Pariez en ligne avec Unibet
  • NEW1.83PHI1.95Pariez
  • OKL4.65GOL1.18Pariez
  • 150€ offertsLa suite →

Preview 2021/22 | Quelle direction pour les Wolves ?

NBA – C’est toujours le flou autour des Wolves, qui viennent de se séparer de leur GM à quelques jours de l’ouverture du « training camp », et alors que l’équipe a beaucoup de doutes à lever.

Comme chaque année, Basket USA vous propose une présentation de la saison NBA à venir, franchise par franchise, sous la forme d’un compte à rebours, de la 30e place à notre favori pour le titre de champion. Aujourd’hui, place aux Wolves, qui ont du talent mais souffrent d’une instabilité désormais quasiment proverbiale.

Dernière preuve en date : le renvoi de Gersson Rosas, l’homme chargé depuis deux ans de ramener le club vers les sommets, ou au moins vers les playoffs, que Minnesota n’a disputés qu’une seule fois depuis 2004…

Mais en interne, le GM s’attirait beaucoup de critiques, sur ses méthodes mais aussi sur son comportement personnel, notamment à cause d’une liaison extra-conjugale avec une employée du club. Bref, ce n’est vraiment pas l’environnement idéal à l’entame de la saison pour Chris Finch et sa troupe, qui vont devoir trouver une stabilité.

Quel équilibre sur et hors du terrain ?

La question de l’équilibre, à tous les niveaux, sera centrale pour la réussite de la saison de Minnesota. Le licenciement très sec de Gersson Rosas (le club n’a même pas eu un mot pour lui dans son communiqué, alors que c’est une norme, même lors des ruptures agitées) risque ainsi logiquement de perturber le club dans les coulisses, au moins à court terme. Chris Finch, propulsé à la tête de l’équipe en cours de saison dernière, sans la ronde habituelle d’entretiens, sera-t-il maintenu, alors qu’il était clairement le choix du GM ? À suivre…

Sur le terrain, c’est l’association D’Angelo Russell – Anthony Edwards – Karl-Anthony Towns qui doit désormais fonctionner. Pour cela, il faudra que le meneur évite (enfin) les blessures, pour pouvoir trouver des repères et créer des automatismes avec ses camarades. Il faudra également entourer au mieux ce trio, surtout défensivement.

Les trois hommes ne sont pas des « stoppeurs » dans leur moitié de terrain, à des degrés divers, et il faudra donc voir comment Chris Finch tente de trouver un équilibre d’ensemble afin d’être compétitif. Titularisera-t-il Malik Beasley ou préfèrera-t-il accompagner son trio de deux joueurs plutôt défensifs, comme Jarred Vanderbilt et Jaden McDaniels ? C’est peut-être la question du « training camp » des Wolves, au moins sur le plan sportif.

Car la défense de Minnesota a encore été problématique la saison dernière, avec beaucoup d’indicateurs très inquiétants : la 25e défense sur le plan de l’efficacité (114.5 points encaissés sur 100 possessions), des problèmes au rebond (27e équipe sur les rebonds défensifs, avec 71.7% de prises), un nombre important de points encaissés dans la raquette (24e dans le domaine avec 49.8 points encaissés par match sous le cercle) mais aussi des difficultés à tenir les contre-attaques adverses (27e sur ce plan également, avec 14 points encaissés sur jeu rapide de moyenne).

Défense, défense, défense !

Avant son renvoi, Gersson Rosas semblait donc s’être attaché à recruter des joueurs capables d’apporter un peu de liant sur le plan défensif, malgré une marge de manoeuvre limitée sur le plan financier.

C’est sans doute aussi pour ça qu’il semblait aussi intéressé par Ben Simmons. Les Wolves vont-ils toujours suivre cette piste maintenant que c’est Sachin Gupta, qui était visiblement en désaccord avec son patron au sujet de l’All-Star des Sixers, qui est aux commandes ? Ce sera également un sujet à suivre.

En tout cas, même si sa réputation dépasse désormais son influence dans le domaine, on peut compter sur Patrick Beverley pour motiver tout le monde, surtout dans un rôle de remplaçant au temps de jeu limité. Leandro Bolmaro et Taurean Prince sont aussi des joueurs solides de ce côté du terrain, même si leur temps de jeu n’est pas garanti.

Avec une équipe très petite (1m98 de moyenne), les Wolves risquent donc encore de souffrir au niveau des rebonds. Et si Karl-Anthony Towns a affiché de vrais progrès sur le plan défensif, il n’est toujours pas un joueur dominant et réellement intimidateur dans sa moitié de terrain. D’Angelo Russell et Anthony Edwards vont donc devoir passer un vrai cap en défense si les Wolves veulent espérer quelque chose à l’issue de cette campagne.

Sans ça, toute l’énergie des « role players » ne servira pas à grand-chose, et Minnesota ne pourra engranger des victoires qu’en s’appuyant sur sa puissance de feu offensive. Largement insuffisant sur 82 rencontres.

LES MOUVEMENTS DE L’ÉTÉ

Arrivées : Taurean Prince (Cavaliers), Pat Beverley (Clippers), Leandro Bolmaro.
Re-signatures : Jordan McLaughlin, Jarred Vanderbilt.
Départs : Ricky Rubio (Cavaliers), Jarrett Culver et Juancho Hernangomez (Grizzlies).

LE JOUEUR À SUIVRE : D’ANGELO RUSSELL

Si on peut espérer voir Karl-Anthony Towns redevenir All-Star ou Anthony Edwards devenir une menace constante et difficile à contenir pour les adversaires, le succès des Wolves dépend sans doute davantage de D’Angelo Russell.

Le meneur, All-Star en 2019, doit ainsi retrouver son meilleur niveau, celui de Brooklyn, où il s’était souvent montré décisif pour la troupe de Kenny Atkinson. Il doit aussi (et surtout) éviter les blessures, afin qu’il puisse enfin montrer sa complicité avec son pote, Karl-Anthony Towns, sur le terrain, plutôt qu’en dehors.

S’il y parvient, Chris Finch pourra compter sur un axe meneur/pivot de premier plan, qui devrait déjà offrir énormément de solutions sur le plan offensif, et faciliter la vie de tous leurs coéquipiers. Bien sûr, on l’a déjà dit : le succès des Wolves passera également par l’investissement défensif de D’Angelo Russell, qui ne peut pas être un trop gros problème de ce côté du terrain, sous peine de déstabiliser l’ensemble de l’édifice.

Beaucoup de choses dépendent donc plus ou moins directement de la saison de l’ancien des Lakers et des Warriors. Surtout qu’un transfert (contre Ben Simmons ?) sera de plus en plus évoqué s’il déçoit encore…

MOYENNE D’ÂGE : 24.9 ans
MASSE SALARIALE : 135.8 millions de dollars (10e sur 30)

LE SCÉNARIO IDÉAL

Paradoxalement, le licenciement de Gersson Rosas ramène de la sérénité au sein du club. Chris Finch est soutenu par les propriétaires et la direction, et il parvient à trouver un certain équilibre dans son équipe.

L’axe Russell/Towns se trouve les yeux fermés en attaque, et fait les efforts en défense. Anthony Edwards n’a vraiment peur de rien et, autour, les « role players » comblent les trous en défense pour permettre à ce jeune groupe de surprendre pas mal de monde. Cette équipe de Minnesota engrange quelques victoires de prestige, tout en assurant face aux franchises en reconstruction. De quoi rester dans la course aux playoffs pendant très longtemps.

Karl-Anthony Towns fait d’ailleurs si forte impression qu’il retrouve le All-Star Game pendant la pause de février.

La qualification pour la postseason n’est pas forcément directe, mais Minny obtient une chance de disputer les joutes de fin de saison au play-in, au sein d’un groupe qui a les dents de plus en plus longues.

LE PIRE SCÉNARIO

Gersson Rosas parti, Chris Finch perd son principal soutien, et ses jours semblent déjà comptés chez les Wolves. C’est globalement tout le chantier de l’ancien GM qui est remis en cause, avec un axe Russell/Towns sous la menace d’une explosion imminente, et les rumeurs d’échange contre Ben Simmons repartent de plus belle.

Dans ces conditions, c’est compliqué pour l’entraîneur en chef de mettre en place quelque chose de cohérent. L’équipe souffre toujours autant en défense et au rebond, et les défenses s’enchaînent assez rapidement.

Bien sûr, quelques exploits individuels d’Anthony Edwards, D’Angelo Russell et Karl-Anthony Towns garantissent quelques victoires, dont certaines face à des grosses écuries, mais c’est très fluctuant et ça manque d’un vrai projet collectif. Toujours aussi instables, les Wolves ratent encore les playoffs et commencent à désespérer…

CONFÉRENCE EST
15 – Magic 14 – Pistons 13 – Cavaliers 12 – Raptors 11 – …
10 – … 9 – … 8 – … 7 – … 6 – …
5 – … 4 – … 3 – … 2 – … 1 – …
CONFÉRENCE OUEST
15 – Thunder 14 – Rockets 13 – Kings 12 – Spurs 11 – Wolves
10 – … 9 – … 8 – … 7 – … 6 – …
5 – … 4 – … 3 – … 2 – … 1 – …

A lire aussi