Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Draft 2017 : le Top 5 des pivots

Avant la Draft, qui aura lieu dans la nuit de jeudi à vendredi (à partir de 1h00 du matin, heure française), Basket USA fait le point sur les cinq meilleurs joueurs à chaque poste. Après les meneurs, poste fort de la promotion avec notamment le français Frank Ntilikina, les arrières et les ailiers et les ailiers forts, place aux pivots.

Cette année, pas de monstres annoncés sous le cercle, dans une promotion dominée par les meneurs et les ailiers. Y a-t-il de bonnes pioches à faire parmi les pivots ? Peut-être, à condition toutefois d’être assez patient…

LES PIVOTS

Preuve que les pivots de la promotion sont avant tout des prospects, c’est Zach Collins qui intrigue le plus les scouts. À Gonzaga, il était pourtant en couveuse derrière Przemyslaw Karnowski et n’a eu l’occasion de s’illustrer que sur de courtes séquences. Il a néanmoins pu exprimer son talent, comme lors de la demi-finale de la March Madness, où il a compilé 14 points, 13 rebonds et 6 contres en 23 minutes de jeu !

Si Zach Collins intéresse autant les franchises, c’est que son jeu n’a pas de faille décourageante. Offensivement, il sait jouer le pick-and-roll et peut provoquer des fautes, avec également un bon shoot à mi-distance. Défensivement, il bouge bien et sait se placer dans les rotations ou pour contrer en deuxième rideau. Néanmoins, il n’est pas un monstre athlétique et risque de ne pas être très intimidant en NBA, à cause d’une envergure limitée, ce qui pourrait forcément limiter son impact à l’étage supérieur.

Derrière, Justin Patton aura également besoin de temps. À Creighton, il a montré qu’il avait les atouts physiques pour s’adapter au jeu NBA. Avec sa taille et sa mobilité, il pourrait profiter d’un bon meneur sur pick-and-roll pour devenir un solide pivot. Pour cela, il faudra également qu’il progresse en défense, où il a pu montrer qu’il était capable de protéger le cercle et d’être intimidant, mais où ses sautes de concentration entachent le tableau. De plus, il devra progresser au rebond et aux lancers.

Quant à Bam Adebayo, Jarrett Allen et Ike Anigbogu, ce sont trois phénomènes physiques qui ont le potentiel pour avoir un impact en NBA. Le premier est un intérieur énergique qui fait des dégâts près du cercle. Bon rebondeur, notamment au niveau offensif, il a les capacités physiques pour devenir un protecteur de cercle, à condition qu’il se donne toujours à fond et qu’il développe ses instincts défensifs.

Jarrett Allen a lui un peu plus de potentiel offensif que son homologue de Kentucky. Plus long et fluide, il peut dans l’idéal véritablement peser des deux côtés du terrain. En contrepartie, il manque de puissance et s’est souvent fait bouger face à des joueurs plus physiques et volontaires que lui, car il a aussi tendance à refuser le combat.

Enfin, Ike Anigbogu a lui les armes physiques pour être un des meilleurs protecteurs de cercle, grâce notamment à son envergure. Excellent contreur, capable de renvoyer les ballons des deux mains, il est également extrêmement volontaire, n’hésitant pas à se jeter sur les ballons qui traînent. Ça le pousse à faire pas mal de fautes et son jeu offensif est extrêmement réduit, pour ne pas dire limité aux dunks. Il lui faudra donc plus pour véritablement exister en NBA.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés