NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
DET
MIL1:00
ATL
MIA1:30
CHI
CHA2:00
PHI
BRO2:00
SAC
MEM4:00
GSW
HOU4:30
Pariez en ligne avec Unibet
  • DET8.35MIL1.07Pariez
  • ATL3MIA1.4Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Le bilan des Français à la mi-saison : Rudy Gobert et Evan Fournier plus près des étoiles

La barre des 41 matches franchie, c’est le moment de faire le bilan mi-saison de nos joueurs français. Comme l’an passé, Rudy Gobert et Evan Fournier sont les fers de lance d’un clan tricolore par ailleurs plutôt discret.

S’il faudrait toujours un peu plus, de passes et de rebonds pour l’un et de points pour l’autre, Evan Fournier et Rudy Gobert sont, année après année, parvenus à progresser pour atteindre un niveau quasi d’excellence en NBA.

Si l’un et l’autre ne sont pas certains de pouvoir être invités au All-Star Weekend, leur production est de niveau All-Star, encore plus pour Gobert qui a largement participé au net regain du Jazz avec une série de 10 victoires de rang.

La colonie tricolore de NBA est par ailleurs plus discrète, avec des situations beaucoup moins nettes et des temps de jeu plus limités, voire carrément faméliques. À la mi-saison, Basket USA vous propose son bilan complet des douze acteurs français dans le paysage NBA & G-League.

LES PATRONS

Evan Fournier (19 points, 3 rebonds, 3 passes en 31 minutes)

Après avoir commencé le mois de décembre en furie avec deux sorties consécutives à plus de 30 points (après une autre fin novembre), Evan Fournier est en légère baisse depuis le début de la nouvelle année, à 17 points dont 34% à 3-points. L’arrière tricolore du Magic a par exemple beaucoup arrosé face à Phoenix, à 28 points mais 9/21 aux tirs dont 3/11 derrière l’arc.

Moins utilisé à la création que l’an passé (3.6 passes, record en carrière), Evan Fournier dépend donc beaucoup plus de son rendement offensif. Parmi les premières options offensives, si ce n’est la première, il a beaucoup de ticket shoots (14 à 2-points et 6 à 3-points, deux records en carrière). Mais si ça coince un peu en janvier, rien ne dit que le Francilien ne reviendra pas encore plus fort après le repos du All-Star Break.

À 19 points, 3 rebonds et 3 passes de moyenne, Evan Fournier est d’ailleurs un candidat légitime pour la fête de Chicago car meilleur scoreur de son club d’Orlando, qui semble assez performant pour l’y envoyer, avec une 7e place dans la conférence Est. Il faudrait un ou deux gros cartons dans les DEUX semaines à venir pour arrondir le dossier…

Rudy Gobert (15 points, 14 rebonds, 2 contres, 2 passes en 34 minutes)

Dans l’autre conférence, Rudy Gobert fait également partie des candidats au All-Star Game. Le pivot français du Jazz score certes un peu moins que l’an passé (de 15.9 à 14.6) mais il n’a jamais autant dominé sous le cercle avec 14 rebonds, un peu moins de 2 contres et 2 passes. Au coeur du dispositif défensif de son équipe, il réalise une 4e saison de suite en double-double, et au large ! Surtout, avec le Jazz qui figure dans le Top 4 de la conférence Ouest au contact avec les gros bras que sont les Lakers, les Nuggets et les Clippers, Rudy Gobert a également une belle carte à jouer pour la fête des étoiles, lui qui a déjà été deux fois All-NBA par ailleurs et deux fois meilleur défenseur de la NBA.

Sur une série de 13 victoires pour une seule défaite, le Jazz de Rudy Gobert est l’équipe la plus en forme du moment, avec le Français qui s’invite sur la 2e marche du podium des meilleurs rebondeurs, derrière Andre Drummond (16) et au coude à coude avec Clint Capela, aussi à 14.4 prises par match. Ayant déjà mangé son pain noir ces deux dernières saisons, on mise sur Rudy Gobert All-Star à Chicago.

LES ROTATIONS

Ian Mahinmi (8 points, 6 rebonds, 1 passe, 1 contre en 22 minutes)

Tous les quatre ans, à l’approche de la fin de son contrat, Ian Mahinmi parvient à hausser son niveau de jeu. Après avoir fait le coup à Indiana en 2015-16 avec une campagne record à 9 points, 7 rebonds, c’est encore le cas cette saison. L’intérieur français des Wizards a même réussi son record en carrière à 25 points à la fin décembre.

À 33 ans, il a encore de beaux restes. Son duel face à Rudy Gobert récemment, 15 points pour lui (plus 6 rebonds et 7 passes) contre 21 points, 14 rebonds pour Rudy, a été un des moments forts de la saison des Frenchies.

Sekou Doumbouya (8 points, 3 rebonds en 18 minutes)

C’est la sensation de cette nouvelle année 2020 en NBA ! Cantonné quasi exclusivement à la G-League depuis le début de la saison, où il tournait à 16 points, 5 rebonds, Sekou Doumbouya a profité de l’hécatombe à Detroit non seulement pour se faire une place au chaud dans le cinq majeur des Pistons mais encore plus pour briller et devenir un nom répété  – et parfois massacré – sur tous les shows américains.

Le plus jeune joueur de la Ligue tourne à 13 points et 5 rebonds sur le mois de janvier, avec un double-double pour sa première titularisation (10 points, 11 rebonds) contre les Clippers, puis un second (16 points, 10 rebonds) contre les Warriors – avec la victoire. Mieux encore, il a réussi un match à 24 points pour battre les Celtics à Boston, un troisième record perso sur le mois.

Opportuniste et intelligent sur ses coupes et ses mouvements vers le cercle, Sekou Doumbouya a surgi sur la scène avec son gros dunk sur Tristan Thompson. Mais c’est dans son agressivité et son sérieux qu’il a convaincu Dwane Casey et son staff de lui faire confiance aussi jeune.

Frank Ntilikina (6 points, 3 passes, 2 rebonds, 1 interception en 22 minutes)

Après sa Coupe du Monde positive, Frank Ntilikina était attendu du côté de New York. Ses stats sont en hausse, légèrement certes, mais le meneur tricolore continue sa progression. Avec 7 matchs à 10 points et plus sur 38 matchs (dont 24 titularisations), il reste cependant beaucoup trop irrégulier offensivement. Il prend plus d’initiatives vers le cercle, et a développé une belle alchimie avec Mitchell Robinson au alley-oop mais il est encore trop maladroit aux tirs.

Pour sa défense, son tir à 3-points progresse et plus encore, son rôle premier reste celui de défenseur sur les scoreurs adverses. Dans sa troisième saison, Frank Ntilikina commence donc peu à peu à rentrer dans le moule du meneur organisateur et défenseur, à la Nate McMillan période Sonics en quelque sorte. À 21 ans, il n’est certes pas un produit fini, et sa marge de progression est encore importante. Avec 8 points, 5 passes, 3 rebonds sur le mois de janvier, il y a du mieux par exemple, mais cela intervient durant une série de 6 défaites de rang pour des Knicks moribonds.

Dans des rumeurs d’échange avec Detroit (pour retrouver Sekou Doumbouya ?), Frank Ntilikina pourrait clairement bénéficier d’une nouvelle situation, plus stable et ambitieuse qu’à New York. En attendant, une fin de saison plus convaincante ne ferait pas de mal…

Timothé Luwawu-Cabarrot (5 points, 2 rebonds, 1 passe en 17 minutes)

On l’avait pressenti et c’est la bonne surprise de la saison. Parti pour faire beaucoup de G-League avec un contrat « two-way » chez les Nets, Timothé Luwawu-Cabarrot s’est finalement fait une place dans l’effectif de Kenny Atkinson. Tant et si bien que les Nets l’ont signé pour un contrat de 10 jours pour qu’il reste avec l’équipe NBA.

À 5 points, 2 rebonds, 1 passe en 17 minutes, Timothé Luwawu-Cabarrot a su saisir l’occasion mais son statut reste encore précaire. Il va falloir enchaîner deux autres contrats de 10 jours avant de pouvoir postuler à un contrat pour la saison. TLC est bien parti pour réussir ce pari qui était loin d’être gagné d’avance.

Mais avec de belles prestations en G-League où il a pris son rôle au sérieux (19 points, 6 rebonds, 3 passes), Timothé Luwawu-Cabarrot semble avoir trouvé la bonne approche en NBA.

Elie Okobo (5 points, 2 passes, 1 rebond en 12 minutes)

Plus que sa production en baisse, c’est surtout son temps de jeu en baisse qui est un peu inquiétant. Cela dit, Elie Okobo parvient à grignoter du temps de jeu au fur et à mesure de la saison, devenant le deuxième meneur officiel et même titulaire deux fois cette saison, quand Ricky Rubio s’est fait porter pâle.

Surtout, avec 6 minutes de moins en moyenne, Elie Okobo parvient à rester quasiment aussi productif car beaucoup plus efficace avec des pourcentages de réussite en hausse à 2-points (de 39 à 41%) et à 3-points (de 29 à 37%). Le meneur des Suns perd aussi moins de ballons cette année, mais il a aussi perdu aux lancers.

Avec un temps de jeu limité, il fait tourner la boutique plus qu’il ne tente vraiment sa chance individuellement. Par deux fois cette saison, il a réussi à enchaîner deux matchs ou plus à 10 points et plus au scoring, mais ça reste trop épars.

Nicolas Batum (3 points, 4 rebonds, 3 passes en 22 minutes)

C’est la dégringolade pour Batman ! Arrivé à Charlotte à l’été 2015, Nicolas Batum avait enchaîné deux saisons de fort belle facture à 15 points, 6 rebonds et 6 passes de moyenne pour les Hornets. On le pensait alors capable d’aller chercher une étoile aux côtés de Kemba Walker. Mais depuis trois saisons, l’ailier français voit son rôle et sa production diminuer, et de manière assez drastique cette saison. De 12 points, 5 rebonds et 5 passes il y a deux ans, Batum est passé à 3 points, 4 rebonds et 3 passes cette saison.

Pire, plombé par des pépins physiques, le vétéran a enchaîné les DNP – CD ces dernières semaines dans la rotation des Hornets qui luttent pour les playoffs (9e actuellement) mais qui partent de loin. Dans sa pire campagne offensive en carrière, Batum est désormais considéré essentiellement comme une monnaie d’échange potentielle. Dans la dernière année garantie – option du joueur pour la saison prochaine – de son gros contrat signé à l’été 2016, Batum ne semble pas être le joueur le plus convoité sur le circuit.

À 31 ans seulement, Nicolas Batum a encore quelques belles années devant lui mais ses séjours prolongés à l’infirmerie ces dernières saisons ont de quoi refroidir les acheteurs. À moins que son rôle de dirigeant avec l’Asvel ne l’appelle déjà vers d’autres horizons.

Jaylen Hoard (3 points, 2 rebonds en 7 minutes)

Comme TLC et d’autres, Jaylen Hoard vit pour le moment son rêve NBA par intérim. Le rookie des Blazers tend cependant à passer plus de temps avec l’équipe fanion que les Texas Legends ces jours-ci. À l’instar de Sekou Doumbouya à Detroit, Jaylen Hoard a rejoint les Blazers qui comptent les blessés par paquets cette année.

Convaincant en G-League avec 19 points, 5 rebonds et 2 passes de moyenne en 9 matchs, il n’a finalement pas beaucoup eu de temps dans l’antichambre. Rappelé pour jouer ailier, ailier fort et même pivot, l’ancien de Wake Forest rentre essentiellement dans les fins de matchs, mais il a aussi eu droit à quelques minutes en premier quart récemment…

Jaylen Hoard en a profité pour établir des records à 8 aux points, 5 aux rebonds et 20 aux minutes. Ce n’est que le début mais ça semble prometteur. Pourquoi pas un vrai contrat NBA sous peu ?

Vincent Poirier (1 point, 1 rebond en 5 minutes)

Après Guerschon Yabusele qui a dû s’exiler en Chine, un autre Français se morfond sur le banc des Celtics cette saison. Arrivé de Vitoria à l’intersaison, Vincent Poirier pouvait prétendre à un rôle intéressant et le joueur se montrait ambitieux cet été.

Mais l’arrivée d’Enes Kanter a par la suite bloqué son horizon. Sa blessure à la main droite en décembre a également compliqué les choses. Apparu lors de 11 matchs seulement, avec 9 minutes (2 fois) comme record, Vincent Poirier est pour le coup mis au régime sec dans le Massachussetts. À 4 points, 5 rebonds ou 3 points, 4 rebonds, 3 passes pour ses deux plus longues interventions, le pivot tricolore fait pourtant le travail.

Le joueur s’est donné deux ans pour s’imposer en NBA, la première est mal engagée… Derrière Daniel Theis, Enes Kanter, et avant ça Robert Williams, Vincent Poirier mange son pain noir.

DANS L’ANTICHAMBRE

Adam Mokoka (9 points, 6 rebonds, 3 passes en 29 minutes)

À part pour deux très courtes apparitions en NBA durant les Fêtes, Adam Mokoka est pour le coup plutôt limité à la G-League depuis son arrivée aux Etats-Unis. Et, avec 9 points, 6 rebonds, 3 passes en 29 minutes (22 matchs), l’ancien arrière du BCM n’a pas encore complètement convaincu.

Puissant balle en main, il est encore un poil brut de décoffrage avec 37% aux tirs et 33% à 3-points. Mais il peut aussi faire tomber la pluie, comme sur ce tir improbable sur la cloche. Il va falloir encore un peu de temps pour que le jeune français de 21 ans arrive à percer. Pourtant, Dieu sait qu’il y a de la place à prendre à Chicago…

William Howard (13 points, 5 rebonds, 3 passes en 32 minutes)

Signé par le Jazz en juillet, William Howard a ensuite été limogé, pour être placé en couveuse en G-League, chez le Salt Lake City Stars. À l’aise à ce niveau, avec notamment un record à 27 points, l’ancien de Limoges a été recruté par les Rockets en « two-way » en décembre.

Avec 13 points, 5 rebonds, 3 passes en 32 minutes (24 matchs) de moyenne dans l’antichambre de la NBA, William Howard attend encore sa chance dans le grand bain. Ni avec le Jazz ni avec Houston, il n’a pu encore jouer de minutes officielles. On l’espère pour lui qui est parti à l’aventure après une belle ligue d’été.

Pourcentage Rebonds
# Joueur Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
1 Evan Fournier ORL 54 31.7 46.2 40.8 82.8 0.2 2.4 2.7 3.2 2.5 1.1 2.0 0.2 18.7
2 Rudy Gobert UTA 52 34.6 68.9 0.0 61.3 3.7 10.9 14.6 1.5 3.1 0.7 2.0 1.9 15.6
3 Ian Mahinmi WAS 33 22.0 50.3 20.8 63.4 2.2 3.9 6.1 1.3 3.0 0.7 1.3 1.3 7.9
4 Sekou Doumbouya DET 29 19.7 39.5 30.7 71.1 0.6 2.8 3.3 0.4 2.1 0.6 1.1 0.2 6.8
5 Frank Ntilikina NYK 49 20.6 38.2 30.4 86.4 0.4 1.8 2.2 3.0 2.5 0.9 1.3 0.3 5.8
6 Timothe Luwawu-Cabarrot BRK 28 15.1 41.1 39.3 78.9 0.4 1.7 2.1 0.5 1.7 0.5 0.8 0.1 5.2
7 Elie Okobo PHX 45 13.5 40.1 35.9 67.2 0.3 1.3 1.6 2.2 1.0 0.5 0.6 0.1 4.2
8 Nicolas Batum CHA 22 23.0 34.6 28.6 90.0 1.1 3.4 4.5 3.0 1.9 0.8 1.0 0.4 3.6
9 Jaylen Hoard POR 13 7.9 46.9 0.0 61.5 1.1 1.4 2.5 0.3 0.9 0.4 0.3 0.0 2.9
10 Vincent Poirier BOS 18 6.0 46.7 50.0 85.7 0.5 1.3 1.8 0.4 1.2 0.1 0.3 0.3 1.9

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés