Back To Basics Magazine News

#BackToBasics : qui est représenté sur le trophée de MVP ?

Nouveau rendez-vous hebdomadaire de BasketUSA, « Back To Basics » veut répondre aux questions pas si bêtes que les aficionados de NBA peuvent se poser. Jeu pur, fonctionnement de la ligue, à-côtés… « BtB » tente de trouver réponse à tout. Aujourd’hui on se demande qui est représenté sur le trophée de MVP.

D’ici quelques semaines, on saura en effet si James Harden aura l’honneur de soulever le trophée de MVP 2018. Remis depuis la saison 1955-1956 au meilleur joueur de la ligue, le plus « valuable », il porte un nom : celui de Maurice Podoloff. La NBA est née avec lui car il en a été le tout premier patron, de 1946 à 1949, lorsqu’on parlait encore de la BAA (Basketball Association of America), puis jusqu’en 1963 avec l’appellation actuelle (National Basketball Association). On lui doit par exemple l’adoption de l’une des règles « révolutionnaires » du basket, à savoir l’horloge des 24 secondes en 1954.

Pendant plusieurs décennies, Bill Russell, Wilt Chamberlain, Kareem Abdul-Jabbar, Moses Malone et les autres MVP de la ligue reçoivent cette récompense dont le design est remodelé à plusieurs reprises. Jusqu’en 1985 où la ligue décide de faire appel à un certain Marc Mellon. On demande à ce sculpteur américain de créer un nouveau trophée qui doit « refléter le prestige » de cet honneur. L’artiste s’exécute avec une sculpture en bronze dont l’armature est en aluminium et en acier, qui prend la forme d’un joueur en train de dribbler, main gauche. Design qui 30 ans après est toujours d’actualité. Maurice Podoloff est-il le joueur en question ? La réponse est non car l’ancien président de la ligue était surtout un dirigeant.

« Quand j’ai été recruté par la NBA, ils cherchaient un prix qui exprimait la vitesse et le côté athlétique de la ligue », nous confie Marc Mellon, contacté par mail. « Et en tant que sculpteur de danse et du sport, je cherchais aussi à capturer la beauté. Le logo de la NBA était ma référence initiale, lui-même étant basé sur la silhouette de Jerry West qui remonte le terrain, balle en main. »

Amateur de Rodin, de Degas et donc de « la figure humaine en mouvement », le sculpteur dit s’être appuyé sur une quantité d’images de jeu récupérées dans les magazines ou fournies par la ligue. « J’ai essayé de garder tous les détails en créant un prix auquel les athlètes de toutes les ethnies pouvaient s’identifier », livre l’artiste à qui on doit également le MVP en WNBA ou celui du meilleur coéquipier NBA… et qui a aussi réalisé une série de bustes de grands de ce monde.

Dès 1986, il se rend à Boston pour remettre son trophée en main propre à Larry Bird, dont il est un grand fan. « Excité autant en tant que fan qu’artiste » ce jour-là, Marc Mellon garde de souvenirs marquants de ces remises de prix avec les légendes.

« Rencontrer Larry, et un autre de mes héros, Bill Russell, était un honneur. Au fil des ans, j’ai eu l’occasion de rencontrer un certain nombre de superstars de la NBA, y compris une séance photo mémorable avec Michael Jordan quand il a reçu son cinquième trophée. Ce prix est devenu l’un des plus appréciés des États-Unis, et peut-être le trophée sportif le plus emblématique des ligues sportives professionnelles américaines. »

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *