Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Detroit (encore) qualifié, San Antonio (toujours) giflé

Finalement les playoffs 2008 réservent peu de surprises. Pour la 6eme fois d’affilée, Detroit se qualifie pour la finale de la conférence Est. Sans Chauncey Billups, blessé aux adducteurs, les hommes de Flip Saunders s’imposent 91-86 dans le Game 5, et remportent aisément (4-1) leur série face au Magic.
Une nouvelle fois, Orlando n’est pas loin mais il se saborde en manquant trop lancers (57%) et en perdant trop de ballons (21). Le contraste est saisissant avec des Pistons très maladroits dans leurs tirs (37%) mais qui ne tremblent pas aux lancers (87%) et qui surtout ont les mains sûres (3 balles perdues, nouveau record NBA).
« On s’est battu tout seul, regrette Turkoglu, qui se fait bâcher sur un dunk par Prince alors que le score était de 87-84. On n’a fait trop d’erreurs pour pouvoir les inquiéter« . Parmi les erreurs, on notera cette incapacité en défense à contenir Richard Hamilton (31 pts). En attaque, le Magic n’est jamais parvenu à servir Dwight Howard (8 tirs seulement).
A l’arrivée, le score est lourd mais un Detroit, même sans Billups, demeure l’une des meilleures équipes au monde.

Dans l’autre match de l soirée, le concours de claques s’est poursuivi entre les Hornets et les Spurs. Devant leur public, New Orleans s’impose 101-79, avec un David West exceptionnel puisqu’il explose tous ses records personnels : 38 pts, 14 rbds et 5 cts ! Il ne paie pas de mine mais il est complet, opportuniste et doué. Il n’est pas All-Star pour rien.
« Il a mal au dos mais on ne pouvait pas le dire dans la presse. Il n’est même pas à 100% de ses moyens et pourtant il réalise le meilleur match de sa carrière » confie Morris Peterson, décisif aussi avec ses 12 points.
Le plus dingue dans ce Game 5, c’est que San Antonio avait le match en mains. Il menait 47-43 à la pause avec une grosse défense sur Chris Paul (6 pts à la mi-temps).
Mais au retour des vestiaires, Paul sort le grand jeu. Il se lâche en attaque, et il trouve plus facilement Chandler et West. En défense, les Hornets défendent très haut. Tim Duncan, énorme au rebond (23 prises), ne parvient pas à trouver de bonnes positions.
Petit à petit, les Hornets creusent l’écart, et ils remportent ce quart-temps 28-11.
La suite est identique. Paul inscrit 16 pts en deuxième mi-temps. West continue son festival. Même la sortie sur blessure (entorse au pied ?) de Chandler ne change rien. Dans sa salle, New Orleans est invaincu en playoffs, et il n’est plus qu’à un succès de sa première finale de conférence.
« Il n’y a rien à redire. Les Hornets ont été fantastiques dans le troisième quart-temps. Leur défense est vraiment bonne. Ils nous ont sortis du match et nous ne sommes jamais parvenus à recoller au score » analyse Greg Popovich, qui sait que son équipe est désormais dos au mur, et à une défaite de rendre son titre.
De notre côté, nous retiendrons qu’un chiffre : 1. Le nombre de balles volées par les Spurs. Difficile de gagner un match sans agressivité et prises de risque en défense.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

San Antonio Spurs en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés