NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
DET73
MIN84
BOS54
DAL54
SAS54
MEM57
NOR29
HOU40
LAC
TOR4:30
GSW
UTH4:30
Pariez en ligne avec Unibet
  • GOL3.75UTA1.28Pariez
  • LA 1.19TOR4.8Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Paul Millsap s’éclate en tant que leader discret

À 34 ans, le vétéran des Nuggets vit cette campagne de playoffs à fond, dans l’ombre du tandem Murray-Jokic qui incarne la relève mais avec un vrai rôle, sur et hors du terrain.

Jusque-là, Paul Millsap a rempli son rôle dans cette postseason riche en émotions du côté de Denver. Présent lorsque le moment s’en faisait ressentir, comme dans les Game 4 et 5 de la série face aux Blazers ou dans le Game 2 de l’opposition précédente contre San Antonio, il a également su se faire plus discret et ne pas tirer la couverture à lui. Avant ce dernier match perdu à Portland, il n’avait pas encore été crédité d’un mauvais match.

Le fruit de longues années d’expérience durant lesquelles il a appris à coexister, entouré d’autres joueurs capables de faire basculer un match. De l’époque d’Utah, avec Deron Williams, Andreï Kirilenko et Carlos Boozer pour l’épauler à celle d’Atlanta avec Jeff Teague, Lou Williams et Al Horford à ses côtés.

Leader sans le ballon en main

Aujourd’hui, lorsque Jamal Murray, celui qu’il surnomme son « petit frère » prend feu comme lors du Game 4, où le meneur des Nuggets a redonné l’avantage du terrain à son équipe en collant 34 points, l’intérieur sait rester à sa place et profiter de l’instant. « Il faut savoir laisser un gars prendre soin de nos affaires, le laisser dans la zone. Il ne faut surtout pas aller vers lui pour lui dire : « Yo, tu pourrais faire ça et mettre ce lancer etc etc… ». Laisse-le faire ce qu’il sait faire », glisse-t-il.

À 34 ans, Paul Millsap apprécie surtout l’instant présent et avec cette campagne de playoffs, le vétéran des Nuggets est gâté. Avec le talent nécessaire pour porter son équipe si besoin, et l’expérience pour aider la relève à hisser son niveau de jeu.

« C’est ce qui rend cette épopée si spéciale. Je suis un leader, mais pas un leader avec le ballon en main comme ça pouvait être le cas à Atlanta. C’est davantage mental, dans la mesure ou j’essaie de guider et aider les plus jeunes. Pour moi, c’est un point fondamental. Juste redonner aux plus jeunes et essayer de les aider à prendre des responsabilités. Malgré tout, ma production n’a pas chuté, contrairement au nombre de ballons que je touche », ajoute-t-il. « Les vrais basketteurs savent qu’il faut regarder plus loin que les chiffres. C’est aussi ce qui rend le truc si particulier ».

« J’essaie de rester calme dans toutes les situations, mais je m’éclate »

Paul Millsap se sait écouté et apprécié de ses coéquipiers, comme l’a confirmé son coach Mike Malone. Et aux côtés de Jamal Murray ou Nikola Jokic, les jeunes Monte Morris, Gary Harris ou Malik Beasley mais aussi Torrey Craig, sophomore de 28 ans, peuvent également profiter de ses conseils.

Comme face à San Antonio, la série contre Portland n’a pas été un long fleuve tranquille. Malgré ça, le calme de Paul Millsap l’emporte à nouveau. L’intérieur assure même que son équipe est en position de force sur cette série par rapport aux oppositions en saison régulière et que peu importe son adversaire direct, il se sentait meilleur.

Mais ne vous y méprenez pas, derrière son visage presque toujours sérieux, sans émotion, l’intéressé vit cette postseason à fond, avec l’envie de continuer à gagner, le plus longtemps possible.

« Je suis venu ici pour gagner, c’était mon principal objectif. J’ai vu un groupe de jeunes gars talentueux, qui avaient faim, et j’ai décidé que j’allais les aider à surmonter les obstacles. Voilà où on en est à présent », ajoute-t-il. « Mais ne laissez pas mon visage vous tromper. J’essaie de rester calme dans toutes les situations, mais je m’éclate. Il s’agit d’une série spéciale pour nous, compte tenu de l’ampleur de la tâche jusqu’à maintenant, dans tous les domaines. C’est un moment spécial ».

Son premier Game 7, c’était il y a 12 ans, lors de sa toute première série de playoffs. Sur le parquet des Rockets de Tracy McGrady et Yao Ming, il avait (modestement) participé au succès du Jazz (99-103). Ce soir, Paul Millsap fera tout son possible pour que cette campagne ne se termine pas sur un match décisif à la maison comme il l’avait fait subir à Houston en 2007.

Paul Millsap Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2006-07 UTH 82 18 52.5 33.3 67.3 2.2 2.9 5.2 0.8 2.9 0.8 1.2 0.9 6.8
2007-08 UTH 82 21 50.4 0.0 67.7 2.0 3.6 5.6 1.0 3.3 0.9 1.1 0.9 8.1
2008-09 UTH 76 30 53.4 0.0 69.9 3.3 5.3 8.6 1.8 3.8 1.0 1.7 1.0 13.5
2009-10 UTH 82 28 53.8 11.1 69.3 2.3 4.6 6.8 1.6 3.5 0.8 1.4 1.2 11.6
2010-11 UTH 76 34 53.1 39.1 75.7 2.2 5.5 7.6 2.5 3.6 1.4 1.9 0.9 17.3
2011-12 UTH 64 33 49.5 22.6 79.2 2.8 6.0 8.8 2.3 3.5 1.8 1.8 0.8 16.6
2012-13 UTH 78 30 49.0 33.3 74.2 2.3 4.8 7.1 2.6 3.0 1.3 1.8 1.0 14.6
2013-14 ATL 74 34 46.1 35.8 73.1 2.1 6.4 8.5 3.1 2.8 1.7 2.5 1.1 18.0
2014-15 ATL 73 33 47.6 35.6 75.7 1.9 5.9 7.8 3.1 2.8 1.8 2.3 1.0 16.7
2015-16 ATL 81 33 47.0 31.9 75.7 2.4 6.6 9.0 3.3 2.9 1.8 2.4 1.7 17.1
2016-17 ATL 69 34 44.2 31.1 76.8 1.6 6.1 7.7 3.7 2.7 1.3 2.3 0.9 18.1
2017-18 DEN 38 30 46.4 34.5 69.6 1.7 4.7 6.5 2.8 2.6 1.0 1.9 1.2 14.6
2018-19 DEN 70 27 48.4 36.5 72.7 2.2 5.0 7.2 2.0 2.6 1.2 1.4 0.8 12.6
2019-20 DEN 8 26 43.5 50.0 96.0 1.4 4.3 5.6 1.1 2.9 0.8 0.8 0.8 11.9
Total   953 29 49.0 33.7 73.5 2.2 5.2 7.4 2.3 3.1 1.3 1.8 1.0 14.1

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Denver Nuggets en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés