Pariez en ligne avec Unibet
  • PHI1.05ORL9.15Pariez
  • MIA1.3DEN3.4Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les Bucks confiants dans leur capacité à créer une dynastie

NBA – Champions en titre, avec la majeure partie de leur effectif sous contrat au moins jusqu’en 2023, les Bucks sont prêts à devenir la dynastie phare des années 2020.

Une semaine après l’ouverture de la saison 2021/22, les Bucks font honneur à leur statut de champions en titre, puisqu’ils affichent actuellement un bilan de trois victoires (Nets, Spurs et Pacers) et une défaite (Heat).

Contrairement à d’autres franchises, comme les Lakers par exemple, le vécu collectif des coéquipiers de Giannis Antetokounmpo les porte en ce début d’exercice, malgré les différentes blessures dont souffre leur effectif, orphelin de Jrue Holiday, Brook Lopez, Bobby Portis ou encore Donte DiVincenzo.

« Nous avons beaucoup plus confiance en nous », juge pour ESPN Khris Middleton, sur l’état d’esprit actuel de Milwaukee. « Et c’est finalement naturel, car nous sommes les champions en titre. [Ces dernières années], nous avons traversé tous les types de situations possibles et imaginables. Donc on sait à quoi s’attendre. Il n’y a pas à se soucier de l’échec, car on sait ce que l’on a à faire. »

L’ailier All-Star fait référence aux échecs des Bucks en playoffs, en 2019 (finale de conférence perdue face aux Raptors, malgré une avance de 2-0 et le meilleur bilan de la ligue en saison régulière), puis en 2020 (demi-finale de conférence perdue dans la « bulle » face au Heat, malgré le meilleur bilan de la ligue en saison régulière).

Suivre les traces des Bulls, des Lakers et des Warriors

Les joueurs du Wisconsin sont néanmoins parvenus à effacer ces désillusions en 2021, grâce à un parcours de feu en playoffs, entre ce « sweep » du Heat au premier tour, ce Game 7 arraché chez les Nets en demi-finale de conférence, cette élimination des Hawks en finale de conférence, malgré la blessure de Giannis Antetokounmpo, et cette domination des Suns lors des Finals, en dépit d’un déficit de 0-2.

Et les voilà désormais au sommet de leur art, entraînant les nouveaux venus dans leur sillage.

« Je suis heureux, car les gens autour de moi sont heureux, je n’ai plus l’impression qu’ils sont stressés », livre le « Greek Freak » au sujet de l’ambiance dans le vestiaire. « J’ai la sensation que les gens sont bien traités ici, et nous allons encore le faire pendant longtemps. Vous voyez beaucoup d’organisations qui n’ont pas été capables de faire le plus dur, c’est-à-dire repartir ensemble et prendre soin de leur groupe, puis qui se sont séparées. Mais ça ne nous est pas arrivé et je suis heureux que ce soit le cas, que nous puissions [repartir ensemble] pour les 4, 5, 10 prochaines années. »

Des propos qui témoignent de la volonté de Giannis Antetokounmpo, et de l’ensemble des Bucks, de créer une dynastie. À l’image des Bulls dans les années 1990, des Lakers et des Spurs dans les années 2000, ou du Heat et des Warriors dans les années 2010. Même si le Grec estimait lors du Media Day que « personne ne pense que [Milwaukee peut] réussir le doublé ».

« Sommes-nous satisfaits ? Non, je ne le suis pas et je ne suis pas près de l’être », martelait en prime le double MVP (2019, 2020), concernant ses aspirations pour la nouvelle saison. « C’est le message que nous devons faire passer collectivement. Et, en tant que leader, c’est le message que je cherche à faire passer. Nous sommes conscients que les autres franchises vont vouloir venir nous chercher, mais nous serons prêts. »

Un leader toujours aussi affamé

Et Giannis Antetokounmpo d’ajouter, après la cérémonie de remise des bagues, qu’il lui restait encore bien des défis à accomplir avant d’être pleinement rassasié, tant individuellement que collectivement.

