Summer
league
Summer
league
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Draft 2023 | Présentation de Scoot Henderson (G-League Ignite)

NBA – L’autre tête d’affiche de cette Draft 2023, Scoot Henderson, est bien plus qu’un simple lot de consolation, derrière Victor Wembanyama amené à être choisi en première position.

scoot hendersonDepuis des mois, Scoot Henderson est à juste titre considéré dans les projections pré-Draft comme le probable futur deuxième choix de cette Draft 2023, derrière l’alien français Victor Wembanyama, sûrement intouchable tout en haut de la hiérarchie et donc probable futur joueur des Spurs, gagnants de la « lottery » cette nuit.

Mais pour autant, Scoot Henderson n’est pas à considérer comme un simple lot de consolation derrière « Wemby ». Car à l’exception de Zion Williamson en 2019 et donc de Victor Wembanyama cette année, il est peut-être le talent le plus électrisant que la sphère « scouting » ait observé ces dernières années. Si les Hornets, deuxièmes de la « lottery », venaient effectivement à le choisir, ils mettraient la main sur une pierre angulaire de leur avenir.

Jeune talent au parcours atypique puisqu’il a rejoint la Team Ignite en G-League en 2021, avant même la fin de son cursus au lycée, il côtoie des joueurs professionnels depuis deux ans maintenant, et a progressé à vue d’œil entre sa première et sa deuxième saison dans l’antichambre de la NBA. En résumé : il est prêt pour l’échelon supérieur.

Profil

Poste : Meneur de jeu
Taille : 1m92
Poids : 88 kilos
Équipe : Team Ignite (G-League)
Stats 2022/23 : 17.6 points (43% aux tirs), 5.1 rebonds et 6.6 passes

Points forts

« NBA ready » physiquement. S’il n’est finalement pas nécessairement impressionnant de prime abord par ses mensurations, assez « banales » pour un meneur en NBA (1m92 pour un peu moins de 90kg), Scoot Henderson n’en demeure pas moins un athlète impressionnant, absolument « NBA ready » pour tenir le choc physiquement. Notamment grâce à une envergure folle pour un joueur de sa taille (mesurée à 2m06), qui va l’aider des deux côtés du terrain en NBA, mais aussi et surtout à un premier pas supersonique et des qualités athlétiques dingues, qui rappellent les meilleures années sur le plan physique d’un Derrick Rose ou Russell Westbrook. Meneur monté sur ressorts, capable de se hisser en très haute altitude sur un ou deux d’appuis seulement, le garçon nous a gratifiés de quelques « finish » au cercle renversants, au cours des deux dernières saisons. En NBA, il va s’éclater en transition et sur demi-terrain avec les espaces dont il bénéficiera pour attaquer le cercle, et il y a fort à parier que certains protecteurs de cercle vont très vite se faire baptiser…

Une palette de shoots au point. S’il est à l’heure actuelle avant tout un joueur qui finit au cercle, Scoot Henderson n’est pour autant pas qu’un « bourrin » qui fonce dans le tas. Avec une mécanique de tir déjà très esthétique et mécaniquement transposable en NBA, il sait aussi sanctionner avec aisance à mi-distance notamment, la plupart du temps en sortie d’écran. Sa bonne maitrise des angles de la planche est aussi un point fort. En somme, le natif de Géorgie est un scoreur déjà très à l’aise à deux niveaux – au cercle et à mi-distance – et pourrait devenir encore plus complet s’il progresse derrière l’arc.

Un pur meneur. Athlète XXL aux dons évidents pour le « scoring » sur le poste de meneur, Scoot Henderson n’en oublie pas pour autant… d’être un meneur. Joueur réfléchi dont le QI basket déjà important continuera de s’améliorer avec de l’expérience, il s’est approché des 7 passes par match cette saison (mais 3.4 pertes de balle), dans un rôle de porteur de balle principal. Au niveau supérieur, avec un meilleur « spacing » et « shotmaking » qu’en G-League, c’est ce même rôle qu’il tiendra d’entrée. Ses débuts seront évidemment imparfaits, comme pour n’importe quel meneur de 19 ans qui débarque en NBA, mais à terme, en l’entourant correctement, une franchise peut sereinement construire son attaque autour de lui.

Points faibles

Le tir extérieur. C’est pour l’heure le seul gros point noir de son jeu offensif : seulement 27.5% de réussite derrière l’arc cette saison, pour pratiquement 3 tirs par match, après une première saison conclue à seulement 17%… C’est trop peu, dans une ligue où le tir extérieur est souverain. La bonne nouvelle, c’est que le problème n’est pas structurel, puisque sa mécanique de tir est très bonne, mais relève plutôt de la sélection de tirs, qui s’améliorera avec le temps dans ce domaine. Il faut aussi garder en tête qu’il est passé en 2021, sans transition, de la ligne à trois-points en « high school » à celle de la NBA en G-League, et que l’adaptation peut donc demander du temps. D’autant qu’il excelle à mi-distance, et saura à n’en pas douter élargir sa « range » au fil du temps.

Les pertes de balle. Car s’il a distribué près de 7 passes par match cette saison, Scoot Henderson a aussi perdu quasiment 4 ballons par match. Car il aime courir et jouer vite, car il attaque souvent le cercle et doit parfois opter en urgence pour un « kick-out », mais aussi car il n’a que 19 ans tout simplement. Son jeu « up-tempo » est à risques, mais sa marge de progression est conséquente. À mesure qu’il s’assagira avec l’expérience, son « playmaking » gagnera en sobriété.

Comparaison

Pour le niveau plafond : entre Russell Westbrook pour les qualités athlétiques sur le poste de meneur, et Donovan Mitchell pour les qualités de « shotmaking ». Pour le niveau plancher : un Eric Bledsoe en plus grand et plus développé offensivement.

Pronostic

Dans le Top 3, certainement un « lock » pour le deuxième choix à Charlotte, où il pourrait tout à fait cohabiter avec LaMelo Ball dans un premier temps.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités