Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Le propriétaire des Pistons réfléchit à d’éventuels changements

Detroit pointe à la 11e place à l’Est avec 34% de victoires et une spirale de blessures qui n’en finit plus. Pour le propriétaire du club, Tom Gores, l’heure est à la réflexion.

Le fait que Sekou Doumbouya ait effectué ses grands débuts en tant que titulaire avec Detroit cette nuit est une belle nouvelle pour le basket français. Pour les Pistons en revanche, même si le rookie de 19 ans a tenu la route, c’est mauvais signe, la présence de l’ancien Limougeaud sur le parquet étant notamment due à une cascade de blessures.

Depuis le début de saison, la formation de Dwane Casey n’a pas été épargnée sur ce point et à l’arrivée, après 35 matchs de saison régulière, Detroit pointe à une inquiétante 11e place à l’Est (12v-23d).

Tout est possible…

Comme il l’avait fait l’an dernier, presque à la même époque, alors que ses protégés étaient également dans le creux de la vague (avant de se qualifier pour les playoffs), le propriétaire Tom Gores a évoqué la situation de son équipe, partagé entre fatalité et volonté d’aller de l’avant.

« On a eu des difficultés avec la santé de nos joueurs et tout le reste qu’on pensait pouvoir gérer un peu mieux, » a-t-il déclaré à la mi-temps du match face aux Clippers cette nuit, disputé sans Reggie Jackson, Luke Kennard, Markieff Morris et Blake Griffin. « On a beaucoup de travail. On ne gagne pas, et le bilan est ce qu’il est, donc on doit continuer à aller de l’avant. »

Malgré quelques renforts significatifs à l’intersaison, censés bonifier le groupe, les Pistons se retrouvent dans une situation encore plus délicate que la saison dernière au même moment.

« On voulait ménager les minutes de certains et mettre en place des choses de ce genre, mais on a joué de malchance, » poursuit-il. « En même temps, les autres équipes aussi doivent faire face aux imprévus. Il faut savoir passer outre. Les blessures, ça arrive, même si on a eu notre lot cette année. Mais on doit construire une équipe qui puisse gérer ces aléas. »

D’ici le 6 février, date de la fin de la période des transferts, le propriétaire des Pistons envisage tous les scénarios. « On doit tout examiner parce qu’on ne gagne pas. Quand vous ne gagnez pas, pour moi, vous devez tout envisager. Tout le monde ferait ça. Dans le mois qui vient, on va sans doute se réunir et discuter de tout ça. »

Quid de Blake Griffin et Andre Drummond ?

Parmi les points négatifs et sources d’interrogation, difficile de ne pas évoquer le cas de Blake Griffin, qui a manqué la moitié des matchs depuis le début de saison et n’est que l’ombre de lui-même lorsqu’il est sur le terrain, affichant de loin ses pires statistiques en carrière.

Alors qu’il reste deux (grosses) années de contrat à l’ex-intérieur des Clippers, Tom Gores a indiqué qu’il ne réfléchissait pas à l’idée de se séparer de celui qui est censé être le joueur majeur de l’équipe.

« Non, on n’en est pas aussi loin. On va le réévaluer dans la semaine qui vient. C’est un soldat, » rappelle-t-il. « S’il pouvait jouer, vous savez qu’il serait sur le terrain. Donc ce que je pense, c’est donnons lui quelques jours de repos et voyons ce qu’il se passe. »

Tom Gores a également été invité à s’exprimer sur le cas d’Andre Drummond qui dispose d’une « player option » pour 2020-2021, et pourrait donc faire le choix de tester le marché dès cet été. « Il va devoir faire son choix. Je veux dire, c’est un super joueur. Donc on verra. Toutes ces choses sont des inconnues, et c’est difficile de faire le tri avec tout ça, mêlé à notre malchance du point de vue de la santé. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Detroit Pistons en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés