Back To Basics Magazine News

#BackToBasics : pourquoi offre-t-on une bague aux champions NBA ?

Nouveau rendez-vous de BasketUSA, « Back To Basics » veut répondre aux questions pas si bêtes que les aficionados de NBA peuvent se poser. Jeu pur, fonctionnement de la ligue, à-côtés… « BtB » tente de trouver réponse à tout. Aujourd’hui, on se demande pourquoi on offre une bague aux champions NBA ?

D’ici quelques jours, on saura qui des Warriors ou des Cavaliers aura droit de soulever le fameux trophée Larry O’Brien, décerné au champion NBA. En revanche, il faudra attendre au moins jusqu’à mi-octobre, et le démarrage de la saison prochaine, pour la traditionnelle cérémonie de remise de bagues qui se tiendra à Golden State ou à Cleveland, donc. Le trophée est la récompense collective pour l’équipe et la franchise, là où la bague devient une référence individuelle. Si tel joueur détient X bagues, c’est qu’il a remporté X titres.

D’où vient cette tradition de la bague ? Comme souvent avec ces questions historiques, il faut jeter un œil dans le passé des autres ligues américaines majeures. Et l’occurrence dans la ligue de baseball, la MLB. Selon Sport Illustrated, la première récompense décernée envers les joueurs d’une équipe championne remonte à 1906. Cette année-là, les White Sox, vainqueurs des World Series, s’étaient vus offrir une montre ornée de diamants.

Les autres années, les champions recevaient toutes sortes de pendentifs commémoratifs. La règle était que chaque joueur et entraîneur champion reçoive « un souvenir approprié » au coût maximum de… 300 dollars aux frais de la ligue. Un tarif qui peut paraître dérisoire au regard des bijoux offerts aujourd’hui (plus de 10 000 dollars selon certaines sources…).

L’idée d’une bague est arrivée quelques années plus tard. En 1922 précisément. « Les Giants (vainqueur du titre cette année-là contre leurs voisins des New York Yankees) ont fait la toute première bague de World Series », assure Jeff Idelson, responsable du Hall of Fame de baseball. Mais l’année suivante, les Yankees se vengent sur les Giants et la franchise new-yorkaise préfère encore offrir une montre de poche plutôt que la bague.

Cette dernière a pourtant fini par s’imposer dans la tradition les années suivantes. Dès sa création en 1946, la NBA n’a pas fait dans l’originalité puisque les Warriors, premiers champions, ont eu droit à leurs « rings ». Une coutume toujours en vigueur aujourd’hui. Elle est devenue iconique. Marqueur symbole de la victoire, la bague ou les bagues décorent les doigts des champions et donnent lieu à certains clichés devenus mythiques, avec Bill Russell ou Michael Jordan par exemple. Et des déclarations mémorables.

« J’étais fatigué de porter cette bague », lâchait un brin provocateur, Phil Jackson, après son titre de 2009, en référence à sa bague précédemment décrochée avec les Lakers, en 2002. « Cela faisait sept ans que je portais cette même bague. »

D’un modèle standard pendant des décennies, cette récompense a évolué vers des modèles de plus en plus personnalisés. Car chaque franchise championne peut aujourd’hui choisir son propre design. Exemple, la bague des Warriors 2017, un bijou 11 carats, qui s’est basé sur le nombre de victoires remportées par Golden State dans la saison : 36 saphirs bleus pour les victoires à domicile, 31 diamants blancs pour les succès à l’extérieur.

La tradition a pourtant récemment été remise en cause en 2011, par un certain Mark Cuban. Jugeant la pratique « old school » et « déjà-vu » (sic), il avait menacé de priver de bagues ses joueurs, en évoquant notamment… des bracelets (« Vous vous foutez de moi ? », réagissait Jason Terry. « Un bracelet, c’est quelque chose qu’on offre à sa femme ! »). Quelques mois plus tard, le propriétaire des Mavs rebroussait chemin et confiait avoir dû débourser plus d’un million de dollars pour ces fameuses bagues…

« Une fois que tu as cette bague, tu sais que tu es champion », lâchait d’ailleurs à l’époque Jason Terry. « Tu dois avoir cette pièce pour la montrer à tout le monde. Si tu vas voir quelqu’un et que tu lui serres la main, il voit cette bague, ça change les choses. »

La portée symbolique de l’objet n’a pourtant pas empêché nombre d’anciens joueurs, en difficultés financières, de revendre leur « précieux ». On pense bien sûr à Antoine Walker ou encore Julius Erving qui avait pourtant assuré que la vente aux enchères de ses trophées personnels et une grosse dette contractée auprès de la banque n’étaient qu’une « coïncidence »… Aujourd’hui encore sur Ebay, on trouve des répliques pour 200 dollars ou moins.

Pour finir, l’un des enjeux pour les semaines à venir, sera de savoir quels joueurs auront droit à une bague à l’issue de cette finale. Surtout si les Cavs, dont l’effectif a énormément bougé durant la saison, sont champions. Des voix se demandent si Dwyane Wade pourrait être récompensé malgré seulement 46 matches joués avec Cleveland. On se souvient par exemple que les Warriors avaient voté en interne pour savoir s’il fallait accorder une bague à Anderson Varejao. Et le Brésilien avait ainsi été distingué.

#BackToBasics #1 : pourquoi 82 matches de saison régulière ?
#BackToBasics #2 : à quand remonte le tout premier dunk ?
#BackToBasics #3 : pourquoi des séries de sept matchs en playoffs ?
#BackToBasics #4 : qui est représenté sur le trophée de MVP ?
#BackToBasics #5 : quel joueur a lancé la mode du bandeau en NBA ?
#BackToBasics #6 : à quand remonte le fadeaway ?
#BackToBasics #7 : pourquoi l’hymne américain est joué avant les matchs ?

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *