Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Le coin des Français : Joakim Noah et Timothé Luwawu-Cabarrot à la relance

Après les deux-tiers de la saison régulière, où en sont les Français de la NBA ? Derrière Rudy Gobert et Evan Fournier, ce n’est pas forcément très réjouissant…

Ne nous voilons pas la face : les joueurs Français de NBA ne font pas rêver cette saison. Entre le recul d’un taulier comme Nicolas Batum, les débuts de carrière compliqués pour Frank Ntilikina, Guerschon Yabusele et Elie Okobo et la déception de la non-sélection au All-Star Game de Rudy Gobert, il n’y a pas beaucoup de bonnes nouvelles dans le clan tricolore…

Notre bilan à la mi-saison nous permet cependant de souligner deux faits : le retour intéressant de Joakim Noah à Memphis et le tout récent transfert de Timothé Luwawu-Cabarrot à Chicago.

Outre les fins de saison à enjeu pour Rudy Gobert et Evan Fournier, tous deux leaders des Français de NBA, on suivra donc les prestations de TLC et Jooks qui jouent leur avenir sur ces deux derniers mois de saison régulière.

****

Rudy Gobert (15 points, 13 rebonds, 2 contres en 32 minutes)

En pleine possession de ses moyens physiques, et cette fois épargné par les blessures, Rudy Gobert réalise tout simplement la meilleure saison de sa carrière. Oublié de la dernière sélection au All Star Game, le pivot tricolore tourne à 15 points, 13 rebonds et 2 contres par match. Dans sa sixième saison NBA, il est plus constant que jamais. Ce n’est pas compliqué, sur ses 57 matchs cette saison, il n’a réalisé que 4 matchs sous les 10 points. Et il figure au 2e rang (à deux unités de Joel Embiid) des « double double » cette saison avec 46 (en 57 matchs).

Mieux encore, Rudy Gobert continue de monter en puissance cette saison avec des moyennes en hausse depuis le début d’année 2019 ! Toujours aussi actif défensivement, 3e meilleur contreur de la ligue, il justifie pleinement son titre de meilleur défenseur obtenu la saison passée avec une influence toujours aussi fondamentale pour le Jazz parfaitement replacé dans la course à l’Ouest, actuellement à la 6e place, grâce en bonne partie à son pivot français !

***

Evan Fournier (15 points, 4 passes, 3 rebonds en 31 minutes)

On remarquait l’évolution d’Evan Fournier dans un rôle de plus en plus créateur à Orlando lors de notre dernière chronique. Celle-ci se confirme. L’arrière du Magic tourne à 15 points, 4 passes et 3 rebonds de moyenne cette saison. Orlando est encore à la lutte pour revenir dans le Top 8 dans la conférence Est et Evan Fournier est lui toujours en pleine bataille avec ses pourcentages de tir, surtout à 3-points.

Revenu à ses standards à 2 points autour de ses 44% en carrière depuis trois mois, Evan Fournier ne parvient toujours pas à régler son tir derrière l’arc par contre. En progrès en décembre avec un solide 41%, le Francilien est retombé à 31% en janvier avant de redresser la barre à nouveau avec 44% sur ce début de mois de février. Ces montagnes russes ne sont évidemment pas idéales pour le scoreur français, qui cherche encore la pleine confiance cette saison. En tout état de cause, sur une série de cinq victoires d’affilée, Orlando attaque le sprint final sur une dynamique intéressante

Tony Parker (10 points, 4 passes en 18 minutes)

Auteur d’un début de saison canon avec notamment un double double à 24 points – 11 passes dans un succès contre le Heat, Tony Parker est actuellement dans le creux de la vague. Absent lors des quatre dernières sorties des Hornets pour soigner son dos, le meneur vétéran manque cruellement à son équipe qui pointe à 1 victoire et 10 défaites en l’absence de son vétéran.

En difficulté en février, Tony Parker aura certainement profité à plein du weekend All Star pour recharger à nouveau les batteries et lancer un dernier baroud d’honneur des Hornets. Septième, la franchise de Charlotte est en bonne posture pour rallier les playoffs. Et Tony Parker continue de solidifier sa légende en passant par exemple le cap des 7 000 passes en carrière (17e all time).

**

Nicolas Batum (9 points, 5 rebonds, 3 passes en 31 minutes)

Le recul de Batman se confirme journée après journée cette saison. À 9 points, 5 rebonds et 3 passes, Nicolas Batum voit son rayonnement encore décliner par rapport au début de saison. Replacé au poste 3, il a expliqué dans nos colonnes que son rôle avait changé et qu’il était plus attendu en défense et dans l’organisation du jeu.

Mais quand on a demandé à son coach quel était son avis sur la saison du Français, on a seulement eu droit à un : « Il doit être plus agressif » ! Avec son gros contrat et ses petits chiffres, Nicolas Batum fait logiquement partie des joueurs qui pourraient bien changer d’air en fin de saison…

Timothé Luwawu-Cabarrot (7 points, 3 rebonds en 17 minutes)

Barré à Oklahoma City où il n’avait pas inscrit le moindre point en deux mois (!), Timothé Luwawu-Cabarrot a obtenu le transfert qu’il attendait en atterrissant du côté de Chicago. L’ailier français a rejoint les Bulls en pleine reconstruction avec une belle opportunité et il l’a saisie d’entrée.

À 7 points et 3 rebonds en 18 minutes de jeu pour ses cinq premiers matchs avec la tunique des Bulls, TLC a de l’énergie à revendre. Mais il doit encore canaliser tout ça, avec 32% d’adresse à 2 et à 3-points. Sûr de sa valeur en NBA, Timothé Luwawu-Cabarrot est désormais face à son destin : il doit absolument prouver sa valeur à Chicago !

Joakim Noah (5 points, 5 rebonds, 2 passes en 14 minutes)

Signé par les Grizzlies début décembre (pour une saison seulement), Joakim Noah a repris du service avec un grand sourire. À Memphis, l’ancien All-Star a d’abord été une doublure de qualité à Marc Gasol… mais depuis l’échange de ce dernier, il a plus de responsabilités que prévu. Et il en a bien profité avec un gros match à 19 points, 14 rebonds pour abattre les Pélicans et un autre « double double » début février, 10 points – 11 rebonds contre Charlotte.

À 10 points, 7 rebonds et 3 passes de moyenne en février, Jooks se rappelle à notre bon souvenir de l’époque des Bulls. À défaut de jouer les playoffs avec les Grizzlies, il peut envisager une fin de saison sereine, avec du temps de jeu et un rôle bien défini derrière Jonas Valanciunas, pour convaincre d’éventuels employeurs pour la suite.

*

Elie Okobo (6 points, 3 passes, 2 rebonds en 19 minutes)

Bons derniers de la conférence Ouest, les Suns ne relèveront pas encore la tête cette saison, mais Elie Okobo continue son petit bonhomme de chemin malgré les tracas du quotidien. Auteur de son record en saison, à 19 points à la fin novembre, il a appris à gérer les DNP – CD lors du mois de décembre avant de retrouver un temps de jeu plus fréquent en janvier.

Et le Bordelais a fait ce qu’il a pu à 5 points, 2 passes et 2 rebonds de moyenne. Encore en manque de confiance aux tirs (28% à 3-points sur la saison), Elie Okobo a montré qu’il pouvait apporter dans d’autres secteurs, lâchant notamment un record perso de 11 passes (plus 9 points) dans une récente défaite contre Atlanta début février. Dans une fin de saison en roue libre, on espère qu’il aura droit à plus de libertés pour se lâcher un peu après une saison frustrante…

Frank Ntilikina (6 points, 3 passes, 2 rebonds en 21 minutes)

Avec un temps de jeu en chute libre et un rôle de plus en plus en pointillés, Frank Ntilikina est en train de s’embourber sur le banc des Knicks cette saison et sa récente blessure n’arrange rien.

De plus, avec l’arrivée de Dennis Smith Jr., l’horizon semble se boucher encore davantage pour Frank Ntilikina dans la Grosse Pomme. Même si certains dirigeants new-yorkais comptent sur lui, le recrutement d’autant de meneurs depuis sa Draft soulève des tas de questions, même si David Fizdale ne semble désormais plus le voir que comme un arrière. En tout cas, la chimère du duo Ntilikina – Porzingis s’est envolée aussi rapidement qu’elle était arrivée à New York…

Ian Mahinmi (4 points, 3 rebonds en 14 minutes)

Pas grand-chose à signaler pour le pivot remplaçant des Wizards. Appelé à jouer les seconds rôles derrière Dwight Howard, Ian Mahinmi est en fait la doublure du jeune Thomas Bryant. Il connaît probablement une de ses saisons les plus quelconques depuis ses débuts à San Antonio. Et on attendait forcément plus en l’absence de Dwight Howard…

Peu impliqué dans les rotations de Scott Brooks, Ian Mahinmi semble être (au même titre que Nicolas Batum et Frank Ntilikna) sur un siège éjectable dans la capitale fédérale. Avec son contrat imposant et une production mineure, le pivot normand a clairement glissé dans la dangereuse catégorie du surnuméraire…

Guerschon Yabusele (2 points, 1 rebond en 6 minutes)

28… Ce n’est malheureusement pas le nouveau record de points marqués par Guerschon Yabusele mais le total d’apparitions cette saison pour l’intérieur des Celtics. Bloqué au bout du banc dans l’effectif ultra-dense de Boston, il n’a toujours le droit qu’à des miettes de temps de jeu (seulement 4 matchs à plus de 10 minutes).

Sans récréation non plus en G-League, et même si les Celtics ont garanti sa prochaine saison, on commence à réellement craindre pour l’intérieur tricolore, qui n’arrive pas à percer dans la rotation de Brad Stevens.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés