Présaison
NBA
Présaison
NBA
BOS63
CLE28
LAC35
MEL41
SAS17
NOR8
WAS
MIL0:00
TOR
CHI0:00
ORL
PHI0:00
MIN
MAC2:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Le petit bijou de match de Tomas Satoransky

Si la République Tchèque est bel et bien la surprise de cette Coupe du monde 2019, la raison principale de son succès n’en est pas une du tout. Le nouveau meneur des Bulls, Tomas Satoransky, représente encore fièrement son pays sur la scène internationale.

Avec 20 points à 7/10 aux tirs dont 3/4 à trois points, 9 passes, 7 rebonds, plus 3 interceptions et 2 contres, Tomas Satoransky a été tout bonnement exceptionnel face au Brésil. Après avoir battu la Turquie, la République tchèque n’en finit plus de surprendre avec cette victoire dans les grandes largeurs (93-71).

Sato aurait même pu aller titiller le triple double, qui aurait été le premier de l’histoire de la Coupe du monde, mais son coach a préféré le laisser sereinement sur le banc. Le débat était remis sur le tapis en conférence de presse…

« Merci pour la question ? Pourquoi coach ? », a souri Tomas Satoransky, avant que son coach, Ronen Ginzburg ne réplique : « Vous savez, ce qui nous importe, c’est la victoire, pas les stats et les chiffres. On n’est pas en NBA. »

Derrière leur leader, les Tchèques ont été plus intenses dès le début de la rencontre, imposant leur rythme. Avec ses 35 d’évaluation, Tomas Satoransky égale le shooteur d’élite néo-zélandais, Corey Webster, pour la troisième meilleure efficacité sur un match de la compétition (Salah Mejri a la meilleure avec 38).

« C’est une nouvelle grande victoire pour nous », a savouré Tomas Satoransky. « On savait que ça n’allait pas être un match facile, tout comme les autres matchs qu’on a disputés ici. Le Brésil est une équipe qui joue intelligemment et a beaucoup d’expérience, c’était difficile de se préparer contre eux. Mais on savait que si on restait dans notre identité, qui est de jouer vite, courir, partager la balle et se battre en défense, on allait avoir des options. C’est ce qu’on a réussi à faire dès le début du match. »

Leader humble pour groupe humble

Désormais en ballotage favorable pour rallier les quarts de finale, la République tchèque veut donc viser plus haut. Malgré l’absence notable de son compère de alley-oop Jan Vesely, blessé au genou, Tomas Satoransky et ses coéquipiers arrivent à trouver des solutions de repli, avec le pivot de Bilbao Ondrej Balvin (11 points, 9 rebonds) ou l’ailier de Nymburk, Jaromir Bohacik (15 points, 5 rebonds).

Mais tout part du meneur. Avec 16 points, 7 passes et plus des 5 rebonds par match, c’est bien l’ancien pensionnaire du Barça qui tient la baraque. Il fait même dire outre-Atlantique (dans le Chicago Sun Times en l’occurrence) que les Bulls auraient peut-être bien réussi l’un des bons coups de l’intersaison en s’accaparant l’ancien remplaçant des Wizards pour un prix raisonnable (30 millions sur 3 ans).

Déjà très en vue avec sa nation à l’EuroBasket 2015, Tomas Satoransky a par contre mal vécu la mésaventure de l’Euro 2017, avec la République tchèque sortie dès le premier tour (une seule victoire en cinq matchs). Cette Coupe du monde chinoise a un goût de revanche.

« Je suis content pour les gars de l’équipe car c’est le groupe de joueur le plus humble que j’ai connu dans ma carrière. On sait tous qu’on revient d’un très mauvais résultat il y a deux ans. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés