Pariez en ligne avec Unibet
  • NEW1.73UTA2.12Pariez
  • LOS1.75LA 2.08Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Draft 2017 : notre Mock Draft 2.0

Comme tous les ans, nous vous proposons une Mock Draft évolutive avec plusieurs versions en fonction des rumeurs et de l’évolution de la cote des joueurs. Après notre Mock Draft 1.0, voici notre deuxième version actualisée !

L’occasion avant tout de présenter les meilleurs joueurs de la prochaine promotion en NBA.

#1 BOSTON CELTICS

Le choix : Markelle Fultz (pour l’échanger)

Rien n’est encore définitif mais les rumeurs d’un échange entre les Celtics et les Sixers semblent quasiment actées. Boston n’a en effet pas besoin d’un meneur de jeu supplémentaire et Danny Ainge peut se servir de l’attrait de Markelle Fultz pour récupérer d’autres excellents choix de Draft pour attirer une autre star.

Dans ces conditions, un « trade down » avec Philadelphie a du sens, les Celtics récupérant le 3e choix de la Draft plus le choix des Lakers pour l’an prochain pour offrir un superbe package (en complément d’un ou deux joueurs, comme Jae Crowder) aux équipes avec un All-Star disponible. Evidemment, la piste vers Jimmy Butler est celle qui vient en premier à l’esprit, mais on peut également penser à Paul George…

Markelle Fultz semblait lui bien se voir à Boston mais son avenir pourrait bel et bien se dessiner à Philadelphie, aux côtés de Ben Simmons ou encore Joel Embiid. Voilà un trio qui a de quoi rendre enthousiaste les fans des Sixers.

Les alternatives : Markelle Fultz (pour le garder)

Danny Ainge peut néanmoins refaire le coup de l’an passé et décider de garder son choix. Il faut dire que Markelle Fultz a du talent. Et s’il n’a pas participé à la March Madness après une saison collective ratée, le prospect a tous les atouts du meneur moderne : de la taille, un shoot, un sens de la passe et du jeu qui lui permettent de briller sur le pick-and-roll. Et quand on sait l’importance que ce système a désormais dans la ligue.

En contrepartie, et malgré sa taille et son envergure, il va devoir travailler en défense pour éviter les sautes de concentration et que sa nonchalance ne contamine son jeu.

#2 LOS ANGELES LAKERS

Le choix : Lonzo Ball

Alors qu’il y a quelques semaines, l’avenir de Lonzo Ball semblait écrit aux Lakers, c’est désormais beaucoup moins sûr. Malgré les qualités du meneur, l’équipe californienne multiplie les rencontres et semble très intéressée par Josh Jackson. Avec sa vision du jeu et ses inspirations à la passe, le meneur d’UCLA a pourtant des airs de Jason Kidd, même s’il faudra voir si son shoot peu académique n’est pas un problème face à des joueurs plus athlétiques et plus rapides.

L’autre problème, c’est évidemment son père, qui multiplie les déclarations tapageuses et pourrait faire peur à la franchise californienne. Dans un effectif très jeune, l’arrivée de LaVar Ball dans l’entourage du club pourrait dynamiter le vestiaire. Surtout qu’en cas d’arrivée de Lonzo Ball, les cartes sont rebattues pour D’Angelo Russell, notamment.

Alors que le clan Ball avait tout fait pour rendre le scénario inévitable, les Lakers ont intelligemment brouillé les pistes. Peut-être parce qu’ils ont une autre idée en tête, peut-être aussi pour montrer qui tient les commandes…

Les alternatives : Josh Jackson, De’Aaron Fox

Vu deux fois par le club, dont une fois en privé, Josh Jackson semble une option très observée par les Lakers, tandis que De’Aaron Fox représente lui un profil de choix en tant que meneur, dans un registre différent de celui de Lonzo Ball.

#3 PHILADELPHIE SIXERS

Le choix : Josh Jackson (pour l’échanger)

Comme pour Markelle Fultz avec le premier choix, les affaires se compliquent pour Josh Jackson. Il semblait pouvoir se greffer tranquillement au projet des Sixers mais si Philadelphie échange le 3e choix contre le 1er pour mettre la main sur le meneur de Washington, que vont faire les Celtics ?

Ils peuvent tout à fait conserver ce choix et, dans ce cas, Josh Jackson serait un élément intéressant dans une conférence Est où l’obstacle majeur s’appelle LeBron James. L’ailier de Kansas peut apporter sa polyvalence en attaque, et ses capacités physiques ainsi que son envie en défense. Dans le cadre d’un échange autour de Jimmy Butler, il peut également intéresser les Bulls puisqu’il est le type de joueur qui peut intégrer le système de Fred Hoiberg et qui peut devenir un cadre de la franchise à long terme.

Reste à voir quand même si les Lakers ne mettront pas la main sur lui avant, même s’il n’a visiblement pas fait une grosse impression lors de son deuxième workout, affichant comme souvent beaucoup d’énergie mais se montrant notamment très maladroit au tir.

Les alternatives : Jayson Tatum, De’Aaron Fox ou Dennis Smith Jr

Si les Sixers décident finalement de garder leur choix, Jayson Tatum est une option à l’aile. Par contre, si la franchise veut bel et bien recruter un meneur de jeu, De’Aaron Fox et Dennis Smith Jr sont des pistes à envisager.

#4 PHOENIX SUNS

Le choix : Jayson Tatum

À Phoenix, on a trop de meneurs et d’arrières (Eric Bledsoe, Devin Booker, Brandon Knight, Tyler Ulis…) et la priorité est donc de recruter à l’aile, surtout que la franchise a fait de la place en envoyant P.J. Tucker à Toronto lors de la dernière free agency.

Dans ces conditions, Jayson Tatum semble être le profil idéal pour combler l’effectif d’Earl Watson. L’ailier de Duke est d’ailleurs peut-être le joueur qui a le plus gros potentiel de la Draft. Avec le corps typique d’un ailier et sa fluidité en attaque, il pourrait bien s’imposer comme un franchise player, à terme, et partir avant cette 4e place si d’autres dirigeants en sont convaincus. En contrepartie, il doit encore travailler en défense et manque parfois d’agressivité et d’impact physique face à ses adversaires.

Sa cote semble néanmoins en baisse à l’approche de la Draft et les multiples essais de Jonathan Isaac à Phoenix peuvent faire glisser Jayson Tatum. D’autant que le joueur de Florida State n’effectuera pas de workout hors du Top 4, signe que la piste vers Phoenix est peut-être très sérieuse…

Les alternatives : Jonathan Isaac, Lauri Markkanen

Même si Malik Monk devrait être disponible, difficile de voir les Suns recruter un arrière alors qu’ils en ont une flopée. Les ailiers/ailiers forts Jonathan Isaac et Lauri Markkanen sont des choix peut-être plus cohérents, même si avec les arrivées de Marquese Chriss et Dragan Bender l’an passé, il pourrait aussi y avoir embouteillage…

#5 SACRAMENTO KINGS

Le choix : De’Aaron Fox

Après le départ de DeMarcus Cousins, les Kings doivent désormais se reconstruire et ils ont deux choix dans le Top 10 pour le faire, au sein d’une Draft réputée riche. C’est un bon départ. La franchise a besoin de trouver un meneur sur le long terme, capable de former un duo d’avenir avec Buddy Hield. Proche de Willie Cauley-Stein dans la vie, De’Aaron Fox semble donc tout désigné, le Wildcat ayant prouvé lors de la March Madness qu’il avait le premier pas pour faire mal à n’importe quelle défense, sans compter que ses capacités défensives seront sans doute un très bon complément de l’ancien Pelican.

Le problème, c’est son shoot, avec 24.6% d’adresse à 3-points. La NBA réclame désormais des meneurs capables de punir de loin et De’Aaron Fox ne pourra pas uniquement compter sur son premier pas et sa vitesse pour faire la différence dans la grande Ligue. Il lui faudra à tout prix développer son tir, ainsi que son utilisation du pick-and-roll.

À terme, certains le voient pourtant comme le meilleur meneur de cette Draft et c’est pour ça qu’il intéresse beaucoup d’équipes avant les Kings. Ces derniers ont d’ailleurs un temps envisagé un « package » avec leurs choix #5 et #10 pour monter dans la Draft et être certain de mettre la main sur celui qui beaucoup comparent à John Wall. Mais à l’approche de la grande soirée, il faut se méfier des rumeurs…

Les alternatives : Dennis Smith Jr, Frank Ntilikina, Lauri Markkanen

Le poste de meneur étant essentiel pour la reconstruction, les Kings pourraient regarder vers Dennis Smith Jr, sans doute le « point guard » disponible le plus intéressant à cette position de la Draft, De’Aaron Fox exclu. Les Kings ont également été l’équipe qui a « le plus suivi » Frank Ntilikina cette saison. Mais comme la franchise a besoin d’aide sur à peu près tous les postes, l’ailier fort Lauri Markkanen est une autre piste.

#6 ORLANDO MAGIC

Le choix : Jonathan Isaac

Après plusieurs saisons à se reconstruire dans des directions floues, le Magic doit désormais se poser. Avec son nouveau président et Frank Vogel, le club aura ainsi une première décision à prendre lors de la Draft. En quête de shooteurs, Orlando a fait venir Terrence Ross lors de la deadline et va pouvoir choisir un nouveau jeune.

La piste Malik Monk semblait chaude en Floride mais la franchise a-t-elle vraiment besoin d’un arrière offensif de plus, alors qu’elle a déjà Evan Fournier, Terrence Ross ou encore Mario Hezonja ? Local de l’étape puisqu’originaire de Floride, l’intrigant Jonathan Isaac a peut-être le profil pour coller à l’identité souhaitée par le coach du Magic. Une identité peut-être moins flamboyante offensivement, mais plus à l’aise en défense.

Très grand pour son poste (2m11) mais également très mobile, il peut tenir face à la plupart des joueurs extérieurs grâce à sa vitesse, étonnante pour un joueur de sa taille. Agressif et volontaire, notamment au rebond, il a de l’envie à revendre et pourrait dynamiser un groupe qui a souvent eu tendance à baisser les bras.

Les alternatives : Dennis Smith Jr, Malik Monk ou un échange

Si l’équipe veut reconstruire à la mène, Elfrid Payton n’ayant toujours pas convaincu, Dennis Smith Jr. est intéressant. Evidemment, Malik Monk reste une alternative de choix, tandis que Lauri Markkanen peut amener du shoot et orienter l’équipe vers un profil plus offensif, même s’il faudra alors revoir le destin d’Aaron Gordon. À moins que le club ne décide d’utiliser ce choix pour faire un échange et recruter un meneur ou un ailier expérimenté, par exemple…

#7 MINNESOTA TIMBERWOLVES

Le choix : Lauri Markkanen

Jonathan Isaac semblait avoir le profil parfait pour Tom Thibodeau et les Wolves, l’ailier pouvant être le chaînon manquant dans un effectif qui a besoin de défense. Néanmoins, la cote du joueur de Florida State est en hausse et, dans ces conditions, il sera peut-être difficile pour les Wolves de lui mettre la main dessus.

Du haut de ses 2m13, le fils de Pekka Markkanen serait une solution de repli plutôt intéressante. Il faut dire qu’il a la taille pour jouer sous le cercle et le shoot pour écarter le jeu, sans compter qu’il reste fluide et mobile. Avec ce profil, il a tout pour intriguer des équipes en quête d’un intérieur capable d’écarter le jeu, dans une NBA qui sollicite de plus en plus le tir extérieur.

Son association avec Karl-Anthony Towns pourrait donc être prometteuse. Reste tout de même à voir ce que cela donnerait d’un point de vue défensif, Lauri Markkanen affichant des limites dans ce domaine, mais aussi au rebond. Peut-il être plus qu’un simple shooteur à mi-distance ou de loin en NBA ? C’est la question essentielle à laquelle il va devoir répondre, alors que les Wolves ont besoin de dureté en défense…

Les alternatives : Malik Monk ou Frank Ntilikina

Comme lors des choix précédents, Malik Monk est un profil à étudier. À moins que Tom Thibodeau ne décide de choisir Frank Ntilikina, histoire de prendre la relève d’un Ricky Rubio qui pourrait faire ses valises. Apparemment, les Wolves sont très, très intéressés par le Français et le suivent depuis un long moment…

#8 NEW YORK KNICKS

Le choix : Dennis Smith Jr.

Où vont les Knicks ? Difficile de répondre à cette question tant la franchise navigue dans le flou jusqu’à présent. Phil Jackson essaie de pousser Carmelo Anthony dehors et Kristaps Porzingis est en colère. Mais le « Zen Master » a la confiance du James Dolan, le propriétaire, et il peut donc continuer à essayer d’imposer sa vision.

Dennis Smith Jr pourrait être une bonne solution pour les Knicks afin de poursuivre la reconstruction. New York a besoin d’un joueur capable de percuter les défenses et le joueur de North Carolina State a le talent pour le faire, même si son manque d’envergure inquiète un peu les scouts. C’est en tout cas un scoreur qui peut punir les adversaires et qui pourrait former un intéressant duo avec Kristaps Porzingis.

La difficulté, c’est de savoir s’il peut briller dans le jeu en triangle. Dennis Smith Jr aime avoir le ballon en main et a même souvent tendance à surdribbler. S’il rejoint les Knicks et l’attaque de Phil Jackson, il va devoir apprendre à être efficace sans ballon. Beaucoup de meneurs s’y sont cassés les dents ces derniers temps.

Les alternatives : Malik Monk, Frank Ntilikina, Justin Jackson

Difficile à prévoir, le choix de Draft des Knicks dépendra de ce que veut faire Phil Jackson avec Carmelo Anthony et Derrick Rose. Malik Monk peut donc toujours être une piste, malgré la présence de Courtney Lee, alors que Justin Jackson a les qualités de scoreur pour remplacer Melo, sans doute amené à partir. Frank Ntilikina est évidemment une éventualité.

#9 DALLAS MAVERICKS

Le choix : Frank Ntilikina

Recruter un meneur est la priorité assumée des Mavericks et si Frank Ntlikina est toujours disponible, il sera forcément sur la liste de Mark Cuban et son GM, Donnie Nelson. Avec sa taille, son envergure et ses capacités athlétiques, le Français peut devenir un joueur de poids en NBA, notamment sur le plan défensif.

Pour les Mavericks, c’est un aspect sans doute essentiel pour le bon développement de l’équipe autour des cadres comme Harrison Barnes, Dirk Nowitzki et sans doute Nerlens Noel. Avec leur 9e choix, obtenu grâce à un tanking assumé, ce serait une belle prise qui pourrait équilibrer l’effectif dans un objectif à moyen ou long terme.

Au Texas, Frank Ntilikina aura tout ce qu’il faut pour progresser, et l’intérêt de Dallas à son égard est tellement évident qu’on voit mal les Mavs le laisser passer s’il est disponible.

Les alternatives : Malik Monk, Zach Collins

À moins que les Mavericks ne décident de privilégier l’aspect offensif. Dans ces conditions, Malik Monk est une solution, la gâchette de Kentucky  apportant du scoring à une équipe souvent limité dans le domaine cette saison. Le talentueux Zach Collins fait peut-être le saut vers la NBA un peu tôt mais il pourrait également intéresser les Texans.

#10 SACRAMENTO KINGS

Le choix : Zach Collins

Si les Kings réussissent à mettre la main sur De’Aaron Fox avec leur 5e choix, la soirée de la Draft sera déjà sans doute réussie pour Sacramento. Avec leur 10e choix, ils pourraient donc prendre le risque de choisir un prospect qui aura sans doute besoin de plus de temps pour être efficace dans la Grande Ligue.

Recrue phare de Gonzaga l’été dernier et mis en couveuse derrière Przemyslaw Karnowski, Zach Collins a eu un temps de jeu limité mais il a tout de même montré de très belles choses, notamment lors de la « March Madness ». En demi-finale, il avait notamment compilé 14 points, 13 rebonds et 6 contres en 23 minutes, face à South Carolina. Capable de tout bien faire en attaque, notamment de s’écarter, mais également de venir en protection du cercle et de suivre les extérieurs adverses, il a tous les atouts pour briller en NBA et a donc saisi sa bonne cote pour faire le grand saut.

Sans doute aurait-il dû s’aguerrir encore un peu en NCAA, pour apprendre notamment à mieux gérer les contacts, d’autant que son manque d’envergure limitera ses capacités d’intimidation en NBA. À Sacramento, il pourrait également se retrouver dans une raquette chargée en jeunes qui voudront se faire une place : Skal Labissiere, Willie Cauley-Stein ou encore Georgios Papagiannis…

Les alternatives : Malik Monk, Justin Jackson ou John Collins

Comme pour les Knicks, l’avenir des Kings dépend de l’évolution du roster actuel. Rudy Gay en partance, l’équipe pourrait ainsi miser sur un ailier scoreur, comme Justin Jackson. Ou miser sur un scoreur comme Malik Monk ou sur un autre intérieur comme John Collins.

#11 CHARLOTTE HORNETS

Le choix : Malik Monk

Honnêtement, Malik Monk pourrait être parti depuis bien longtemps quand les Hornets choisiront lors de la Draft. Capable de marquer 47 points face à North Carolina, l’arrière peut prendre feu et réduire une défense adverse en cendres.

Pour Charlotte, ce serait une aubaine de pouvoir mettre la main sur un tel scoreur. Même si, avec sa taille réduite pour un arrière et son manque d’impact physique, Malik Monk rappelle un peu Monta Ellis… Certes, il est capable d’enchaîner les paniers lors des workouts et il peut devenir totalement intenable lorsqu’il a la main chaude. Mais à l’heure où la polyvalence défensive est devenue une nécessité en NBA, sa cote fluctue beaucoup.

Un arrière petit, capable de beaucoup scorer mais aussi de beaucoup laisser scorer, ce n’est pas forcément une option viable dans la NBA actuelle, surtout en tant que titulaire…

Les alternatives : Ike Anigbogu, Jarrett Allen, Bam Adebayo

Kemba Walker a expliqué qu’il aimerait bien que son équipe choisisse Bam Adebayo ou Zach Collins. Clairement, les Hornets doivent recruter à l’intérieur et Ike Anigbogu ou Jarrett Allen pourraient également être sur la liste de la franchise.

#12 DETROIT PISTONS

Le choix : Donovan Mitchell

Il est petit (1m91) pour le poste, à l’heure où la NBA recherche des joueurs capables de défendre plusieurs positions. Mais Donovan Mitchell a vu sa cote grimper ces dernières semaines, l’arrière affichant une envergure impressionnante lors du Draft Combine. L’ancien de Louisville a aussi fait très grosse impression lors des interviews avec les franchises, et il pourrait être le profil parfait pour Stan Van Gundy.

Le coach/président de Detroit n’a pas réussi à motiver ses joueurs cette saison et il a besoin d’exemples dans le vestiaire. Nul doute que le soldat de Rick Pitino ne lui fera pas défaut de ce côté-là. Puissant, athlétique, gros défenseur, Donovan Mitchell est un guerrier à la Avery Bradley. Offensivement, ses choix sont parfois douteux mais il a une envie qui ne s’apprend pas, et ça pourrait parfaitement coller avec l’entraîneur des Pistons.

Les alternatives : OG Anunoby, Justin Jackson

Comme Donovan Mitchell, OG Anunoby est avant tout un défenseur, dans un registre plus grand néanmoins. Quant à Justin Jackson, c’est un tout autre profil d’ailier, plus attaquant, mais cela ne serait pas inutile aux Pistons en sortie de banc.

#13 DENVER NUGGETS

Le choix : Justin Jackson

Que fera Danilo Gallinari cet été ? Difficile de le savoir mais les Nuggets auront sûrement cette donnée en tête au moment de choisir lors de la Draft. Ailier de bonne taille, avec une envergure très intéressante, Justin Jackson est un scoreur naturel qui pourrait forcément taper dans l’oeil de la franchise des Rocheuses, toujours portée sur l’attaque. Danilo Gallinari peut-être enclin à s’en aller, Wilson Chandler pas très chaud pour poursuivre l’aventure de la reconstruction, recruter un ailier ne serait pas une mauvaise idée.

Sauf qu’avec Mike Malone, l’équipe doit désormais penser à défendre et que Justin Jackson ne devrait pas tellement améliorer l’équipe dans ce domaine. Sans compter que le club a déjà pas mal de jeunes scoreurs dans l’effectif.

Les alternatives : OG Anunoby, Luke Kennard ou un échange

Avec un effectif jeune et riche, les Nuggets pourraient au final tenter de recruter un spécialiste défensif, avec par exemple OG Anunoby. Le shooteur Luke Kennard peut également être une piste. À moins que Denver ne choisisse en fait d’utiliser son choix pour monter un échange. Le roster est déjà riche et il serait peut-être bon de recruter un meneur d’expérience, capable de faire passer un cap à ce groupe, autour de Nikola Jokic.

#14 MIAMI HEAT

Le choix : Jarrett Allen

Dans notre première version de la Mock Draft, OG Anunoby nous semblait tout indiqué pour rejoindre le Heat. Si le joueur n’est pas le plus fluide offensivement de la promotion 2017, avec une adresse aux lancers francs notamment suspecte pour un extérieur, le Nigérian est un prototype physique capable d’aller chercher les alley-oops très haut et de grimper sur les intérieurs adverses.

Néanmoins, sa cote a pris un coup ces derniers temps à cause de sa blessure du genou, qui a mis fin à sa saison en janvier dernier. Du coup, Jarrett Allen pourrait être une bonne option pour Pat Riley, l’intérieur disposant des atouts physiques pour devenir un bon joueur défensif, capable de suppléer Hassan Whiteside sous le cercle. Il devra par contre se montrer plus concentré, tandis que son potentiel offensif reste limité.

Les alternatives : John Collins, Ivan Rabb, OG Anunoby

Pat Riley misant beaucoup sur la condition physique de ses troupes, il pourrait se pencher sur John Collins et Ivan Rabb, deux intérieurs qui pourraient également évoluer aux côtés, ou au relais, d’Hassan Whiteside. À moins que le patron floridien ne choisisse quand même de prendre le risque de sélectionner OG Anunoby.

#15 PORTLAND TRAIL BLAZERS

Le choix : John Collins

#16 CHICAGO BULLS

Le choix : Luke Kennard

#17 MILWAUKEE BUCKS

Le choix : Ike Anigbogu

#18 INDIANA PACERS

Le choix : Justin Patton

#19 ATLANTA HAWKS

Le choix : OG Anunoby

#20 PORTLAND TRAIL BLAZERS

Le choix : Harry Giles

#21 OKLAHOMA CITY THUNDER

Le choix : Terrance Ferguson

#22 BROOKLYN NETS

Le choix : Ivan Rabb

#23 TORONTO RAPTORS

Le choix : Bam Adebayo

#24 UTAH JAZZ

Le choix : T.J. Leaf

#25 ORLANDO MAGIC

Le choix : Derrick White

#26 PORTLAND TRAIL BLAZERS

Le choix : Tyler Lydon

#27 BROOKLYN NETS

Le choix : Anzejs Pasecniks

#28 LOS ANGELES LAKERS

Le choix : Tony Bradley

#29 SAN ANTONIO SPURS

Le choix : Mathias Lessort

#30 UTAH JAZZ

Le choix : Isaiah Hartenstein

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés