Summer
league
Summer
league
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Draft 2024 | Présentation de Ron Holland (G-League Ignite)

Draft 2024 – Athlète sensationnel, Ron Holland a glissé dans les projections après avoir été attendu très haut en début de saison.

Ron Holland en High School lors du McDonald's All AmericanIl devait être, au même titre que son coéquipier cette saison Matas Buzelis, un des favoris pour être le « first pick » de cette Draft 2024. Ron Holland ne sera très certainement pas le premier nom appelé par Adam Silver le 26 juin prochain. Mais son talent et ses qualités en font un des potentiels les plus intrigants de cette cuvée. À seulement 18 ans (il en aura 19 le 7 juillet), l’ailier est un produit non fini, et il n’apporte pas la même « sécurité » que ses acolytes Zaccharie Risacher, Dalton Knecht, voire Matas Buzelis. Pour ce qui du potentiel, pas sûr que beaucoup de joueurs affichent un plafond aussi élevé que celui du joueur du G-League Ignite.

Son choix de débuter sa carrière par l’antichambre de la NBA n’aura pas été le plus payant. Dans une équipe franchement décevante, il a eu le mérite de s’imposer comme le patron, et ce des deux côtés du terrain, davantage même qu’auparavant au lycée. Blessé au pouce, Ron Holland n’a plus joué depuis fin janvier. Sa petite trentaine de matchs en a montré assez pour se faire une idée du joueur, même si la médiocrité collective de l’Ignite a rendu plus difficile l’analyse de ses prospects.

Parfois un peu fruste techniquement, il tient davantage de la brute au moment de tutoyer l’arceau. Hyper spectaculaire, Ron Holland sera d’ores et déjà un prétendant à la carte de fidélité au Top 10 de la nuit pour ses dunks surpuissants et aériens, mais aussi pour ses qualités défensives. C’est d’ailleurs probablement de ce côté du parquet que le Texan offre le plus de garanties, ce qui devrait lui permettre de bien s’intégrer peu importe l’équipe qui le sélectionnera.

Profil

Poste : ailier
Taille : 1m99
Poids : 89kg
Equipe : G-League Ignite
Stats 2023/24 : 19,5 points (à 46,0%), 6,7 rebonds, 2,9 passes en 31,9 minutes

Points forts

– La défense. Très rapide sur ses jambes, vif sur les lignes de passe (2,3 interceptions de moyenne), et concerné par le défi en un-contre-un, Ron Holland défend fréquemment dur et est capable de totalement éteindre son adversaire par séquences. Son jump et sa vitesse complètent son arsenal technique et lui permettent d’assurer la couverture du cercle ou les aides défensives sans ballon. Cela lui ouvre la voie pour punir en transition, où il peut faire parler son physique.

– Les qualités de « slasher ». Dans ce registre, il n’a pas d’équivalent dans cette Draft 2024. Explosif sur le premier pas, il est difficile à arrêter une fois lancé vers le cercle. S’il manque parfois étrangement de toucher, ce n’est pas le cas en termes de variété dans ses pénétrations (appuis décalés, absorption du contact, accélération/décélération…). Dunkeur féroce, il monte vite et fort en l’air et ne fait aucun scrupule à mettre qui que ce soit sur le poster.

Points faibles

– La prise de décision. Sa facilité à marquer en pénétration a parfois tendance à le desservir. Ron Holland doit mieux juger ses départs en drive, où il a parfois tendance à foncer tête baissée. Pourtant pas égoïste, cette proportion à forcer ou à s’empaler dans la défense adverse lui fait collectionner les balles perdues (ratio passes décisives / balles perdues négatif) et les opportunités de passe manquées. Et la défense NBA près du panier sera d’une toute autre intensité de celle de la G-League.

– Le tir extérieur. C’est le principal axe de progression de Ron Holland. À seulement 24% cette saison derrière l’arc, il n’est pour l’instant pas une menace et les défenses NBA pourraient en profiter pour lui laisser de l’espace et gêner dans le même temps l’accès vers la raquette. Si tout n’est pas à jeter, sa mécanique demande encore une grosse dose de travail tant son tir est inconstant que ce soit en cadence, finition et préparation des appuis.

Comparaison

Poste 3 comptant avant tout ses qualités physiques, Ron Holland est dans le même moule qu’un Tari Eason, voire Jaylen Brown à son arrivée en NBA. Outre le MVP de la finale remportée par les Celtics, pourquoi pas imaginer une trajectoire à la Gerald Wallace, athlète au-dessus du lot devenu au fil des années un basketteur plus complet.

Pronostic

Dans la lottery, probablement autour de la 10e place, tant le Top 8 semble de plus en plus verrouillé à l’approche de la Draft.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités