NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Covid-19 : moins cher et plus rapide, un test salivaire financé par la NBA arrive sur le marché

Épidémiologiste à Yale, Nathan Grubaugh a développé une technique de test salivaire du Covid-19 plus rapide et moins chère que celle utilisée depuis avril. Grâce aux financements de la NBA.

Alors que le test salivaire globalement utilisé aux États-Unis reste très cher (150 dollars par test) et assez long (24 à 48 heures afin d’obtenir les résultats), la NBA et le syndicat des joueurs avaient décidé en avril de financer les recherches de Nathan Grubaugh, un épidémiologiste de Yale qui avait publié un article expliquant que les tests salivaires pouvaient être aussi précis dans la détection du Covid-19 que les prélèvements par voie nasale.

C’est Robby Sikka, médecin anesthésiste de formation et désormais vice-président du département « performance et technologie » des Wolves, qui a contacté Nathan Grubaugh suite à la publication de son papier de recherche.

Dans la foulée, la NBA et le syndicat des joueurs débloquaient 500 000 dollars pour développer cette technologie, qui saute l’étape coûteuse de l’extraction de l’ARN en utilisant un procédé chimique (et thermique) pour extraire le génome du virus, afin de le détecter. Une méthode beaucoup plus simple, mais un peu moins précise.

« Le test de Yale perd un peu de sensibilité, mais ce que nous gagnons, c’est de la vitesse et cela devrait être jusqu’à dix fois moins cher », assure Nathan Grubaugh à ESPN, puisque tous les laboratoires pourraient être capables de fournir les résultats, l’extraction de l’ARN n’étant de son côté possible que dans certains labos, la faute au besoin d’équipements spéciaux. « Mon but n’est pas de tester les athlètes. Ce n’est pas ma population cible. Ma population cible, c’est tout le monde. Le partenariat avec la NBA a suscité des inquiétudes alors que toute la population a besoin d’être testée. Mais la réponse a été simple : la NBA allait de toute façon effectuer tous ces tests, alors pourquoi ne pas s’associer avec eux et essayer de créer quelque chose pour tout le monde ? »

Grâce également à l’aide et aux contacts d’Andy Slavitt, l’ancien directeur de l’assurance-santé sous la présidence de Barack Obama, ce test salivaire a ainsi obtenu une autorisation de mise sur le marché en urgence de la part de l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux.

Selon Andrew Brooks, qui a développé le test salivaire actuellement utilisé, le test de Yale manque de précision par rapport à celui de Rutgers, mais Nathan Grubaugh répète de son côté que cette légère perte de fiabilité est compensée par le fait que son test est beaucoup moins cher (4 dollars dans certains cas, mais plus certainement autour de 20 dollars) et des résultats très rapides, en quelques heures ou au pire en une journée.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires