Matchs
hier
Matchs
hier
ORL112
PHI97
CHA117
MEM119
BOS140
WAS133
HOU102
LAC93
MIN129
SAS114
LAL87
GSW71
POR77
TOR82
Pariez en ligne avec Unibet
  • CLE2.14MIA1.71Pariez
  • MIL1.1CHI7Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les matches d’entraînement, la passion de Doc Rivers

Le coach des Clippers multiplie les oppositions à cinq-contre-cinq à l’entraînement, même en cours de saison, car ça permet de responsabiliser les joueurs mais aussi aux remplaçants de tirer l’équipe vers le haut.

« Scrimmage ». C’est le nom donné aux matches d’entraînement à cinq-contre-cinq, et Doc Rivers révèle qu’il ne réserve pas uniquement ça à la présaison. Le coach des Clippers adore ce type d’opposition, et il est plus ou moins frustré en ce moment puisqu’il ne peut pas compter sur Paul George.

« Je suis à fond pour que cette équipe le fasse, mais je pense que c’est un petit peu différent car Paul George ne sera pas là pour les dix premiers matches, et ce sera un peu plus compliqué de le faire » reconnaît-il à USA Today avant de donner des détails sur sa méthode de travail.

Doc Rivers explique ainsi que samedi, il a mis en place une opposition avec trois minutes au chrono pour mettre ses joueurs dans des conditions d’une fin de match serrée. « En match, on joue rarement plus de trois minutes de suite sans arrêt de jeu » se justifie-t-il. « Avec des joueurs intelligents, ils trouvent des solutions. Au final, je dis toujours à mes joueurs que s’il reste dix secondes à jouer, et qu’ils ont besoin d’un panier, je ne crois pas qu’un coach a besoin de leur dire ce qu’il faut faire ».

Pour le coach, un match d’entraînement permet aussi de créer de la cohésion entre les joueurs, mais aussi de se montrer. « Plus vous faites des scrimmages, plus vous pouvez essayer de combler votre retard et récupérer du temps de jeu. Vous ne pouvez pas le faire en match. On peut essayer de le faire en jouant à l’entraînement sur des situations. Plus on met nos équipes dans ces situations, plus je pense qu’au fil de l’année, on progresse tous ».

Doc Rivers raconte ainsi qu’à Boston, les entraînements étaient extrêmement intenses car les remplaçants voulaient envoyer un message à Paul Pierce, Kevin Garnett et Ray Allen, et ça tirait toute l’équipe vers le haut.

De cette époque, il a retenu une chose : il ne faut pas laisser les joueurs s’auto-arbitrer lors de ces oppositions. Il explique ainsi que Paul Pierce était insupportable, réclamant faute sur faute, au point que les joueurs ne lui faisaient plus de passes pour ne pas perdre de temps…

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés