Nous sommes actuellement le 24 Octobre 2014, 20:44

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillĂ©, vous ne pouvez rien publier ou Ă©diter.  [ 2 message(s) ] 
  Sujet prĂ©cĂ©dent | Sujet suivant 
Auteur Message
Hors-ligne
Message PubliĂ© : 13 Novembre 2012, 01:54 
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Alamo City Spurs Fan
16189
Mike D'Antoni : ShowTime 2.0 ?
by Ziug

Image

A peine vient-il de parapher son contrat de 4 ans - trois ans et une quatrième année en option- que tous les insiders décortiquent déjà sa philosophie de jeu et son playbook pour tenter de savoir si la greffe prendra avec les Lakers.

Un homme pressé

Coach des Suns de 2003 à 2008, Mike D'Antoni est considéré comme l'un des esthètes du jeu offensif et l'un des précurseurs du 'small ball' nouvelle génération ou les ailiers jouent ailiers-fort et ou ces derniers prennent la place des pivots.
Sa 1ere année avec Phoenix fût historique puisque l'équipe terminera avec la meilleure efficiency et un bilan de 62-20 qui la propulsera en tête de la NBA au terme de la saison régulière.

Chaque début de rencontre était ponctué par ses mêmes recommandations :
"shootez ou décalez vous" "le ballon doit suivre votre énergie" "Bien exécutés, vos 3 premiers pas en transition doivent faire la différence" ou "les ailiers doivent utiliser tout l'espace, y compris les corners à 3pts"
Soyez sûrs qu'il les utilisera à nouveau avec les Angelinos !

Pour cet homme de 61 ans, laisser une totale liberté à ses joueurs en attaque est une donnée essentielle pour les sentir concernés en défense.
Vivement critiqué pour ses entraînements parfois entièrement dédiés à l'attaque (le fameux seven seconds or less) D'Antoni n'a pour autant jamais délaissé les préceptes de repli et de zone pour tenter de stopper les équipes adverses, mais il a toujours précisé ne pas être responsable de l'engagement et du rendement limités - voir suspects - de certains de ses cadres dans ce compartiment du jeu. (Amar'e, es-tu là ?)


Et maintenant ?

Avec un effectif pléthorique constitué cet été, les Lakers disposent de joueurs solides et Mike retrouve le dépositaire de son empreinte, le maestro qui a donné vie au Run & Gun : Steve Nash.
Même si ce dernier est moins rapide et s'approche doucement de la quarantaine, le Canadien reste un excellent playmaker et offre de nombreuses possibilités sur pick & roll, tant sa lecture du jeu est toujours aussi facile et impressionnante de réactivité.

Cette liberté devrait permettre à Dwight Howard de briller, et d'aller plus facilement chercher des fautes à l'intérieur ou ressortir ses ballons sur les ailes pour des shoots à 3pts.
Seul inconvénient, D12 n'est pas un bon shoteur à mi-distance et les pick & pop parfaitement exécutés par le duo Nash / Amar'e ne peuvent être dupliqués, surtout que certaines équipes très physiques (Miami ! Boston ?) ont les armes pour tuer les pick & roll systématiques.

Certains experts ont donc imaginé Pau Gasol en clone de l'ex-intérieur des Suns. Bon shoteur à mi-distance (47% FGs depuis 3 saisons aux shoots au delà des 5 mètres 50) avec une très bonne vision du jeu pour un PF, l'Espagnol, en proie à de grosses difficultés depuis 2 ans, pourrait retrouver de sa superbe et être la plaque tournante du système D'Antoni.
Déjà sous-utilisé à l'époque ou Magic et Kareem souhaitaient voir Bynum éclore et s'imposer à l'intérieur, Pau s'était mué en passeur parfait sans rechigner, mais n'avait jamais réussi à retrouver ses standards en attaque.
Pire, il pataugeait parfois au point de ne plus oser prendre le moindre shot...

L'autre grande inconnue reste Kobe Bryant.
Souvent coupable de casser les systèmes au profit de pirouettes ou autres fade away jumper, la star des Lakers aurait préféré revoir son mentor Phil Jackson s'installer aux commandes, mais les caprices de star de Papy Zen auront eu raison de la patience du front-office.
Pour autant, Mike D'Antoni n'est pas un étranger pour le Franchise Player des Pourpres et Or, puisque les 2 hommes se sont côtoyés et appréciés lors des 2 dernières campagnes de Team USA, partageant parfois leurs goûts pour la cuisine Italienne.
Kobe aura probablement - tout comme Nash - de grandes libertés d'actions pour artiller à 3pts, pénétrer pour créer l'espace suffisant pour un pull-up jumper ou passer le ballon vers les ailes démarquées.
Il subsiste tout de mĂŞme une grande interrogation : N'en fera t-il pas trop ?
Ne voudra t-il pas prendre le match Ă  son compte trop souvent ?

Pour Artest, l'Ă©quation est plus simple.
il peut artiller à 3pts et se faire oublier des défenses, tant que la réussite ne le lâche pas, mais D'Antoni ne serait-il pas tenter de décaler Kobe en SF pour replacer Jodie Meeks en SG ?
Dans son système, il cherchera toujours à créer des décalages et prendre de vitesse les adversaires pour mieux servir ses shoteurs.


Côté face

Niveau banc, l’inquiétude est plus grande.
D'Antoni est un adepte de la rotation serrée et il aime avoir beaucoup de shoteurs disponibles.
A l'époque ou Boris Diaw - Shawn Marion et Amar'e Stoudemire constituaient son frontcourt dans l'Arizona, jamais ils ne sont descendus en dessous du Top 4 des meilleurs artilleurs longue distance, seulement les Lakers actuels ne présentent aucunement ce genre de profils, hormis le vieillissant Antawn Jamison et le discret Jodie Meeks.
D'Antoni pourrait envisager de replacer Steve Blake en SG vu que ce dernier est plutĂ´t adroit dans cette exercice, mais John Hollinger d'ESPN n'imagine pas une seconde un Kobe de 35ans se coltiner les meilleurs postes 3 de la League ! (Durant, Melo, LeBron..)

Les autres pistes Ă  explorer seraient des transferts ou des signatures d'agents libres.
2-3 noms circulent comme James Jones, englué au bout du banc de Miami et ancien protégé de Mike D'Antoni à Phoenix, Raja Bell coincé à Utah et courtisé par Kobe himself il y'a quelques années ou un Shawne Williams, actuellement sans club.
D'autres journalistes estiment que Chris Duhon et Darius Morris vont retrouver du temps de jeu...


Un objectif trop ambitieux ?

Mike D'Antoni n'a pas choisi le poste le plus facile, et son étiquette de cerveau des Suns - ennemi juré et bourreau des Lakers 2004-2005 - risque encore de lui coller à la peau si les résultats n'interviennent pas très vite !
Avec Steve Nash à ses côtés, son intégration et son emprise sur le groupe seront facilités et le niveau assez pauvre de l'attaque sous l'ère Brown rapidement oublié, aucune équipe coaché par l'Italo-Américain n'est descendu en dessous du Top 10 au scoring et pace (cadence de jeu) seulement il va devoir s'efforcer de rendre cette équipe bien meilleure en défense.
Aura t-il à disposition un assistant coach es-défense ou devra t-il composer avec son équipe habituelle ?

L'attente des fans et la surexposition de la franchise ne vont-elles pas peser lourdement sur les épaules d'un homme peu habitué à ce genre de frasques ?
L'échec NYKais lui aura t-il permis d'être plus sûr et plus serein dans un contexte plus exposé ?
Enfin, l'objectif affiché est-il réellement le titre ou les dirigeants pourront se contenter d'une Finale de Conférence ?

Mike D'Antoni a encore 75 matchs pour y parvenir et convaincre les sceptiques que le Run & Gun peut amener Ă  la victoire finale.



source : ESPN, CBSSports


Haut
 Profil  Voir la position gĂ©ographique du membre 
 
Hors-ligne
Message PubliĂ© : 03 Janvier 2013, 16:19 
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
76ers Liberty Baller
19173
LA CLIPPERS : Objectif reconstruction, Blake Griffin en fondation
by jejevert01



INTRO

Ah, ces Clippers ! Depuis leur fondation, à Buffalo en 1970, les Clippers n’ont gagné aucun titre NBA. Après un passage à San Diego, la franchise emménage à Los Angeles. Souvent considérée comme une équipe médiocre, ils relèvent la tête depuis 2 ou 3 ans et semblent maintenant prêts à franchir un cap.
Les Clippers débutent la saison 2008/2009 avec deux nouveaux joueurs majeurs, Marcus Camby, et Baron Davis, qui viennent s’ajouter a Eric Gordon (7ème pick de la draft 2008), Chris Kaman, et Zach Randolph. Malgré cela, la saison se solde par un bilan (très) négatif (19 victoires pour 63 défaites). Avec ce bilan, les Clippers ont une chance de pouvoir sélectionner le premier pick de la draft 2009.La fameuse loterie leur permet effectivement de choisir le premier pick. Ils sélectionnent Blake Griffin, un joueur qui possède un gros abatage physique et un jeu offensif un rien rustre. Baron Davis s’en réjouit : « Avec ses qualités physiques et son sens naturel du jeu, je sens que quelque chose de formidable se prépare. »

Blake Griffin
Image

Les Clippers se préparent donc à la saison 2009/2010 le sourire aux lèvres. Malheureusement pour eux, Blake Griffin se blesse au genou lors du dernier match de la pré-saison, et les médecins déclareront qu’il est out pour l’intégralité de la saison! Les Clippers finissent la saison avec un bilan de 29 victoires pour 53 défaites, mais ratent une fois de plus les Play-offs. Mais voila, Blake Griffin revient de blessure, et les Clippers espèrent que leur phénomène va enfin leur permettre d’atteindre les Play Off.


Saison 2010/2011 : Blake Griffin, déjà grand.

On a donc un changement majeur : Griffin peut enfin jouer. Les Clippers l’on bien compris! Désormais motivés, des joueurs come Kaman ou DeAndre Jordan reprennent l’entrainement assez tôt, contrairement aux saisons précédentes où les joueurs ne semblaient pas vraiment pressés.
Griffin et les Clippers débutent la saison contre Portland et malgré la défaite, Griffin met 20pts et prend 18 rebonds. Pour Griffin, les bonnes performances s’enchainent, tout comme les doubles doubles. A la mi-janvier, Blake en est a 22pts et 12.5 rebond par match, et les Clippers a 14 victoires / 15 défaites. Malgré des résultats personnels éblouissants, des coups d’éclat, des dunks monstrueux, Blake Griffin ne permet pas pour l’instant à son équipe de relever la tête.
Grâce à son jeu extraordinaire, Blake Griffin est sélectionné pour le all star Game 2011 qui se déroule à Los Angeles. Il joue tout de même 15 minutes, pour 8pts, 5 rebonds et 5 passes. Il participera aussi au concours de dunk qu’il remportera notamment grâce à ce dunk :


La saison régulières terminée, les Clippers ratent les Play Off et leur bilan reste assez mauvais (32/50) mais Griffin a impressionner beaucoup de monde. Ses dunks ont fait le tour du monde, et il est devenu la nouvelle coqueluche de Los Angeles. Il a des stats en double double et on le présente comme le favori pour le trophée rookie of the year, qu’il remportera devant le wizard John Wall.
Play Off une nouvelle fois maqués, bilan de nouveau négatif, on pourrait penser que Blake Griffin n’a rien changer. Pas de conclusion hâtive : Depuis le début de la saison, les Clippers sont devenus excitant a voir jouer. Qui aurait pu croire ça un jour ?


Saison 2011/2012 : La confirmation : Show Time Ă  LA

Saison raccourcie, lock out oblige. Alors que tout les fans de basket NBA attendent le début de la saison, les Clippers réalisent LE gros coup de l’inter saison (en plus de l’arrivé de Billups) : Ils récupèrent Chris Paul (en échange, New Orleans Hornets obtient Chris Kaman, Eric Gordon, Al-Farouq Aminu et un tour de Draft). Les Clippers perdent donc Gordon et Kaman (aujourd’hui à Dallas), deux joueurs importants, mais récupèrent un des meilleurs meneurs.

Image

Pour beaucoup, c’est le meilleur meneur NBA à l’heure actuelle. Certes, il est difficile d’établir un classement des meneurs NBA, où les meilleurs ont des styles de jeu différents : Rondo le passeur (qui peut se transformer en spécialiste du triple double), Rose le scoreur, D-Will le polyvalent… Mais Chris Paul est un meneur complet, capable de scorer dans les moments chauds, de faire des passes ou des feintes de génie… Que des arguments en faveur de Chris Paul.
Une feinte superbe de Chris Paul :


L’objectif cette année (maintenant affiché, avec l’arrivé de CP3), est de tutoyer les habituels tauliers de la conférence Ouest (Dallas Mavericks, Los Angeles Lakers, Oklahoma City Thunder…). Et bien sur, enfin retrouver les Play Off (et pourquoi pas passer quelques tours ?).
La saison commence par une victoire face à Golden State. Les Clippers réalisent de bons résultats, mais ce qui ravit les foules, c’est surtout le spectacle proposé par « Lob City ». En effet, désormais surnommer « Lob City », les Clippers régalent grâce aux multiples Alley oop de Griffin, DeAndre Jordan, et la magie de Chris Paul. En voici quelque exemple, parce que la NBA, c’est aussi un spectacle :
-Le dunk qui a finit n°1 du top ten plays de la saison 2011/2012 (vous remarquez que Griffin le réalise suite à un pick and roll avec CP3…) :


-Un Alley oop Paul-Griffin, ce qu’on voit a quasi tout les matchs :


En Février, Blake Griffin et Chris Paul participent tous deux au all star Game. A la fin de la saison, le bilan est très satisfaisant : Les Clippers affichent 40 victoires et 26 défaites (seulement 66 match à cause du lock out) et se qualifient pour les Play Off en terminant cinquièmes de la conférence Est. Direction le premier tour face à Memphis.
Cette opposition est une des plus équilibrées des premiers tours des Play Off 2012, conférence Est et Ouest réunies. D’un coté, les Clippers de Chris Paul et Blake Griffin, qui disposent d’un bon roster et d’un jeu spectaculaire. De l’autre, Memphis, une des révélations de l’année, avec un duo d’intérieur monstrueux (Zach Randolph et Marc Gasol), le très bon Rudy Gay, ainsi que d’autres bons joueurs comme Conley, OJ Mayo, ou Tony Allen. A la fin d’une série disputée, les Clippers se hissent en demi-finales de conférences, pour seulement la cinquième fois de leur histoire. Durant ces 7 matches d’une intensité folle, les Clippers ont montré qu’ils étaient sur le point de passer un cap, en faisant preuve d’un incroyable sang froid dans le Game 7.
Les Clippers gagnent donc le droit d’affronter les Spurs, qui viennent de sweeper les Jazz. Le résultat est sans appel : avec Chris Paul et Griffin sur les genoux après une saison éprouvante, ils se font à leur tour sweeper. Face à des Spurs toujours aussi impressionnants, les Clippers ont montré leurs limites, mais l’espoir d’un avenir meilleur et d’un plus long parcours en Play Off se dessine. Pour la saison 2012/2013 ?


Saison 2012/2013 : Outsiders, vous avez dits ?

Ils entament l’été en recrutant Grant Hill, Lamar Odom, et Jamal Crawford. Ils disposent donc d’un des meilleurs bancs de la ligue (en plus de Ronny Turiaf, qui pourra nous donner son avis vu le temps qu’il y passera…). Pendants ce temps la, les voisins Lakers recrutent Dwight Howard, Steve Nash, et Antwan Jamison. Los Angeles peut maintenant se vanter d’avoir deux très bonnes équipes. Les Clippers peuvent prétendre à une finale de Conférence, mais il faudra pour cela passer sur le corps des Lakers de Kobe, du Thunder de Durant et de ces vieux briscards de Spurs. Quoi qu’il arrive, ce sera très dur, mais ils en sont capables, car Blake Griffin doit exploser, DeAndre Jordan doit franchir un palier (ce qu’il est en train de faire au vu du début de saison), et Chris Paul est toujours la, accompagné de ce banc dont nous avons déjà parlé et qui promet de belles choses, avec des joueurs comme Jamal Crawford, Eric «mini LeBron »Bledsoe, ou encore Grant Hill.
En effet, Les Clippers ont profité de leur nouvelle dimension pour attirer intelligemment des joueurs de qualité et apporter ainsi de l’expérience et du scoring. Ce n’est pas un hasard si, a l’heure actuelle, le banc des Clippers est un des plus prolifique de NBA.



Bilan :


Quelle progression en 3 ans ! Depuis l’arrivé de Blake Griffin, les Clippers sont passés de 35% de victoire a 60%. De plus, ils sont passés d’une différence de -3.13 points en 2010/2011 à une différence de +10.7 points lors de la saison en cours! Un bond phénoménal du en majeur partie, si ce n’est entièrement, à Blake Griffin :
-Lors de sa première saison, il devient la nouvelle sensation en NBA et transforme les Clippers en une équipe divertissante à voir jouer.
-Lors de l’inter saison, Chris Paul arrive. Un hasard ? Non, sûrement pas. S’il est venu à Los Angeles, c’est surtout grâce a l’attraction Griffin et au bel avenir que tout le monde ou presque prédit désormais pour les Clippers.
Il y a encore 3 ans, on se moquait des Clippers. Maintenant, ils ne font rire personne. Pas grand monde en NBA n’aimerait les rencontrer en Play Off l’été prochain. Ce qui est sûr, c’est qu’une belle saison a commencée le 30 Octobre : l’association Griffin-Paul, seconder par des joueurs de qualités, promet de faire des merveilles.
Les Clippers ont prouvé à la planète NBA que leur embellie n’était pas qu’un feu de paille. Ils viennent en effet de passer le mois de décembre sans aucune défaite, enchainant pas moins de 17 victoires de suite. Chris Paul s’est posé en patron, si bien que son nom revient quand on parle du futur MVP, Blake Griffin continue de sortir des bons matches, le banc est toujours présent… Les Clippers sont bien là. (Malheureusement pour eux, cette série c’est arrêtée contre Denver le 1er Janvier 2013.)


Haut
 Profil  Voir la position gĂ©ographique du membre 
 
Afficher les messages publiĂ©s depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Ce sujet est verrouillĂ©, vous ne pouvez rien publier ou Ă©diter.  [ 2 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas Ă©diter vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Aller vers :  



Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Charte - FAQ.
skymiles v1.0.1 designed by Team -Programming forum.