« Une fois que vous avez gagné un titre, vous pensez que la pression a disparu, que vous n’avez plus à vous soucier de quoi que ce soit. Mais c’est faux », lançait-il ainsi. « Si vous êtes un compétiteur, votre esprit crée un nouveau défi. Je l’ai fait une fois, donc je dois le faire une deuxième fois. Il y a toujours des choses que votre cerveau va créer pour ajouter de la pression, et c’est bien, parce que c’est là que vous êtes à votre meilleur niveau. »

Une façon de rappeler que Giannis Antetokounmpo ne se contentera pas d’une seule bague, comme l’assure Jason Kidd, coach des Bucks entre 2014 et 2018, à l’origine de l’éclosion du « Greek Freak » et de Khris Middleton.

« C’est ce que font les plus grands [remporter un nouveau titre, ndlr], et je ne serais pas surpris que Giannis veuille en gagner un autre, car c’est juste sa manière d’être », confiait alors le nouveau coach des Mavericks.

Avec Giannis Antetokounmpo, Khris Middleton, Jrue Holiday et Brook Lopez sous contrat au moins jusqu’à l’été 2023, Milwaukee peut entrevoir l’avenir plutôt sereinement à ce niveau, d’autant que le coach Mike Budenholzer l’est jusqu’à l’été 2025 et que le GM Jon Horst a également été prolongé sur le long terme, cet été.

Tirs Rebonds
Joueurs MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Bp Int Ct Fte Pts
Giannis Antetokounmpo 19 32.4 52.0 28.4 67.5 1.7 10.1 11.7 6.0 2.9 1.2 1.8 2.9 27.1
Khris Middleton 12 30.0 41.8 32.9 85.1 0.3 4.8 5.2 4.8 3.0 1.5 0.2 1.7 17.1
Bobby Portis 15 28.0 48.9 44.9 75.0 2.7 5.9 8.5 1.3 1.6 0.7 0.9 2.5 15.4
Jrue Holiday 14 30.5 42.0 33.8 68.0 0.6 3.9 4.4 5.6 2.6 1.4 0.4 1.9 14.2
Grayson Allen 20 28.7 44.6 42.2 90.3 0.6 3.4 3.9 1.3 0.7 0.6 0.2 1.6 14.2
Pat Connaughton 20 28.8 49.4 42.5 68.4 0.8 4.2 5.0 1.5 1.1 0.9 0.4 1.5 12.1
Jordan Nwora 18 19.9 40.0 35.7 84.6 0.6 3.2 3.7 1.3 1.3 0.2 0.5 1.2 8.0
Brook Lopez 1 28.2 33.3 50.0 0.0 2.0 3.0 5.0 0.0 0.0 1.0 3.0 3.0 8.0
George Hill 19 27.1 45.8 35.8 93.3 0.9 2.6 3.6 2.6 1.0 0.8 0.2 1.9 7.4
Rodney Hood 13 14.7 35.7 33.3 100.0 0.2 1.7 1.9 0.8 0.2 0.3 0.0 0.9 3.6
Thanasis Antetokounmpo 17 13.5 46.3 0.0 58.8 1.1 2.2 3.4 0.8 0.6 0.5 0.1 1.9 3.5
Semi Ojeleye 11 19.8 25.5 21.4 60.0 1.9 1.7 3.6 0.4 0.5 0.4 0.5 1.5 3.0
Justin Robinson 16 12.3 31.6 27.0 100.0 0.1 0.7 0.8 1.3 0.7 0.5 0.0 1.1 3.0
Sandro Mamukelashvili 9 7.5 43.8 42.9 66.7 0.3 0.7 1.0 0.2 0.2 0.0 0.1 0.6 2.1
Georgios Kalaitzakis 8 5.9 45.5 50.0 44.4 0.5 0.5 1.0 0.0 0.5 0.1 0.1 1.0 2.0