Mondial
2019
Mondial
2019
FRA67
AUS59
ARG75
ESP95
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

[Coaching] Stephen Curry et Draymond Green font plier Houston en jouant dix fois la même action

Le duo Stephen Curry – Draymond Green a pris les choses en main lors du dernier quart-temps du Game 6. Avec un simple pick-and-roll, mais face auquel Houston s’est retrouvé sans solution.

Un pick-and-roll d’un côté du terrain, tandis que les autres Warriors s’alignent côté faible. C’est avec ce schéma de jeu qui paraît basique que Golden State a fait plier Houston. En le jouant dix fois dans le quatrième quart-temps du Game 6 !

Le problème, c’est que si le schéma est très simple, le talent et l’intelligence du duo Stephen Curry – Draymond Green le rend extrêmement difficile à défendre. Houston a ainsi quasiment tout tenté sur ces dix possessions : la défense sans changement, les « switchs » défensifs et les « trappes » (prises à deux sur le porteur du ballon) mais à chaque fois, le duo de la Baie a trouvé la solution pour tirer avantage de la situation et inscrire 19 points sur les 10 possessions en question.

Car même sur ce simple départ de jeu, les Warriors multiplient les pièges. Draymond Green va-t-il vraiment poser un écran ou faire un « slip », en faisant croire qu’il va le poser, sans le faire ? Faut-il alors « switcher » ? Comment aider sur les pénétrations de Stephen Curry lorsqu’il peut attaquer le défenseur sur le changement ? Comment gérer les qualités de créateur de Draymond Green et le surnombre si on « trappe » pour obliger le meneur des Warriors à lâcher la balle ? Ce sont toutes ces questions que Golden State a posées à Houston pendant le dernier quart-temps, sans que les Rockets ne trouvent de réponse.

Evidemment, le talent de Stephen Curry fut énorme, car les 3-points et les layups n’étaient pas simples, mais c’est bien parce que Draymond Green est capable de créer « en deuxième main » que Golden State est si difficile à défendre.

Au bout du compte, Golden State a donc inscrit 19 points sur ces 10 possessions, pour une impressionnante efficacité de 1.90 point par possession. C’est énorme quand on sait que l’efficacité d’un shoot en saison régulière, en moyenne, est de 1.05 point. En playoffs, ça descend à 1.02 point par shoot et ça doit encore baisser dans le « money time » des rencontres.

Réussir à afficher une telle efficacité en fin de match est donc un véritable exploit, en particulier à ce moment de la série.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés