Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Russell Westbrook vit dans un autre monde

Russell WestbrookAuteur d’un triple double avec 30 points, 10 rebonds et 13 passes, Russell Westbrook a encore mangé la feuille avec une colonne de tirs à 10/31 ! Ça donne un pourcentage de 32%. Et sur la série, le meneur du Thunder tourne à 34% de réussite (44/128).

Pourtant, ça n’empêche pas Westbrook de continuer à croire qu’il fait les bons choix dans sa sélection de tirs.

Plus à une contre-vérité près…

« Oui. Je peux trouver de meilleures positions de tirs mais parfois il faut tout simplement attaquer, peu importe ce qui se passe ou le moment du match. Il faut rester agressif en permanence. Ils me donnent le tir à 5 mètres, alors je le prends. Je le mets neuf fois sur dix. »

Voilà, le mot est lâché : Russell Westbrook est donc un illuminati qui croit encore qu’il peut rentrer son tir en périphérie 9 fois sur 10! La réalité du terrain est toute autre mais le 0 du Thunder n’en a cure: il continue à vendanger car il est persuadé que c’est le meilleur choix pour son équipe.

Son assertion est éclairante à plus d’un titre car si elle confirme donc que Westbrook est un grand malade du tir aux pigeons, elle semble également indiquer que les consignes du coaching staff sont floues. Quand Westbrook dit effectivement qu’il faut continuer à attaquer à tous les moments du match, c’est encore une contre-vérité. Rester agressif oui; shooter à tout va, non!

Durant le 27-6 qui a ramené OKC au contact à cheval sur le troisième et le quatrième quart, le Thunder a pu développer le jeu offensif alléchant qu’on lui a connu toute la saison régulière. Westbrook avait alors eu la bonne idée de lâcher la gonfle à plusieurs reprises en trouvant Ibaka ou Butler dans les intervalles. En l’occurrence, l’agressivité de Westbrook s’est alors traduite par de multiples décalages en sortie d’écran dont il a pu profiter pour créer pour ses partenaires… puis ensuite, pour lui-même.

Westbrook dévore le jeu de son équipe

Mais, avec la pression de la fin de match, cette embellie du collectif du Thunder a pris fin pour laisser place au triste one-man-show des individualités d’OKC.

Mais que ce soit Westbrook ou Durant, tout All Star qu’ils sont, aucun n’a pu venir perturber la défense collective des Grizzlies. Forçant le quadruple meilleur scoreur de la ligue à un rôle de simple poseur d’écrans à l’opposé du jeu (avec la cruelle image, ci-dessus, les mains sur les genoux), Westbrook monopolise non seulement la balle pour un résultat médiocre mais il brise toute possibilité de jeu collectif pour son équipe.

Phénomène physique sans précédent au poste de meneur, Russell Westbrook a encore beaucoup à apprendre. Il doit non seulement être capable de contenir son énergie mais il doit surtout apprendre à choisir ses moments.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oklahoma City Thunder en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés