Matchs
NBA hier
Matchs
hier
IND102
BOS105
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Adam Silver fait le point sur la possible arrivée des fonds souverains en NBA

NBA – Qatar, Arabie saoudite ou encore Emirats Arabes Unis ont le feu vert pour prendre des participations dans des franchises. Sauf que la NBA a posé un cadre bien étanche.

arabie saouditeÀ l’exception de Newcastle en Premier League, l’Arabie saoudite n’a pas encore effectué de grosses prises dans le domaine du sport. Contrairement au Qatar ou aux Emirats Arabes Unis, les investisseurs saoudiens se sont positionnés sur la Formule 1, les Jeux Asiatiques d’Hiver et le golf. Ils ont d’ailleurs réussi leur coup puisque ce mois de juin est marqué par la fusion du PGA Tour et le LIV Golf, les deux ligues professionnelles de golf.

Qu’en est-il de la NBA puisque les fonds souverains ont désormais le feu vert pour des prises de participation ?

« Lorsque les Saoudiens investissent dans le sport, cela suscite une attention particulière », reconnaît Adam Silver. « Je ne veux pas m’en plaindre, car nous voulons attirer l’attention. D’un autre côté, et on pourrait dresser une liste, ils investissent dans certaines des plus grandes entreprises américaines. Certaines des marques les plus connues bénéficient de leurs investissements. Je pense aussi que c’est une arme à double tranchant. »

Pas de « sportwashing » en NBA ?

« A double tranchant » car on parle de « soft power » et de « sportwashing« . En d’autres termes, ces investissements ne seraient que des outils de propagande pour améliorer sa réputation, se placer en partenaire financier et donc indirectement faire taire les accusations de violations des droits de l’homme.

« La Coupe du monde de football a attiré l’attention sur le Qatar. Les gens découvrent ces pays, apprennent ce qui se passe dans le monde par des moyens qu’ils n’auraient pas autrement. Je pense donc que les médias font leur travail » estime Adam Silver. « Mais … en ce qui concerne spécifiquement la NBA, qui est un sport mondial, je pense que les gens sont un peu trop dédaigneux de nos jours quant aux avantages qui découlent de la communauté autour du sport. Avec un sport comme le basket-ball – et nos Finals sont diffusées pratiquement partout dans le monde et ce sport est pratiqué partout dans le monde – c’est une occasion de rassembler les gens ».

Pas de contrôle total des franchises

Concrètement, et alors que la NBA a mis un pied aux Emirats Arabes Unis en présaison, est-ce qu’il y aura bientôt une franchise NBA sous bannière saoudienne ou qatarie ? Impossible puisque Adam Silver en rappelle les règles : à l’instar des fonds d’investissement privés, les fonds souverains ne peuvent détenir plus de 20% d’une équipe.

« Nous autorisons les fonds à investir dans des équipes, mais pas à les contrôler, ni à avoir une influence sur elles » répète Adam Silver. « Pour posséder une équipe de la NBA, il faut donc qu’une personne détienne un certain pourcentage de l’équipe pour la contrôler. » 

Pour l’instant, aucun fonds souverain ne s’est manifesté pour prendre une participation dans une franchise. Peut-être justement parce que c’est limité à 20%, et qu’ils ne peuvent pas, comme dans le football, en prendre le contrôle.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités