est remarquable. C’est remarquable à quel point il se donne dur pour le jeu, pour son équipe. Je suis très fier de l’avoir fréquenté, et je suis très fier d’avoir gagné un titre avec lui en 2000.

Il y a quelques années, vous aviez pourtant déclaré à une radio de Miami qu’il était le « coéquipier le plus frustrant » que vous ayez jamais fréquenté. Pouvez-vous détailler ?

Oh oui ! C’est simplement qu’au basket, le but est de mettre de paniers et en tant que joueur, on veut aussi participer… A certains moments, c’était un peu frustrant mais nous comprenions tous l’objectif de Kobe : gagner. Il était tellement déterminé. C’était un coéquipier génial, j’entends aujourd’hui dire que c’est un mauvais coéquipier mais ce n’était pas le cas, c’était un super coéquipier. Comment peut-on ne pas vouloir jouer avec l’un des meilleurs joueurs de l’histoire ?

Après tant d’années à jouer, pensez-vous qu’il parviendra à faire la transition vers une vie normale ?

C’est déjà le cas actuellement. Ce qu’on voit de lui aujourd’hui, c’est déjà quelqu’un qui a accepté qu’il devait tourner la page pour quelque chose de différent. Je pense qu’il s’est mis dans une situation où il pourra rester proche du jeu. Quand on parle de joueurs intelligents, il en fait partie. Il trouvera un moyen de se rendre utile. Il a un grand esprit de compétition et où que ce soit, au sein d’une franchise ou de la NBA, il trouvera sa voie.

Vous avez pris votre retraite en 2004. Était-ce une décision difficile pour vous ?

Pour moi, cela n’a pas été compliqué. Je pense que si on me compare avec Kobe en tant qu’individu, nous sommes dans une sphère similaire. J’ai été capable de l’accepter. Kobe a été forfait presque deux ans, il est revenu et il peut toujours jouer mais il faut réussir à comprendre qu’à un certain moment, on ne pourra plus le faire et il faut être en mesure de savoir quand. Il le fait et quand on choisit son moment, c’est une superbe fin. À la fin de ma carrière, j’ai joué avec les Clippers, c’était une jeune équipe et j’étais un vieil homme. L’équipe allait dans une direction différente et cela a rendu facile ma décision d’accepter que c’était la fin.

Votre fils Glen Jr. a été drafté par les Sixers il y a deux ans mais il n’a jamais joué pour eux. Pensez-vous que leur processus de reconstruction va porter ses fruits un jour ?

Quand j’ai été drafté par le Miami Heat, nous avions eu également une saison difficile. Ils ont du talent, ils sont très jeunes, très très jeunes. Je pense qu’ils doivent commencer par croire dans le système de leur coach et ils finiront par être en mesure de jouer contre n’importe quelle équipe.

Votre fils reviendra t-il en NBA ?

Il reviendra. Il reviendra, je vais m’en assurer.

Que pensez-vous de l’évolution du jeu aujourd’hui ? Est-ce qu’elle vous plait ?

Oui, ça me plait beaucoup, j’adore regarder le basket d’aujourd’hui. Et je suis ravi aussi de sa notoriété internationale, la NBA est devenue mondiale. Il y a des joueurs très bons qui viennent de partout et c’est ce qu’est censé être la NBA : être partout, aux États-Unis et à l’étranger, accepter des joueurs venus de tous les horizons. J’aimerai toujours le basket. Toujours.

Quel est votre plus beau souvenir ?

Avoir joué en NBA, c’est un rêve devenu réalité. En tant que jeune, c’était mon but ultime, à l’école, au lycée, à l’université, et j’ai réalisé mon rêve. Je voulais être le meilleur leader et le meilleur coéquipier possible. Maintenant, quand je reviens en arrière, ma plus belle réussite est d’avoir gagné un titre en 2000. Je n’aime pas vraiment parler de mes réussites individuelles car j’ai toujours préféré penser à l’équipe avant tout. Mais je ne peux pas nier que j’ai eu beaucoup de chances, j’ai joué dans toutes ces villes magnifiques avec des gens extraordinaires, c’est la plus belle de mes réussites avec mes enfants. Je n’ai aucune déception au sujet de ma carrière et le chemin que j’ai choisi de prendre.

Un dernier mot pour conclure. Que pouvez-vous nous dire sur Sarah Palin (l’ancienne candidate républicaine est connue pour avoir eu une liaison avec Glen Rice à l’université) ?

Quoi ? (Il rit). Tu devrais avoir honte ! (Rires).

Photo : NBA / Getty Images

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *