Pariez en ligne avec Unibet
  • BOS1.7WAS2.08Pariez
  • LOS1.49SAC2.58Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Test de chaussures | Giannis Antetokounmpo fait-il le back-to-back avec la Zoom Freak 2 ?

Après une entrée en matière réussie sur sa première chaussure signature, Giannis Antetokounmpo a-t-il confirmé sur la deuxième ?


Un amorti double à l’arrière remplacé par un simple à l’avant, un trou pour être en contact direct avec cette poche Zoom, une semelle séparée en deux : Nike s’est rendu compte que l’hyper actif Giannis Antetokounmpo jouait sur la pointe des pieds, et la firme s’est adaptée sur la Zoom Freak 2, que notre partenaire Basket4Ballers nous permet de tester. Les promesses sont-elles tenues ? Est-elle meilleure que la Zoom Freak 1 ?

CONFORT GÉNÉRAL

On reprend la formule utilisée pour juger le confort de la Zoom Freak 1 « simple et efficace. » C’est déjà pas mal sur le marché des chaussures de basket, où la prise en pied est souvent décevante. Par contre, quand Giannis Antetokounmpo nous disait il y a quelques jours que c’était la chaussure « la plus confortable qu’il ait jamais mise », il exagérait un peu.

La mousse à l’intérieur de l’empeigne fait un peu cheap, mais fait aussi le travail, de la même façon que les lacets ne paient pas de mine, mais fonctionnent très bien. Première enfilade facile, première impression de rigidité. Le contact direct avec la poche Zoom à l’avant ? Pas flagrant. On note qu’elle taille normalement.

Note : 7,5/10

AMORTI

« Pour la Freak 2, on a déplacé notre attention sur ses mouvements, car Giannis peut maitriser chaque endroit du terrain » explique Ross Klein de chez Nike, qui a remplacé le double Zoom à l’arrière par à une unité simple à l’avant, avec un trou dans la semelle intérieure pour plus de court feel : « tu touches le Zoom, qui touche le sol » résume le « Greek Freak ».

Le contact avec la poche d’air étant minime – surtout après avoir testé l’effet matealassé de la KD13 et la PG4. La mousse utilisée pour la semelle, que l’on avait appréciée sur le premier modèle, permet malgré tout de compenser l’absence de poche d’air à l’arrière et d’absorber plutôt bien les chocs sur les atterrissages violents.

Note : 8/10

TRACTION

Contrairement à ce que Nike a l’habitude de faire ces derniers temps, il n’y a pas de petits motifs circulaires sur la semelle, mais un gros en mode empreinte digitale sur l’avant du pied, et un autre en mode graffiti à l’arrière.

La mission est d’améliorer les appuis dans toutes les directions et c’est la pointe des pieds qui est privilégiée, tant pis pour les joueurs qui utilisent aussi leurs talons. Il faut faire un peu chauffer la gomme avant d’en ressentir les bénéfices bien plus palpables en extérieur qu’en intérieur si le terrain est poussiéreux. Point positif : la poussière s’évacue vraiment très facilement.

Note : 8/10

MAINTIEN ET STABILITÉ

Une chaussure rigide a au moins l’avantage, en règle générale, d’offrir un bon maintien. C’est le cas avec ce modèle grâce à son système de laçage, les matériaux utilisés ou encore les petits renforts latéraux en TPU. La chaussure ne monte pas très haut sur la cheville mais ce n’est pas nécessaire (sauf pour ceux qui ont besoin d’être rassurés) : pas de souci de ce côté, la contrat est très bien rempli.

Note : 9/10

FINITION ET DURÉE DE VIE

Le point sur lequel Giannis avait insisté quant à l’élaboration de la chaussure, lors de la présentation du modèle : « il fallait qu’elle raconte une histoire ». C’est assez évident quand on liste les détails : comme sur la ZF1, les prénoms de ses parents et de ses frères sont présents, ainsi que les différents logos qui lui sont associés, sans compter les coloris sur lesquels ils jouent pour rappeler son parcours entre le Nigeria, la Grèce et les États-Unis.

Celui du premier modèle, « Naija », vert, n’est malheureusement pas vraiment réussi et ne rend pas justice à un design bien plus intéressant dans des couleurs plus sobres. Mention spéciale au logo « Freak » sur la languette. On peut imaginer une belle durée de vie à cette chaussure vu les matériaux utilisés.

Note : 8/10

VERDICT

Si on voit cette chaussure comme celle de Giannis Antetokounmpo uniquement, le pari de Nike est plutôt réussi. Le court feel et le confort n’est pas génial, mais la combinaison avec la traction et le maintien est plutôt équilibrée.

Si on voit cette chaussure pour le grand public, on constate qu’elle lui est davantage destinée que la première et elle fera encore des heureux à 120 euros, le même prix que la ZF1.

Finalement, tout est une histoire de promesses : la ZF1 nous avait agréablement surpris pour une entrée en matière, tandis que la ZF2 aurait tendance à nous décevoir vu ce qu’on en attendait. Malgré tout, elle reste une basket très fiable : « back-to-back » validé pour le MVP.

Note : 16,2/20

Poids de la chaussure (pointure 43) : 375 grammes

Prix : 119,90 euros chez Basket4Ballers.

Barème de notation

– moins de 10/20 : déconseillée
– entre 10 et 15 : des défauts qui pourront en stopper certains mais des qualités qui en charmeront d’autres
– au-dessus de 15 : paire approuvée et recommandée !

Le classement (provisoire) 2019-20 des tests Basket USA

Nike KD13 – 17,8/20
Air Jordan XXXIV – 17,2/20
Nike Zoom Freak 1 – 16,8/20
Nike PG4 – 16,6/20
Jordan Why Not? Zer0.3 – 16,4/20
– Zoom Freak 2 – 16,2/20
Under Armour Curry 7 – 13,4/20
adidas Dame 6 – 12,4/20


Procurez-vous maintenant sur Basket4Ballers.com la Nike Zoom Freak 2 « Naija » et célébrez l’héritage culturel de Giannis Antetokoumpo avec sa dernière signature shoe designée spécialement pour son style de jeu et son célèbre Euro-Step.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés