Pariez en ligne avec Unibet
  • MEM2.2MIL1.65Pariez
  • PHO1.4DAL2.9Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Tom Thibodeau est-il le bon choix pour les Knicks ?

La franchise de New York a décidé de miser sur l’ancien coach des Bulls et des Wolves. Une réunion qui était attendue depuis plusieurs mois. Mais Tom Thibodeau est-il vraiment le candidat idéal pour relancer les Knicks, en perdition depuis plusieurs saisons ?

Il était le favori et aucun des dix autres concurrents n’a réussi à faire changer d’avis les Knicks. Tom Thibodeau finalise actuellement un contrat de cinq ans avec la franchise de New York pour s’installer sur leur banc.

L’ancien coach de l’année, avec les Bulls en 2011, doit se relancer après une aventure contrastée à Minnesota et le défi new-yorkais est un des plus compliqués et excitants. Depuis 2014 et l’arrivée de Phil Jackson en fanfare (qui repartira trois ans après), pas moins de trois coaches ont tenté leur chance : Derek Fisher, Jeff Hornacek et David Fizdale, Mike Miller ayant seulement assuré l’intérim après le licenciement du dernier cité.

Aucun n’a réussi à sortir New York des bas-fonds de la conférence Est. C’est la mission principale de Tom Thibodeau. Aura-t-il les épaules assez larges, entre solides atouts d’un côté et défauts certains de l’autre ?

Une carrure et des références

En signant Tom Thibodeau, les Knicks font coup double. Ils engagent un coach avec des références, ce qui n’est jamais anodin quand on est une faible en reconstruction. Et ils rompent ainsi avec les dernières expériences ratées, avec des coaches moins expérimentés. Quand il débarque à New York, Derek Fisher n’a jamais entraîné. Jeff Hornacek n’a lui que deux saisons et demi à Phoenix dans les jambes. David Fizdale avait certes mené les Grizzlies en playoffs, mais ses 101 rencontres de saison régulière à l’époque sont bien maigres face au CV de Tom Thibodeau.

L’ancien des Bulls et des Wolves, c’est 598 matches de saison régulière, 56 de playoffs et un trophée de coach de l’année en 2011. Sans oublier les vingt années qu’il a passées en tant qu’assistant auparavant, dont sept à New York entre 1996 et 2003 et un passage remarqué à Boston où il a remporté le titre avec Doc Rivers en 2008 après avoir mis en place la très forte défense des Celtics.

Surtout, avec 59 % de victoires, Tom Thibodeau a toujours su rendre ses équipes compétitives. Dès son arrivée à Chicago, les Bulls ont affiché deux saisons de suite le meilleur bilan de la conférence Est. Puis à Minnesota, après une année à 31 victoires, il a porté les Wolves, grâce au transfert de Jimmy Butler, à 47 succès et une première qualification pour les playoffs en 14 ans pour la franchise de Minneapolis.

Un habitué de la maison et un personnage solide

Le coach de 62 ans est un bosseur. Il a déjà commencé, avant même sa nomination officielle, à étudier le jeu des Knicks. Les joueurs de New York sont prévenus : avec lui, ils vont travailler dur au quotidien et cette rigueur peut rapidement porter ses fruits. Les niveaux d’intensité, de concentration et d’exigence vont monter et ça ne peut que faire du bien à une équipe jeune, habituée à perdre depuis trop longtemps.

Pour changer une dynamique collective, il faut déjà changer de discours et de culture. Avec Tom Thibodeau, ce sera le travail et l’effort. C’est pour ça que les Knicks ont été le chercher. Et c’est un troisième avantage, après son bilan et son style : il est lié à la nouvelle direction et connaît bien la franchise.

On l’a dit, Tom Thibodeau a déjà travaillé avec les Knicks. Certes, il n’était pas dans la lumière, car assistant de Jeff Van Gundy, mais il reste familier du contexte de cette ville si spéciale, où les médias sont durs et la pression énorme. Avec sa carrière derrière lui et son caractère, il semble assez solide pour affronter les tempêtes. Et si la situation devient vraiment intenable, il aura en théorie le soutien de sa direction puisqu’il est proche de Leon Rose.

Le nouveau président des Knicks est un ancien de CAA (Creative Artists Agency), et c’est l’agence qui représente Tom Thibodeau depuis des années. Les deux hommes se côtoient depuis longtemps et un lien de confiance existe. On ne le répétera jamais assez : avoir un profil solide et le soutien d’une direction sont fondamentaux à New York.

Une méthode trop autoritaire et peut-être obsolète

Sauf que si Tom Thibodeau rebondit aujourd’hui à New York, ce n’est pas uniquement par amour de la « Big Apple », c’est aussi que sa dernière expérience, à Minnesota, s’est terminée par un licenciement en cours de saison.

Son projet des « TimberBulls », avec beaucoup d’anciens joueurs de Chicago, n’avait pas permis d’effacer le départ précipité de Jimmy Butler, visiblement peu en phase avec les jeunes comme Karl-Anthony Towns et Andrew Wiggins. D’ailleurs, ces derniers ne progressaient pas aussi vite que prévu sous les ordres de leur coach.

La faute à Tom Thibodeau ? En partie. « KAT » l’affirmait sous forme de tacle glissé : les méthodes à l’ancienne et à la dure du coach n’étaient pas adaptées pour des jeunes joueurs. Homme des années 1990, « Thib » n’hésite pas à entrer dans ses joueurs, à les critiquer, à crier et surtout à user physiquement et psychologiquement ses meilleurs éléments. Les Wolves s’en plaignaient et voulaient que le coach s’appuie plus sur les remplaçants.

Dans une NBA plus moderne, où les statistiques avancées dominent, le « load management » est devenu essentiel. Tom Thibodeau le reconnaissait lui-même en mars dernier, estimant qu’avec autant de données disponibles, il « fallait les utiliser ». Preuve que ce n’était pas nécessairement naturel pour lui avant. Il a également profité de ses longs mois loin des parquets pour observer ses confrères et comprendre leurs méthodes.

Un obsessionnel, bon ou mauvais choix avec des jeunes ?

Et comme si cela ne suffisait pas, Tom Thibodeau est également un personnage obsessionnel, obnubilé par le contrôle. Dans le bon sens, cela offre une rigueur et un sens du détail précieux. Tom Thibodeau reste excellent sur le plan tactique, l’un des meilleurs de la NBA. Dans le mauvais sens, ce sont des joueurs qui lâchent devant un discours trop rigide, étouffant. Surtout s’ils sont inexpérimentés et peu adeptes d’une éducation aussi stricte.

Les Knicks ont un effectif jeune, qui a encore besoin de grandir. Voilà pourquoi le profil de Kenny Atkinson était un des plus séduisants, puisque le coach avait réussi cette progression régulière avec les Nets, les faisant passer du statut de cancre à celui d’un collectif équilibré et très agréable à voir jouer.

Comme à Minnesota, cette main de fer pourrait être positive au début, pour mettre en place des bases. Mais ensuite, et c’est là que Tom Thibodeau n’avait pas réussi, il faut devenir plus souple, plus psychologue. Le renfort de Jimmy Butler, en plus de faire progresser les Wolves, avait fonctionné car les deux hommes se connaissaient et partageaient cette vision. Mais aux Knicks, Tom Thibodeau ne pourra pas compter (pour l’instant) sur un joueur de ce calibre pour porter les jeunes dans les moments chauds et assurer sur le terrain la continuité de son discours.

Objectif 2021

En s’engageant sur un contrat de cinq ans, le tacticien a logiquement le temps de travailler. Mais plus qu’ailleurs encore, la patience n’existe pas à New York. On sait que les dirigeants ont les finances pour recruter à l’automne et surtout frapper un grand coup en 2021, comme c’était prévu en 2019.

Sauf que s’ils ont manqué Kyrie Irving et Kevin Durant l’été dernier, qui ont préféré rejoindre le voisin de Brooklyn, c’est parce que les Nets avaient un visage, un état d’esprit et un jeu plus séduisants. New York et les Knicks, rien qu’avec leur nom, ne font plus rêver.

Tom Thibodeau a donc un an pour remettre de l’ordre dans la maison New York. La rendre au moins attrayante pour convaincre ensuite un Giannis Antetokounmpo, LeBron James, Kawhi Leonard, Paul George ou un Victor Oladipo d’y poser ses valises et enfin remettre la franchise mythique dans le sens du sommet.


A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

New York Knicks en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés