Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
TOR
MIL2:30
News

L’histoire sans fin pour les Pacers

En plus d’avoir mal entamé la rencontre, les Pacers ont affiché les mêmes limites et manques que dans les deux premiers matchs dans le troisième quart-temps. Désormais, seul l’orgueil pourra éviter un sweep face à Boston.

Avant d’évoquer les soucis du troisième quart-temps, si récurrents, les Pacers ont surtout mal commencé la partie. De retour à domicile, on attendait une réaction pleine d’énergie. Sauf qu’Indiana encaisse 41 points en premier quart-temps !

« Je ne sais même pas quoi dire », déclare Bojan Bogdanovic dans l’Indianapolis Star. « Ils ont réussi un excellent premier quart-temps. Ils ont éteint les lumières. On n’a pas commencé le match comme on était censé le faire. Une équipe menée 2-0 qui encaisse 40 points ? Ça devient dur. »

Une défense trop concentrée sur Kyrie Irving

Au-delà de l’efficacité des Celtics, c’est surtout la défense d’Indiana qui a été en difficulté. Pourquoi ? Parce qu’elle a été obnubilée par Kyrie Irving, si bon dans le Game 2.

Agressive pour limiter le meneur de Boston dans ses pénétrations, la défense a laissé des espaces aux autres joueurs.

« On a changé nos rotations et ça nous a plombés », reconnaît Thaddeus Young. « On est revenu à nos anciennes rotations, celles des deux premiers matchs et ça nous a permis de revenir dans le match. Ce sont des choses qui arrivent. On réfléchit trop parfois et ça provoque trop d’ajustements. On en a fait trop en premier quart-temps. »

Une fois revenus dans la rencontre, les Pacers vont être tués par leur principal défaut cette saison : le troisième quart-temps. C’est encore plus frustrant dans ce Game 3 puisqu’ils avaient fait le boulot en défense, en limitant la troupe de Brad Stevens à 21 points et 7/24 au shoot. Mais avec 12 points à 5/23 au shoot, les Pacers ont encore manqué leur retour des vestiaires.

« En troisième quart-temps, on a pris des tirs compliqués. Ça nous a fait mal », constate Tyreke Evans. « Ça a été comme ça toute l’année », regrette Domantas Sabonis. « On était bien, on aurait pu mieux faire tourner la balle, prendre davantage notre temps. On doit prendre des meilleurs shoots, pas des tirs plus rapides. »

Patience et coup dans le ventre

Indiana a confondu vitesse et précipitation. « En troisième quart-temps, on a perdu patience », livre Nate McMillan. « On n’était pas patient, on a commencé à prendre des tirs compliqués. Et défense aussi, on a perdu notre rythme et notre dynamique. »

Le temps des regrets n’est pas encore venu puisqu’il reste encore au moins un match aux Pacers. Ce sera peut-être le dernier, mais, souci en troisième quart-temps, shoots rapides, mauvaise défense ou pas, les Pacers ont déjà trouvé leur moteur pour ce possible ultime match à domicile cette saison. « C’est une question de fierté. Être sweepé, c’est comme prendre un coup dans le ventre », compare Myles Turner.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *