Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
TOR117
CHI101
OKC105
NYK84
LAL4
LAC11
Magazine News Previews

[Previews] Les Kings veulent enfin repartir du bon pied

Comme chaque année, Basket USA propose une présentation de la saison NBA et des 30 franchises sous la forme d’un compte à rebours, de la 30e place à notre favori pour le titre de champion NBA. Aujourd’hui, on retourne à l’Ouest avec des Kings qui entament leur reconstruction sans DeMarcus Cousins.

Absent des playoffs depuis 2006, l’équipe de Sacramento a lutté contre un déménagement et connu 9 entraîneurs en 11 ans. Depuis plusieurs saisons, le club essayait de se reconstruire autour de DeMarcus Cousins mais Vlade Divac a finalement décidé de changer d’option et de choisir une autre route. Le pivot a donc fait ses valises pour La Nouvelle-Orléans et le club a décidé de redémarrer sa reconstruction. Avec un mélange de jeunes talents et de vétérans intéressant.

Les leçons du passé ont-elles été apprises ?

Si Sacramento a la deuxième plus longue série active d’absence des playoffs (derrière les Wolves), c’est que la franchise connait une instabilité chronique depuis longtemps. Abandonnée par la famille Maloof qui ne cherchait qu’à s’en débarrasser, elle a été rachetée par Vivek Ranadivé, arrivé avec plein d’idées pour révolutionner la gestion du club… et qui a finalement dû se rendre compte qu’un club NBA n’était pas un simple système informatique.

Le milliardaire indien semble néanmoins avoir appris de ses erreurs. Après s’être sans doute trop impliqué dans les choix sportifs au début (draft de Nik Stauskas, licenciement de Mike Malone pour mettre en place un jeu plus offensif…), Vivek Ranadivé laisse désormais le champ libre à Vlade Divac, chargé de mettre en place sa vision des choses.

Une identité à créer

La légende serbe a fini par tout remettre à plat en envoyant DeMarcus Cousins chez les Pelicans, dans un échange dont la contrepartie a pu décevoir mais qui semblait aujourd’hui nécessaire. Après avoir tenté pendant des années de construire autour du talentueux pivot, la franchise a décidé de repartir sur d’autres bases. Et de se créer une nouvelle identité.

Pour cela, elle a mis la main sur De’Aaron Fox lors de la dernière Draft (même si elle aurait pu choisir plus haut si Vlade Divac n’avait pas accepté un « swap » lors de l’échange de Nik Stauskas). Ambitieux et solide défenseur, l’ancien de Kentucky peut être le moteur de l’équipe pour l’avenir. Surtout qu’il n’arrive pas seul puisque l’année précédente, les Kings avaient réussi à mettre la main sur les droits de Bogdan Bogdanovic dans un échange avec les Suns. Vainqueur de l’Euroligue avec Fenerbahce et récent finaliste du championnat d’Europe, le Serbe peut être un autre élément majeur du futur des Kings.

En complément, Sacramento a également récupéré Justin Jackson, Frank Mason III et le talentueux mais fragile Harry Giles lors de la dernière Draft. Pour compléter cette refonte de l’effectif, Vlade Divac a recruté des vétérans capables de chapeauter tout ce petit groupe. George Hill, Vince Carter et Zach Randolph seront ainsi chargés de former De’Aaron Fox, Bogdan Bogdanovic et autres Buddy Hield, Willie Cauley-Stein, Skal Labissière et Justin Jackson.

Un vrai mélange de jeunes talents et de vieux briscards qui aura pour mission de trouver son identité sous les ordres de Dave Joerger, et surtout de mettre en place le nouveau visage du club. Plus défensif et surtout plus collectif.

LES MOUVEMENTS DE L’ÉTÉ

Arrivées : De’Aaron Fox, Justin Jackson, Harry Giles, Bogdan Bogdanovic, Zach Randolph (Grizzlies), George Hill (Jazz), Vince Carter (Grizzlies)

Départs : Ben McLemore et Tyreke Evans (Grizzlies), Darren Collison (Pacers), Rudy Gay (Spurs), Anthony Tolliver (Pistons)

LE JOUEUR À SUIVRE : De’Aaron Fox

On aura forcément les yeux sur Bogdan Bogdanovic mais c’est sans doute l’intégration et la progression de De’Aaron Fox qui sera la plus importante pour Sacramento. Avec George Hill comme mentor, l’ex-Wildcat ne sera peut-être pas titulaire d’entrée de jeu, mais il aura certainement beaucoup de temps de jeu et un rôle majeur dans cette équipe des Kings.

Dans une NBA qui mise de plus en plus sur le jeu extérieur, son impact sur le jeu sera ainsi déterminant.

LE CINQ DU DÉBUT DE SAISON

LE BANC

Meneurs : De’Aaron Fox, Frank Mason III

Arrières : Garrett Temple, Vince Carter

Ailiers : Justin Jackson, Malachi Richardson

Ailiers forts : Skal Labissière

Pivots : Kosta Koufos, Georgios Papagiannis, Harry Giles

MOYENNE D’ÂGE : 25,9 ans
MASSE SALARIALE : 88,6 millions de dollars (26e sur 30)
SI TOUT VA BIEN

DeMarcus Cousins parti, les Kings retrouvent des vertus collectives, surtout en défense, grâce à un Dave Joerger qui impose enfin sa patte et peut compter sur Zach Randolph, Vince Carter et George Hill pour donner l’exemple. Dans leur sillage, les jeunes suivent avec un De’Aaron Fox qui s’impose comme un leader et un Bogdan Bogdanovic qui fait tout naturellement la transition vers la NBA. L’équipe montre son talent, à l’image d’un Willie Cauley-Stein libéré, et se mêle à la lutte pour les dernières places en playoffs. Dans une conférence Ouest pourtant très dense.

SI TOUT VA MAL

George Hill est toujours aussi fragile et passe son temps à l’infirmerie, alors que Vince Carter n’est plus qu’un assistant bien payé. Quant à Zach Randolph, son arrestation de l’intersaison n’était que les prémisses de nouveaux problèmes hors des terrains. Cercle vicieux bien connu chez les Kings, en l’absence de leaders pour secouer les troupes, la groupe végète à nouveau dans les tréfonds de la conférence Ouest et ne vise rapidement plus que la Draft. Plus gênant, les jeunes n’ont pas progressé et l’identité de jeu voulue par Dave Joerger n’est jamais apparue sur le terrain.

PREVIEWS : les équipes déjà présentées
Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *