Matchs
hier
Matchs
hier
HOU100
UTH93
GSW121
LAC129
Interviews News

Interview Jakob Poeltl : « C’est énorme d’avoir Pau, LaMarcus et Tim autour de moi »

Avec 21 petites minutes et 4 points marqués sur ses deux premiers matchs officiels avec les Spurs, Jakob Poeltl (23 ans depuis une semaine) n’est pas encore à l’aise dans son basket. Au sein de sa nouvelle équipe, le jeune pivot autrichien tâtonne encore pour trouver son rôle aux côtés de LaMarcus Aldridge dans le cinq majeur.

Lors de son passage à Portland, Basket USA a fait le point avec l’ancien intérieur des Raptors : sur son adaptation à la vie texane et aux méthodes locales à San Antonio, mais aussi à sa réaction après l’échange qui l’a fait basculer d’un pays à l’autre, pour un sacré choc thermique.

« On fait beaucoup de post up ici »

Quelle a été votre première réaction après l’échange ?

« C’était quand même un choc pour moi. Ça m’a tout de même pris un ou deux jours pour vraiment me rendre compte de ce qui s’était passé. Au début, j’étais surtout triste de quitter Toronto et de quitter mes coéquipiers. Et puis, j’ai commencé à penser à l’opportunité que j’aurais ici, avec San Antonio. C’est une chance énorme pour moi d’apprendre de ce coach, mais aussi des joueurs qui sont ici. »

Plus généralement, comment a été l’accueil dans votre nouvelle équipe ?

« Je me suis senti très bien accueilli. Il y a une atmosphère différente dans cette franchise. Tout le monde dit que c’est une organisation de premier rang, et c’est vraiment le cas ! C’est difficile à décrire mais c’est dans les petites choses qu’on le sent. On se sent très apprécié dans cette équipe. »

En matière de climat, c’est un sacré contraste avec Toronto ! Comment se passe votre adaptation à la vie à San Antonio ?

« Ça va me prendre encore un peu de temps. Je viens d’une équipe qui était dans le Grand Nord où il faisait super froid, et une grande ville à San Antonio qui est beaucoup plus petit et étalé. Et où il fait super chaud ! Je suis encore en train de m’y habituer. »

Sur le parquet, comment vous sentez-vous au sein du collectif ?

« Ça va de mieux en mieux chaque jour. Il y a encore beaucoup de progrès à faire et une cohésion à trouver avec mes coéquipiers. Chaque match, chaque minute m’aide à m’adapter à ce nouveau style de jeu et à mes nouveaux coéquipiers. »

Quel est l’aspect le plus difficile dans cette adaptation express : plutôt l’attaque ou la défense ? 

« Ce ne sont pas tellement les systèmes de jeu que le style de jeu en lui-même. On fait beaucoup de post up ici et je n’ai pas encore les bons réflexes. A Toronto, on ne jouait quasiment pas en post up… C’est simplement un autre type de jeu, surtout en attaque. En défense, ça va mieux même si je me pose encore beaucoup de questions. Ce sont des nouvelles rotations à apprendre pour moi. Ça ne me vient pas encore immédiatement mais c’est normal, ça va prendre un peu de temps. »

« Face à Tim, j’ai commencé doucement car j’avais trop de respect pour lui »

Vous êtes titulaire sur ce début de saison, est-ce aussi une autre difficulté ? 

« Être titulaire est nouveau pour moi, mais ce n’est pas un grand changement en tant que tel. Ce qui l’est plus par contre, ce sont les joueurs contre qui je joue maintenant. Et puis les joueurs avec qui je joue aussi. Ça va me demander un temps d’adaptation. »

Vous avez Pau Gasol comme coéquipier, un pivot européen avec une immense carrière. Est-il votre mentor officiel ?

« Pour sûr ! Il y a Pau mais il y a aussi LaMarcus et Tim [Duncan]. Ces gars-là me donnent plein de conseils à chaque entraînement. C’est énorme de pouvoir avoir ces gars autour de moi pour m’aider au quotidien. Et même sans me parler, juste à les observer et voir comment ils jouent. »

Vous mentionnez Tim, comment s’est passée votre première interaction avec lui ?

« C’était forcément impressionnant, c’est clair. Mais il était super sympa. La première fois, c’était pendant un trois contre trois. Au début, j’ai commencé doucement car j’avais trop de respect pour lui. Et puis, au fur et à mesure du match, je me suis mis à jouer dur. Ce n’est que du basket et c’est un autre joueur… Il y a évidemment beaucoup de choses que je peux apprendre avec lui. »

Au final, quel joueur va vous manquer le plus à Toronto ? Pascal Siakam peut-être, votre collègue dans le second cinq des Raptors ?

« Pascal est mon pote, c’est clair. Tous les gars vont me manquer [DeMar DeRozan passe alors par là et nous glisse un : ‘j’adore Pascal ! Il est épicé !’]. On avait un super groupe de gars là-bas et ça va me manquer. Mais il faut tourner la page et avancer. »

Propos recueillis à Portland

Un anniversaire très « classique »

Né un 15 octobre, Jakob Poeltl a eu la surprise d’entendre du Schubert la semaine dernière à l’entraînement pendant que ses coéquipiers lui chantaient « Happy Birthday ». « Je pense que mon père aurait encore plus apprécié que moi » avait réagi l’ancien Raptor à propos du choix musical de Gregg Popovich. « Mais c’est génial que le coach y ait pensé, l’attention du détail, et bien sûr l’humour qu’il y a derrière ça. J’ai le sentiment que c’est ce qui fait que Pop et les Spurs en général sont uniques. »

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *