Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Comment Lou Williams a accepté son rôle de sixième homme

Le remplaçant le plus prolifique de l’histoire revient sur sa carrière et comment il a accepté ce rôle de sixième alors même qu’avec son talent, il serait titulaire quasiment partout.

En devenant le meilleur marqueur de l’histoire des remplaçants, Lou Williams, actuellement au sommet de son art, a couronné sa belle carrière faite de sacrifices.

Lui-même l’affirme : sa carrière n’aurait pas connu une telle trajectoire sans avoir décidé d’assumer cette place sur le banc. Son premier match sur le banc est le premier de sa carrière, le 2 novembre 2005.

« Pour être honnête, j’aurais probablement terminé ma carrière si je n’avais pas accepté ce rôle de remplaçant », confesse Lou Williams. « Pourquoi ? Parce que je serais allé chercher quelque chose pour quelqu’un d’autre, mais sans doute pas pour moi. Il a fallu que j’accepte ça, pour moi et ma carrière. »

La légende Allen Iverson le freine à deux reprises

Il faut rappeler que le lycéen Williams débarque à Philadelphie en 2005-2006, où Allen Iverson règne. Meilleur marqueur de la ligue la saison précédente, « The Answer » terminera l’exercice avec 33 points de moyenne ! Impossible alors de bouleverser la hiérarchie. Même après le départ de « A.I » vers Denver, il reste sixième homme chez les Sixers, jusqu’au 28 octobre 2009.

Dès lors, Lou Williams est enfin titulaire. Sauf qu’une blessure à la mâchoire et le retour d’Iverson le propulsent à nouveau sur le banc. Première occasion manquée mais première prise de conscience.

« Allen Iverson fut la raison pour laquelle je suis sorti du banc. Quand il est revenu à Philadelphie, j’étais dans une bonne dynamique et je me suis blessé quand il est arrivé. Il a récupéré la place de titulaire et ça a solidifié ma place de sixième homme. Comme il était un Hall of Famer, un MVP, je ne pouvais pas m’attendre à ce qu’il accepte un rôle de remplaçant. »

L’important, c’est de conclure

Dans sa longue carrière de 923 matchs avec six équipes, Lou Williams n’aura donc commencé que 109 rencontres, soit moins de 12%. Les succès individuels de Jamal Crawford, triple sixième homme de l’année, ainsi que ses responsabilités au fil des saisons vont le convaincre définitivement d’être un sixième homme d’exception plutôt qu’un titulaire quelconque.

Au détriment des conseils de sa famille et de son entourage.

« Il faut le vivre individuellement. On commence à parler à sa famille et personne ne va alors vous dire d’accepter ce rôle de remplaçant. Ils vont vous soutenir que vous devez être un titulaire, une star. C’est l’adversité que j’ai dû affronter en début de carrière. Si on veut faire partie d’une équipe, être un joueur d’équipe, on l’accepte. On entend toujours ces clichés : ‘je ferai tout pour aider l’équipe à gagner’. J’ai été mis dans cette position. Il fallait que je la vive. C’est un des éléments dont je suis le plus fier. Je veux qu’on se souvienne de moi comme d’un joueur d’équipe et pas un joueur égoïste. »

On se souviendra surtout d’un scoreur fabuleux, capable de prendre feu en quelques secondes, et d’un joueur d’impact dans le money-time. La logique est connue : pas la peine de commencer les rencontres si on ne les termine pas. « J’ai commencé à faire des gros matchs, à les finir et à mettre des gros shoots. J’ai réalisé que ce n’est pas une obligation de commencer les matchs pour avoir de l’impact dessus. J’en suis arrivé au point où les équipes ne veulent pas me voir rentrer sur le terrain. »

Lou Williams Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2005-06 PHL 30 5 44.2 22.2 61.5 0.1 0.5 0.6 0.3 0.4 0.2 0.4 0.0 1.9
2006-07 PHL 61 11 44.1 32.4 69.6 0.3 0.9 1.2 1.8 0.7 0.4 0.8 0.0 4.3
2007-08 PHL 80 23 42.4 35.9 78.3 0.5 1.6 2.1 3.2 1.6 1.0 1.6 0.2 11.5
2008-09 PHL 81 24 39.8 28.6 79.0 0.4 1.6 2.0 3.0 1.6 1.1 1.9 0.2 12.8
2009-10 PHL 64 30 47.0 34.0 82.4 0.4 2.5 2.9 4.2 1.7 1.3 1.7 0.2 14.0
2010-11 PHL 75 23 40.6 34.8 82.3 0.4 1.6 2.0 3.4 1.7 0.6 1.4 0.2 13.7
2011-12 PHL 64 26 40.7 36.2 81.2 0.5 2.0 2.4 3.5 1.4 0.8 1.1 0.3 14.9
2012-13 ATL 39 29 42.2 36.7 86.8 0.2 1.9 2.1 3.6 1.4 1.1 1.9 0.3 14.1
2013-14 ATL 60 24 40.0 34.2 84.9 0.2 1.9 2.1 3.5 1.1 0.8 1.5 0.1 10.4
2014-15 TOR 80 25 40.4 34.0 86.1 0.3 1.6 1.9 2.1 1.3 1.1 1.3 0.1 15.5
2015-16 LAL 67 29 40.8 34.4 83.0 0.5 2.1 2.5 2.5 1.6 0.9 1.6 0.3 15.3
2016-17 * All Teams 81 25 42.9 36.5 88.0 0.3 2.2 2.5 3.0 1.1 1.0 2.0 0.3 17.5
2016-17 * LAL 58 24 44.4 38.5 88.4 0.2 2.0 2.3 3.2 1.2 1.1 2.1 0.2 18.6
2016-17 * HOU 23 26 38.6 31.8 86.7 0.5 2.5 3.0 2.4 1.1 0.7 1.7 0.4 14.9
2017-18 LAC 79 33 43.5 35.9 88.0 0.5 2.0 2.5 5.3 1.3 1.1 3.0 0.2 22.6
2018-19 LAC 75 27 42.5 36.1 87.6 0.5 2.4 3.0 5.4 1.1 0.8 2.4 0.2 20.0
2019-20 LAC 60 29 41.6 36.3 86.3 0.5 2.6 3.1 5.7 1.3 0.7 2.9 0.2 18.7
Total   996 25 42.0 35.0 84.0 0.4 1.9 2.3 3.5 1.3 0.9 1.7 0.2 14.5

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LA Clippers en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés