Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

À Chicago, Billy Donovan veut faire renaître une franchise « iconique »

Recruté il y a quelques jours, l’ancien coach du Thunder est enthousiaste à l’idée de partir sur un projet neuf avec les Bulls.

Ce jour-là, il décide de prendre la route. Un réveil à sept heures du matin et un départ en voiture pour avaler les centaines de kilomètres qui séparent Oklahoma City de la Floride, là où sa famille l’attend. La veille, Billy Donovan a annoncé son départ du Thunder. Il s’imagine sans doute pouvoir souffler quelques jours auprès de ses proches.

Mais c’est là qu’il reçoit un coup de fil d’Arturas Karnisovas, le vice-président des Bulls. Il veut le voir, au plus vite, ce vendredi. Billy Donovan lui répond qu’il vient de conduire 17 heures et lui demande si ça peut attendre le lundi suivant. Arturas Karnisovas et Marc Eversley, le nouveau GM de Chicago, n’ont pas le temps de patienter.

Ni une, ni deux, ils gagnent à leur retour la Floride pour aller à la rencontre du coach. C’est dire si le staff des Bulls ne voulait pas passer à côté de l’opportunité… Le premier échange en personne entre les deux parties va ainsi durer cinq heures et demi. « Arturas avait fait énormément de recherches sur moi et il voulait que j’en fasse autant sur lui, » décrit Billy Donovan. « Leurs valeurs étaient vraiment importantes pour moi. »

Son CV a convaincu les Bulls

« Une fois qu’il est devenu disponible, nous avons cherché sans relâche à maintenir la communication avec Billy et prouver que nous étions le bon point de chute pour lui, » note Arturas Karnisovas. « Et nous avons réussi. »

Pourquoi un tel engouement pour ce technicien, arrivé troisième du vote pour le coach de l’année ? « Au-delà de son discours lors de nos rencontres, son parcours parle pour lui, » rétorque le dirigeant des Bulls. « Il n’a donc pas eu à nous prouver qu’il est capable de construire un projet pour le mener à bien. Je pense qu’il suffit de regarder son CV pour s’en rendre compte, donc il s’agissait plutôt de vendre notre vision. »

Chicago a été séduit par le bilan de Billy Donovan, qui a d’abord remporté deux titres NCAA en 2006 et 2007 avec les Florida Gators. Avant de gagner la grande ligue, sans jamais y avoir été assistant, où il n’a connu que le Thunder.

Cinq saisons à Oklahoma City marqué par un joli bilan en saison régulière (49 succès en moyenne et 61% de victoires en 400 rencontres) mais plus mitigé en playoffs : cinq qualifications de suite avec une finale de conférence puis quatre éliminations consécutives au premier tour.

Une franchise « iconique »

Les Bulls, aussi, avaient des arguments pour séduire. « L’histoire, la franchise, ce que les Bulls ont apporté au basket dans le monde entier, » énumère Billy Donovan, qui n’a pas encore rejoint l’équipe à son mini-camp. « C’est une franchise iconique, et le fait de participer à sa reconstruction était certainement très, très attirant et excitant. Je sais que cela va demander beaucoup de travail. »

Il ajoute : « Je n’ai jamais été un gars qui arrive avec un plan sur deux ou trois ans. Je me suis toujours demandé comment on pouvait s’améliorer à l’instant T. Il faut que tout le monde avance dans la même direction et que chacun rende l’autre meilleur. »

On ne sait pas à quel point cette philosophie a pu peser dans les discussions avec son ancien club.

« Certaines choses ont été mises en avant sur ce que je ressentais à propos d’une reconstruction ou non, ou le fait que je cherchais une équipe prête à l’emploi. Mais c’était beaucoup plus important pour moi, sachant que mon temps était terminé là-bas, de connaître la situation à venir. OKC a été incroyablement ouvert et honnête avec moi et j’apprécie vraiment cela de la part de la franchise et de Sam (Presti, le GM). Mais je pense que ces conversations doivent rester là où elles sont. »

Zach LaVine se renseigne auprès de Joakim Noah

Billy Donovan doit désormais partir à la rencontre d’un nouveau groupe, dont Zach LaVine est la figure de proue. Ce dernier, qui a déjà évolué sous cinq coaches… en six saisons (Flip Saunders, Sam Mitchell, Tom Thibodeau, Fred Hoiberg et Jim Boylen), a voulu rapidement récupérer le numéro de l’entraîneur pour le saluer.

Pour en apprendre davantage sur lui, l’arrière a également contacté d’autres joueurs qui ont joué sous ses ordres, dont un certain Joakim Noah, un ancien de Florida.

« J’ai entendu dire que Billy est très agréable à vivre. C’est quelqu’un qui vous guide dans la bonne direction, qui ne tourne pas autour du pot, vous donne une réponse directe. J’ai entendu Joakim dire qu’il a été plus qu’un entraîneur pour lui, cela en dit long. Tout le monde est hyper enthousiaste. Cela montre bien ce qu’Arturas et Marc apportent : le fait d’élever cette franchise dès maintenant » conclut ainsi l’arrière.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chicago Bulls en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés