Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Draft 2017 : le Top 5 des ailiers forts

Avant la Draft, qui aura lieu dans la nuit de jeudi à vendredi (à partir de 1h00 du matin, heure française), Basket USA fait le point sur les cinq meilleurs joueurs à chaque poste. Après les meneurs, poste fort de la promotion avec notamment le français Frank Ntilikina, les arrières et les ailiers, on s’intéresse aux ailiers forts.

Avec l’avènement du « small ball » en NBA, c’est peut-être le poste qui a subi le plus de changements ces dernières années en NBA. Désormais, les ailiers doivent pouvoir se décaler à l’intérieur et les intérieurs classiques se retrouvent également très souvent au poste de pivot. Dans ces conditions, il n’existe donc plus vraiment de poste 4 « purs »…

LES AILIERS FORTS

Dans cette promotion, Lauri Markkanen est sans aucun doute le prospect le plus intéressant. Le Finlandais a tous les atouts du « stretch four » capable de s’écarter pour punir les défenses. Fluide pour sa taille, avec un shoot aiguisé, l’ancien d’Arizona est dans la lignée des Dirk Nowitzki, Kevin Love et autres Ryan Anderson… Offensivement, il n’y a donc pas trop de doutes sur sa capacité à s’adapter en NBA et c’est donc en défense que les interrogations se posent.

Défenseur moyen, Lauri Markkanen aura forcément besoin de prendre du muscle et de travailler sur ses déplacements pour pouvoir sortir sur les extérieurs en cas de changement défensif. De plus, ses difficultés au rebond en NCAA, malgré sa taille, inquiètent également.

Derrière, John Collins et T.J. Leaf ont également des profils d’attaquants dont les qualités défensives interrogent. Le premier, qui sort de Wake Forest, est un scoreur intérieur avec une belle variété de moves poste bas. Très malin dans ses déplacements, notamment sur le pick-and-roll, et agressif au rebond offensif, il rappelle Enes Kanter, en plus explosif. Comme le Turc, il semble par contre limité en défense, avec un manque d’envie et de fondamentaux qui pourraient être très handicapants.

T.J. Leaf est davantage dans un profil « à la David Lee », plus dans le shoot que dans le travail au poste. Adroit et bon passeur, l’intérieur d’UCLA semble lui aussi limité en défense, la faute à un manque d’envergure et de détente qui devraient limiter ses capacités d’intimidateur. Dans la NBA actuelle, son profil d’intérieur scoreur semble donc le destinée à un rôle de complément, sûrement en sortie de banc.

De son côté, D.J. Wilson est un ancien arrière qui a grandi tard. L’intérieur de Michigan a donc un excellent dribble pour un joueur de sa taille et son jeu est avant tout périphérique. Fluide, il a un profil désormais très recherché par les franchises, à savoir celui d’un joueur capable de prendre le rebond et de mener la contre-attaque. Le problème, c’est qu’il semble toujours avoir une mentalité d’arrière, hésitant à se frotter aux autres grands dans la peinture et évitant au maximum les contacts. De plus, il doit progresser sur son sens de la passe pour espérer adopter ce rôle.

Enfin, Ivan Rabb semble de son côté un peu coincé entre le poste d’ailier fort et de pivot. Dans l’absolu, et dans le jeu actuel, le monsieur « double double » de California devrait sans doute se décaler sous le cercle mais son manque de puissance et d’explosivité pourrait l’obliger à rester ailier fort. C’est en tout cas un attaquant correct et surtout un excellent rebondeur, une capacité qui se traduit généralement assez bien entre la NCAA et la NBA. Défensivement, il va par contre devoir faire de gros progrès pour pouvoir tenir les ailiers forts adverses en vitesse, et les pivots en puissance.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés