News

LeBron et Cleveland, les obsessions des Celtics ? Non, d’après Danny Ainge…

Finaliste de la conférence Est cette année contre Cleveland, Boston a finalement rendu les armes contre les Cavaliers de LeBron James, un duel toujours savoureux depuis l’ère Paul Pierce.

Depuis cet été, l’effectif a pris une nouvelle dimension avec l’arrivée de Gordon Hayward et une profondeur différente avec Marcus Morris, Aron Baynes ou encore les rookies Jayson Tatum, Ante Zizic et Guerschon Yabusele. Par le passé, les Celtics rencontraient des difficultés au moment de trouver des alternatives offensives à Isaiah Thomas. Avec l’ancien joueur du Jazz, Boston peut légitimement assumer de vouloir franchir l’étape supérieure. Une façon de répondre à l’armada des Cavaliers ? Danny Ainge l’assure : la franchise de l’Ohio ne constitue en rien une obsession pour lui.

« Ils n’ont aucune influence sur nous. Aucune », a t-il répondu au Dan Patrick Show. « Nous avons nos propres problèmes et défis à relever. Essayer de réunir des joueurs en mesure de gagner dans cette ligue est quelque chose de très difficile. Évidemment, ce sont nos concurrents dans la mesure où l’on essaye d’obtenir les mêmes joueurs que tout le monde mais en dehors de ça, on ne réagit pas à ce qu’ils font. »

LeBron James dans la tête du président des Celtics ?

Néanmoins, le président des Celtics l’admet : si les Cavaliers n’incarnent pas une rivalité particulière à ses yeux, chaque équipe avec LeBron James dans son effectif représente une difficulté.

« Cleveland est évidemment une grande équipe. » reprend t-il. « Enfin, quand vous avez LeBron James dans une équipe, il faut trouver des joueurs capables de l’affronter. C’est le meilleur joueur de ces cinq ou six dernières années… »

À ce sujet, Danny Ainge a été interrogé sur d’éventuelles analogies entre LeBron James et Larry Bird, dont il fut le coéquipier et qui peut prétendre être l’un des deux ou trois meilleurs ailiers de l’histoire.

« Ils sont différents. LeBron est un croisement entre Michael (Jordan) et Magic, c’est un passeur fantastique comme Magic, il est fort comme Magic l’était mais il est plus athlétique. En revanche, il a cette faculté à marquer » décrit le président des Celtics avant de développer. « Vous savez, LeBron est très, très spécial. Je réponds toujours ça aux joueurs quand ils me demandent qui était le meilleur : Kareem, Magic, LeBron, Bill Russell… Tous ont été considérés comme les meilleurs joueurs de l’histoire mais Larry, ce qu’il avait de spécial est difficile à définir. Il était tellement bon, tellement compétiteur mais aussi tellement bon pour finir. Il jouait avec une telle confiance. Vous savez, on a joué beaucoup de matchs contre LeBron ces dernières années et il est indéfendable mais il y a des matchs où il est en difficulté avec son tir extérieur, où il n’a pas la même confiance avec son tir… Mais au fil des ans, ce tir s’améliore et plus il met dedans, moins on peut le défendre. »

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *