Summer
league
Summer
league
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Draft 2023 | Présentation de Jarace Walker (Houston)

NBA Draft 2023 – Phénomène physique, doté d’un gros potentiel défensif, Jarace Walker est un des joueurs les plus « NBA ready » de la cuvée.

jarace walker

Dans quelques jours, le 22 juin, Jarace Walker va sans doute devenir le premier « lottery pick » passé par l’université de Houston depuis… Hakeem Olajuwon, choisi en première position de la Draft 1984 !

Une longue attente pour un programme majeur du paysage universitaire depuis des décennies, mais dont la « production » de joueurs NBA n’a jamais été un gros point fort, à l’exception de la légende des Rockets, donc, ou bien plus récemment du solide Quentin Grimes (Draft 2021), devenu un titulaire précieux des Knicks.

Mais avec Jarace Walker, les Cougars tiennent désormais leur possible nouvelle grosse tête d’affiche en NBA. Recrue prisée dans sa classe d’âge (#12 de la promotion lycéenne de 2022), le « freshman » a livré une campagne 2022/23 très satisfaisante à titre individuel, au sein d’une des toutes meilleures équipes du pays (33 victoires et 4 défaites). Titulaire à tous les matchs, le natif de la Pennsylvanie s’est en effet imposé sans soucis comme un des contributeurs les plus précieux de sa formation, aux côtés des vétérans Marcus Sasser ou Jamal Shaed, et surtout comme un « one-and-done » évident et un futur « lottery pick ».

Profil

Poste : Ailier-fort
Taille : 2m03
Poids : 109kg
Équipe : Houston Cougars
Stats 2022/23 : 11.2 points, 6.8 rebonds, 1.8 passe et 1.3 contre

Points forts

Le profil physique. On enfonce une porte ouverte, mais la plus grosse qualité de Jarace Walker, concernant sa projection chez les pros, est son physique. Beau bébé de 2m03 pour quasiment 110 kilos, à seulement 19 ans, le « freshman » de Houston est prêt à tenir le choc physiquement en NBA dès la rentrée. Ailier-fort, il est peut-être un chouïa petit pour le poste, mais il compense de toute façon par une grosse puissance du haut du corps qui lui permet d’absorber les contacts, et une mobilité / vivacité épatante. Il n’y a sans doute pas plus « NBA ready » que lui sur le plan physique, dans cette cuvée 2023.

Potentiel défensif énorme. On l’a dit au-dessus : avec de telles qualités physiques et athlétiques, Jarace Walker est naturellement capable de défendre car il sait absorber les contacts. Et il y a encore mieux : il est aussi « techniquement » un très bon défenseur, notamment car ses appuis sont rapides, surtout latéralement. En NCAA cette saison, on l’a par exemple souvent vu défendre avec aisance des postes 3/4, en démarrant au large et en suivant son vis-à-vis jusqu’au cercle. En NBA, il devra évidemment s’adapter à la vitesse des attaquants adverses, largement plus rapides et athlétiques que sur le circuit universitaire notamment sur les « switchs » après les écrans. Mais le potentiel aperçu ces derniers mois dans ce domaine est rassurant pour sa transition vers le niveau supérieur. D’autant qu’il est aussi un bon défenseur dans le collectif. Sa lecture des rotations est satisfaisante, et il a particulièrement brillé cette saison comme défenseur en second rideau (1.3 contre/match). Dans une NBA où les couloirs de ‘drive’ sont très larges avec le « spacing », il devrait continuer à avoir un bon impact dans ce domaine, et continuer à progresser.

Possiblement un « stretch four ». Loin de nous l’idée de ranger Jarace Walker dans la catégorie des « snipers » derrière l’arc, mais on considère son potentiel comme « stretch four » vraiment intrigant. Cette saison, les stats brutes n’étaient certes pas particulièrement ronflantes (34.7% sur 2.8 tirs/match), mais l’impression visuelle pousse à l’optimisme. Notamment car sa mécanique de tir est très fluide pour un joueur de son gabarit, notamment en « catch-and-shoot » (38% quand il est ouvert, notamment). Il épate en effet par son sens du placement par rapport au porteur du ballon, et prend ses tirs avec confiance. En NBA, il devra sans doute apprendre à dégainer plus vite, mais la base de travail avec laquelle il va rejoindre les pros est vraiment convaincante. D’autant que son « handle » est bon pour un joueur de son poste et de sa taille, et laisse supposer qu’il pourra aussi progresser dans l’exercice du « pull-up » et du « floater ».

Points faibles

L’agressivité vers le cercle / la finition au cercle. C’est le paradoxe de Jarace Walker : un phénomène physique qui n’attaque pourtant pas beaucoup le cercle. Cette saison en NCAA, on a par exemple observé une tendance chez lui à se « cacher » derrière l’utilisation du « floater », avec une efficacité moyenne (34%), plutôt que d’attaquer vraiment le cercle. Étrangement, alors qu’il absorbe beaucoup de contacts en défense, il n’est pas aussi à l’aise en attaque, et ne va donc pas très souvent sur la ligne des lancers-francs (2.2 par match cette saison). C’est dommage, car son bagage technique est intéressant près du cercle, et il a montré, les rares fois où il a pris position au poste bas, qu’il pouvait user de sa puissance physique pour déposer de gros dunks sur la défense, ou obtenir des fautes. Une meilleure agressivité vers le cercle viendra sûrement avec l’expérience.

Comparaison

Des ressemblances avec Paul Millsap, ou avec Larry Johnson.

Pronostic

Dans la deuxième moitié du Top 10. On imagine mal les Pacers faire l’impasse en #7, s’il est encore disponible. Il peut aussi être un choix évident pour les Pistons, en #5.

Les profils des joueurs de la Draft 2023

Scoot Henderson

Brandon Miller

Cam Whitmore

Nick Smith Jr

Jordan Hawkins

Keyonte George

Gradey Dick

Anthony Black

Cason Wallace

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités