NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
DAL
MIN2:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • DAL1.86MIN1.95Pariez
  • IND3.4BOS1.29Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Bronny James : « Je ne veux pas être uniquement identifié comme le fils de LeBron James »

Draft 2024 – Invité au Draft Combine pour montrer son potentiel aux recruteurs, Bronny James veut tracer sa propre voie vers la NBA.

Bronny JamesSa parole est rare, et c’est même la première fois qu’il s’exprime aussi longuement devant la presse. C’est même la première fois qu’il s’exprime tout court cette saison, puisque ses « conseillers » lui avaient demandé de ne pas accorder d’interview après son retour sur les terrains. Invité au Draft Combine, Bronny James a répondu à des questions sur ses ambitions, son père évidemment, mais aussi ses modèles. Et d’abord, il prévient que, contrairement à son papa, sa priorité est d’aller en NBA, et non de jouer avec lui.

« Je serais heureux d’arriver en NBA plutôt que de penser à jouer avec mon père », a déclaré Bronny James. « Ce n’est pas du tout mon état d’esprit. J’essaie simplement de travailler et de voir où cela me mènera ».

Simplement se faire un prénom

Pour lui, le plus important, c’est de tracer sa propre voie, et de se faire un prénom. « Bronny n’est qu’un surnom que l’on m’a donné quand j’étais plus jeune. Mais dans tout ce qui accompagne mon père, les gens essaient de me lier à lui et à toute la grandeur qu’il a accomplie. Je n’ai encore rien fait, et j’ai le sentiment qu’il y a un gouffre entre Bronny et LeBron. Tout le monde a déjà entendu cela, mais je veux juste que les gens sachent que je m’appelle Bronny James et je ne veux pas être uniquement identifié comme le fils de LeBron James. Ce serait formidable. »

À 19 ans, Bronny James a encore la possibilité de revenir en NCAA. Il a jusqu’au 29 mai pour faire marche arrière ou, au contraire, foncer vers le basket professionnel. Avec ses 4.8 points, 2.8 rebonds et 2.1 passes de moyenne avec USC, il part de très loin. Mais le plus important, c’est qu’il rejoue, et les tests physiques imposés par la NBA ont confirmé que ses soucis cardiaques n’étaient plus qu’un mauvais souvenir.

Jrue Holiday et Derrick White comme modèles

« C’était une période difficile, c’est clair… Mais tout le travail que j’ai accompli m’a permis de devenir quelqu’un qui n’abandonne jamais, et cela a payé. J’ai bossé après ça, et je suis de retour là où je veux être. Encore une fois, je suis juste très reconnaissant d’avoir l’opportunité d’être sur le terrain. »

Parmi ces modèles, uniquement des « combo guards » défensifs : Jrue Holiday, Derrick White et Davion Mitchell.

« Mon boulot, c’est d’avoir un rôle et de jouer comme il faut. Faire en sorte d’impliquer mes coéquipiers, et des choses comme ça » conclut-il, conscient que son avenir est dans un costume de « role player ».

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités