Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Bulls, Hawks, Lakers, Kings… Gros plan sur les franchises les plus actives de la « trade deadline »

À deux jours de la clôture du marché des transferts, c’est déjà le moment pour les franchises de préparer la fin de saison ou mettre en place les fondations pour la prochaine intersaison. Basket USA propose un tour d’horizon des équipes les plus susceptibles d’animer cette trade deadline.

ATLANTA HAWKS

Les Hawks sont en reconstruction et à l’exception du développement de ses jeunes, ils n’ont plus rien à espérer de cette saison avec un honnête bilan de 18 victoires pour 35 défaites. Des résultats néanmoins trompeurs puisque le coach Lloyd Pierce a réussi à amener un fonds de jeu séduisant avec de la course et de la circulation de balle.

Dans ce contexte, les vétérans d’Atlanta peuvent cependant aspirer à faire fructifier leur talent chez des candidats aux playoffs, ce qui pourrait aussi arranger la franchise de Géorgie dans la mesure où elle pourrait récupérer d’autres atouts, notamment des choix de Draft, en contrepartie : « Nous cherchons des atouts pour l’avenir », a récemment déclaré le GM Travis Schlenk à The Athletic. Dewayne Dedmon et Jeremy Lin semblent les candidats idéaux pour un nouveau départ.

Le pivot effectue l’une de ses meilleures saisons en carrière. Bon défenseur, désormais capable de frapper de loin, l’ancien Spur présente un profil idoine pour une équipe désireuse de se renforcer à l’intérieur. Son contrat expirant, rémunéré à hauteur de 6.3 millions (plus 900 000 dollars de bonus) cette saison, est tout aussi alléchant. Pour lui, les Hawks peuvent espérer un ou deux seconds tours de Draft : en recherche d’un autre pivot, Golden State pourrait être intéressé selon The Athletic,  tout comme Milwaukee qui dispose d’une trade exception de 1.8 million de dollars et du contrat de Jason Smith ou encore Toronto, dépourvu de Jonas Valanciunas.

Quant à Jeremy Lin, de retour en bonne santé et toujours efficace dans l’animation du jeu, son profil serait ciblé depuis plusieurs semaines par les Kings. Pour lui aussi, des seconds tours de draft pourraient convaincre Atlanta.

Enfin, un autre élément moins mentionné ces derniers temps pourrait être échangé : Kent Bazemore, déjà proposé l’an passé par Atlanta et qui dispose d’une player option de 19 millions de dollars pour la saison prochaine. D’après The Athletic, les Hawks chercheraient toujours preneurs malgré la volonté du joueur de rester. Les Rockets et les Pelicans (depuis l’été dernier) seraient intéressés, bien que la priorité de New Orleans soit désormais ailleurs pour des raisons évidentes.

CHICAGO BULLS

La reconstruction, c’est un domaine que les Bulls connaissent bien depuis quatre saisons et le départ de Tom Thibodeau. Cette saison encore, la franchise n’a d’autre choix que de se projeter sur l’avenir (12-41) et d’après ESPN, toute l’équipe est sur le marché en dehors de Lauri Markkanen et Wendell Carter Jr.

Deux joueurs semblent prioritaires pour partir : Jabari Parker et Robin Lopez. Malgré une arrivée en grandes pompes, l’ailier n’est déjà plus dans les plans de la franchise et la « team option » de 20 millions de dollars sur son contrat ne sera probablement pas levée, quelle que soit l’équipe qui l’accueillera. Pour une équipe dans le besoin au scoring, il n’y a guère de risques à essayer et Utah est la franchise qui revient le plus souvent, pour des raisons sportive et affective. Plus récemment, le Chicago Tribune et ESPN ont rapporté des discussions avec les… Lakers pour Kentavious Caldwell-Pope. Jusqu’ici, la piste de Salt Lake City semble la plus plausible, même si Utah montre beaucoup de prudence à l’idée de chambouler la cohésion de l’équipe.

Quant à Robin Lopez, l’intérêt des Warriors à son égard est connu de tous mais la franchise californienne serait plus encline à attendre un buy out plutôt que de se délester de tours de draft pour l’obtenir.

Enfin, en dehors de Bobby Portis, free agent protégé à l’issue de cette saison, difficile de voir d’autres joueurs courtisés d’ici à la fin de la saison, même Zach LaVine qui dispose encore de près de 60 millions de dollars garantis sur les trois prochaines saisons et d’un droit de veto pour les transferts.

CLEVELAND CAVALIERS

Les Cavaliers préparent eux aussi l’avenir, comme l’illustrent leur bilan (11v-42d) et les échanges de George Hill, Kyle Korver et Rodney Hood. Néanmoins, si la franchise commence à accumuler des tours de Draft, le chantier est loin d’être fini pour Cleveland qui n’a finalement pas beaucoup de marge de manoeuvre l’été prochain, même si elle coupe J.R. Smith dont le contrat est partiellement garanti (3.8 millions de dollars).

Dans ce contexte, la franchise serait prête à accumuler les mauvais contrats pour une saison de plus si elle obtient en contrepartie d’autres atouts pour la Draft. D’après Zach Lowe, des discussions auraient notamment eu lieu avec Houston pour un envoi d’Alec Burks contre Brandon Knight et un premier tour de Draft.

Pour les autres éléments, pour la plupart tous encore sous contrat une saison de plus (Tristan Thompson, Jordan Clarkson, John Henson ou Matthew Dellavedova), les négociations seront sans doute plus aisées l’été prochain.

DETROIT PISTONS

Contrairement aux trois équipes précédentes, les Pistons sont toujours dans une course laborieuse pour les playoffs à l’Est mais le propriétaire Tom Gores veut accélérer le redressement de la franchise.

En dehors de Blake Griffin, sans doute intouchable, et Andre Drummond, dont le contrat repousse d’éventuels acquéreurs (encore 27 millions la saison prochaine et une player option de 28.7 millions pour la suivante), les principaux atouts des Pistons se nomment Ish Smith, pourtant blessé, Reggie Bullock et Stanley Johnson.

Or, la priorité des Pistons reste surtout d’échanger Reggie Jackson, qui sera encore rémunéré à hauteur de 18 millions l’an prochain. Des discussions peu concrètes ont eu lieu avec Memphis au sujet de Mike Conley et si Detroit veut parvenir à ses fins, il faudra mettre des tours de Draft dans la balance.

LOS ANGELES LAKERS

Ce n’est un secret pour personne : les Lakers veulent Anthony Davis et sont prêts à faire tapis pour l’obtenir. La bonne nouvelle est que l’intérieur des Pelicans est prêt à prolonger chez les Lakers par la suite, la mauvaise nouvelle est que la franchise de Louisiane n’a aucune envie de faire plaisir à Magic Johnson, Rob Pelinka et l’homme de l’ombre, Rich Paul, et veut dépouiller son homologue, comme le rapporte ESPN.

Selon la publication américaine, Danny Ainge ferait pression en coulisses auprès des Pelicans pour qu’ils patientent au moins l’été prochain et, compte tenu de la situation contractuelle d’Anthony Davis, encore sous contrat pour un an au moins, le rapport de force n’est pas du côté des Lakers.

De plus, en dehors de rumeurs au sujet d’un départ de Kentavious Caldwell-Pope vers Chicago contre Jabari Parker (voir plus haut), il semble bien que les Lakers mobilisent toute leur énergie sur Anthony Davis, sans de réel plan B pour cette trade deadline.

Ainsi, en l’absence d’accord avec New Orleans, l’effectif actuel pourrait bien rester en l’état jusqu’à la fin de saison. Reste à savoir quel impact ces négociations auront sur les joueurs…

MEMPHIS GRIZZLIES

Dans la tourmente après un excellent début de saison, les Grizzlies ont décidé de changer de projet et de s’orienter vers une reconstruction. Dans cette optique, Mike Conley et Marc Gasol, les meilleurs joueurs de la franchise et ses éléments les plus anciens, sont donc désormais sur le marché.

Pour le meneur, plusieurs équipes seraient sur les rangs, notamment Utah et Detroit. La franchise de Salt Lake City auraient posé une offre sur la table, selon The Athletic, le New York Times et ESPN. Outre Detroit, déjà mentionné, les Pacers seraient également sur les rangs, bien que leurs chances soient infimes.

Du côté de Marc Gasol, les pistes sont beaucoup plus floues : malgré les bruits mentionnés par Basketball Insiders, la piste de Portland apparait peu probable. Le joueur et les Spurs partagent des affinités communes, même si les Texans ont peu de marge et pourraient finalement négocier directement avec le pivot, s’il décline son option à 25.5 millions pour un contrat plus long, comme l’avait fait son frère, ou l’an prochain. ESPN rapporte aussi la possibilité de Charlotte ou Detroit, même si les Grizzlies n’apparaissent pas réellement enthousiastes à l’idée d’accueillir Andre Drummond.

Outre les deux stars, la publication américaine confirme que JaMychal Green, Garrett Temple et Justin Holiday sont également sur le marché. Inutile de mentionner que Chandler Parsons l’est aussi mais personne ne se bouscule au portillon, d’autant que dans un package avec l’une des deux stars, toutes deux au-dessus des 25 millions annuels, ses 49 millions de dollars de salaire jusqu’à l’année prochaine pèsent défavorablement dans la balance.

NEW ORLEANS PELICANS

Malgré eux, les Pelicans ont vu leur saison et leur projet mis à mal par un agent de joueur bien volubile en la personne de Rich Paul, le représentant d’Anthony Davis (et accessoirement, celui de LeBron James, John Wall, Ben Simmons ou Eric Bledsoe). Après avoir mis le monde entier au courant de l’intention du joueur de ne pas prolonger en Louisiane, toute la ligue ou presque a regardé son effectif pour déterminer s’il était possible de l’acquérir.

Pour New Orleans, il n’y a finalement pas d’urgence : que ce soit à la trade deadline ou l’été prochain, l’équipe peut choisir l’acheteur. N’oublions pas qu’elle peut aussi décider de le garder dans son effectif un an de plus, quitte à le perdre sans contrepartie. Si Anthony Davis n’active pas son option et part, cela lui coûtera tout de même environ 50 millions de dollars puisqu’il ne sera plus éligible au maximum absolu. Les Pelicans ne le feront évidemment pas mais cela démontre bien que le rapport de force est de leur côté, d’autant plus avec une équipe de Boston très intéressée par les services du joueur.

Outre ce dossier, déjà suffisamment mentionné, les Pelicans pourraient en revanche se montrer actifs avec d’autres éléments : Jrue Holiday ne partira vraisemblablement pas mais Nikola Mirotic et E’Twaun Moore, mentionnés chez les Sixers par Sporting News et The Ringer, ou encore Julius Randle. En réalité, si New Orleans doit faire un échange d’ici à la trade deadline, il se pourrait bien qu’il n’inclut pas Anthony Davis…

NEW YORK KNICKS

Si les Knicks ont déjà animé le marché avec le départ de Kristaps Porzingis, Tim Hardaway Jr, Courtney Lee et Trey Burke contre Dennis Smith Jr, DeAndre Jordan, Wes Matthews et deux premiers tours de Draft, la franchise new yorkaise n’en aurait pas fini.

Évidemment sur la piste d’Anthony Davis, visiblement prêt à rester au sein de la Grosse Pomme, les Knicks n’ont pour le moment pas de quoi rivaliser avec les offres des Lakers.

En dehors de ce dossier, les dirigeants chercheraient aussi preneurs pour Wes Matthews et DeAndre Jordan. Beaucoup d’équipes seraient intéressées par leurs services mais préfèreraient attendre la deadline et les récupérer après un buyout. L’urgence pour les Knicks seraient surtout de se débarrasser d’Enes Kanter, dont les complaintes parasiteraient le vestiaire et l’image de la franchise en vue de la prochaine free agency.

Dans ce contexte, seule l’inclusion d’atouts pourrait faciliter la manoeuvre, notamment Frank Ntilikina, dont la situation à New York se complique sous les ordres de David Fizdale. Proposé aux Pelicans dans un package pour Davis selon nos informations, le Français est notamment dans le viseur du Magic mais le président Steve Mills tient au meneur et rechignerait à le transférer.

SACRAMENTO KINGS

Les Kings ont des jeunes talents et de l’argent, soit les éléments les plus recherchés en NBA, en dehors des All-Stars. Toujours en course pour les playoffs, Vlade Divac a déjà prévenu qu’un mouvement serait possible cette saison, notamment pour récupérer un premier tour de Draft, dont il est pour le moment dépourvu, ou pour récupérer un vétéran à même de les aider à gagner, comme Jeremy Lin, régulièrement cité, ou encore Harrison Barnes, dans le viseur de la franchise d’après ESPN et The Athletic.

Free agent protégé cet été, Willie Cauley-Stein est appelé à demander un beau contrat (13.2 pts, 8.7 rbds) mais l’émergence de Marvin Bagley III et Harry Giles pourrait convaincre Divac de l’échanger avant la date limite. À ses côtés, les contrats expirants de Kostas Koufos et Ben McLemore sont aussi des atouts à même d’être mobilisés.

LES OUTSIDERS

DALLAS MAVERICKS : Mark Cuban et Donnie Nelson ont déjà frappé un grand coup avec le transfert de Kristaps Porzingis mais la situation de la franchise n’est pas pour autant idéale car sans marge de manoeuvre pour l’été prochain. En l’état, un joueur semble de trop entre Harrison Barnes et Tim Hardaway Jr. et il ne serait pas étonnant de voir la franchise tenter d’en échanger un. La cote du premier est meilleure mais le patron des Mavs compterait toujours sur lui. Depuis quelques semaines, plusieurs connexions sont faites entre la franchise texane et Orlando, au sujet de Nikola Vucevic mais aussi d’Evan Fournier. En effet, le profil du Français au sein de l’effectif des Mavs semble être une excellente addition.

HOUSTON ROCKETS : La clôture du marché des transferts n’en est pas une sans une manoeuvre de dernière minute de Daryl Morey. En dehors de sa « taxpayer mid-level exception » de 3.9 millions de dollars, sa marge est peut-être plus réduite que les années précédentes et s’il veut convaincre des équipes de récupérer Brandon Knight et Marquese Chriss afin de libérer de l’argent pour une recrue de choix, cela passera aussi par l’inclusion de tours de Draft. Outre Alec Burks et Kent Bazemore mentionnés plus haut, la franchise pourrait plutôt se tourner vers le marché des free agents, une fois tous les buyouts effectués.

LOS ANGELES CLIPPERS : Après un bon départ, les Clippers commencent à caler et leur huitième place à l’Ouest est menacée. La franchise dispose d’une multitude de contrats expirants ou non garantis, pour la plupart des rotations très solides, et pourrait de nouveau animer le marché. Hormis Tobias Harris, pourtant free agent non protégé, Montrezl Harrell et Shai Gilgeous-Alexander, aucun joueur ne semble indéboulonnable.

MIAMI HEAT : Rarement le Heat n’aura suscité aussi peu de bruit autour de cette période mais comme le dit l’adage, il faut se méfier de l’eau qui dort. Sans véritable marge de manoeuvre puisque Josh Richardson, Justise Winslow et Bam Adebayo ne sont visiblement pas sur le marché, Pat Riley tentera probablement d’obtenir un tour de Draft pour Wayne Ellington, mécontent de son sort. À part le vétéran, peu d’autres joueurs suscitent de l’intérêt au regard de leurs performances.

MILWAUKEE BUCKS : Si Anthony Davis a indiqué qu’il pourrait prolonger dans le Wisconsin en cas de départ là-bas, les Bucks ne se seraient même pas manifestés pour l’obtenir, conscients de ne pas avoir les pièces nécessaires pour convaincre les Pelicans. En revanche, Milwaukee pourrait bien profiter de cette fin du marché pour se renforcer : à sa disposition, le contrat de Jason Smith et un Thon Maker qui fascine toujours plusieurs équipes.

ORLANDO MAGIC : La situation de l’effectif ferait débat en interne du camp floridien. Outre les cas de Vucevic et Fournier, la franchise aimerait se libérer de Terrence Ross pour un tour de Draft. Sinon le profil d’Aaron Gordon intrigue toujours quelques franchises, d’autant que son contrat qui court jusqu’en 2022 est régressif. Malgré des performances toujours décevantes, ce facteur pourrait permettre à Orlando de récupérer quelques atouts.

PORTLAND TRAIL BLAZERS : malgré l’arrivée de Rodney Hood, la franchise de l’Oregon est régulièrement citée comme l’une des plus actives sur le marché des transferts. Si la piste Marc Gasol semble être une impasse, elle aurait ciblé plusieurs joueurs, comme Jeremy Lin, Evan Fournier, Nikola Mirotic et JaMychal Green. Par ailleurs, ESPN rapporte que le profil d’Aaron Gordon intéresserait aussi la franchise. Il lui faudra cependant probablement se séparer d’Al-Farouq Aminu, free agent cet été, or les Blazers tiendraient au joueur.

PHILADELPHIE SIXERS : La franchise en a fini avec le « Process » et veut gagner tout de suite. Si elle veut conserver le gros de son noyau dur, le marché des free agents sera peut-être l’idéal pour elle mais les Sixers disposent toujours de Markelle Fultz, dont la valeur sur le marché est un vrai mystère, et des contrats expirants de Wilson Chandler et Mike Muscala, J.J. Redick étant appelé à rester. En coulisses, les Sixers se seraient notamment penchés sur Nikola Mirotic et Dewayne Dedmon.

WASHINGTON WIZARDS : L’heure est au changement du côté des Wizards et en dehors de Bradley Beal, voire John Wall, tous les éléments semblent sur le marché. D’après The Athletic, Otto Porter Jr. aurait été proposé au Jazz, sans succès. À l’heure actuelle, Markieff Morris a davantage de chances d’être échangé, d’autant qu’il sera free agent l’été prochain, ou même Trevor Ariza, toujours dans le viseur d’équipes en course pour les playoffs. Le fait est qu’avec la 7e masse salariale de la ligue, les Wizards n’ont guère d’éléments à même d’intéresser la concurrence.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

New Orleans Pelicans en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés