Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Pour les Cavaliers, la qualification en playoffs est « le strict minimum »

NBA – Qualifiés dans le Top 6 de l’Est après leurs succès vendredi contre Indiana, les Cavaliers ne s’en contentent pas et se refusent même à le célébrer.

Donovan Mitchell et Darius Garland (Cavaliers)

De l’intensité, de la pression, mais pas d’effusion. A Cleveland vendredi, il était plutôt difficile de savoir que les Cavaliers venaient de composer leur billet pour les phases finales. Leur victoire contre les Pacers dans un match crucial pour cette fin de saison leur a pourtant garanti d’éviter le possible piège du play-in. Mais les joueurs de l’Ohio n’ont pas semblé en faire grand cas, focalisés déjà sur leurs prochaines échéances.

« On était dos au mur, on savait qu’on devait gagner ce match » reconnaît Max Strus, habitué de ce genre d’enjeu après trois saisons à Miami. « On a pris ce match comme un match de playoffs. Si je dois en retenir une chose, c’est que c’est un signe positif pour l’avenir et ce qui nous attend ces prochaines semaines. » Donovan Mitchell va plus loin, participer aux phases finales était « le strict minimum« .

« C’est ce que l’on attendait. Peu importe les obstacles sur notre route, les blessures, les méformes comme les bonnes périodes, les joueurs qui jouent puis ne jouent plus… C’est ce que nous sommes, on est une équipe de playoffs. C’est bien d’y être. Mais je pense qu’on se dit tous ‘bon, on a fait ce que l’était censé faire’. Ce n’est pas une célébration, la ville va vibrer comme elle le fait toujours, mais pour nous, c’est le minimum syndical. »

« Le succès pour cette équipe, ce serait de se battre pour une bague »

Un temps solidement installé sur le podium de l’Est début 2024, Cleveland semblait s’être imposé comme un sérieux outsider à l’Est. Mais la mauvaise série après le All-Star Game a complètement déréglé l’escouade de JB Bickerstaff, au point de lui faire courir le risque des matchs couperet du play-in. Ce qui est loin d’être suffisant pour les Cavs, à la recherche d’une première série de « postseason » remportée depuis 2018, et même depuis 31 ans sans LeBron James dans l’effectif.

« Chaque année, je vise le titre » clame Georges Niang. « Le succès pour moi et pour cette équipe, ce serait de se battre pour une bague. Nous croyons en ce que nous avons dans cette franchise et dans ce vestiaire. Je ne suis pas satisfait de simplement faire les playoffs, je n’en attendais pas moins. Notre objectif est de passer chaque tour, un par un. »

La deuxième place encore dans le viseur

Eliminé la saison passée par les Knicks malgré l’avantage du terrain au premier tour contre les Knicks dans une série à sens unique, Cleveland a au moins obtenu la certitude de ne pas croiser la route de New York pour débuter les playoffs cette fois. « Nous sommes plus affamés, bien plus expérimentés et nous avons bien plus à prouver » assure Darius Garland. Pas assurés d’être dans le Top 6 au coup d’envoi contre Indiana, les Cavaliers ont finalement validé le Top 4 au buzzer final après la victoire des Sixers sur le Magic.

Ils pourraient même remonter jusqu’au deuxième rang de l’Est en fonction de la dernière journée de la saison régulière à partir de 19h ce dimanche. Les Cavaliers affrontent des Hornets en roue libre, tandis que New York reçoit Chicago et Milwaukee aura beaucoup à perdre à Orlando. Peu importe leur rang ou leur futur adversaire, Donovan Mitchell, en regain de forme cette semaine, se projette déjà sur la suite.

« Nous avons neuf jours pour régler certaines choses, regarder de la vidéo, ce que l’on fait de bien, de mauvais, de neutre. Notre série à l’extérieur (1 victoire pour 4 défaites la semaine passée, ndlr) ne reflétait pas qui nous sommes. C’est facile de baisser la tête, surtout en fin de saison, mais nous sommes en bonne posture.« 

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités